NoCopy.net

Faut-il préférer la vérité à l'illusion ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Faut-il préférer la recherche du bonheur à l ... Faut-il préférer l'amour ou l'amitié ? >>
Partager

Faut-il préférer la vérité à l'illusion ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Faut-il préférer la vérité à l'illusion ?



Publié le : 16/9/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	Faut-il préférer la vérité à l'illusion 	?
Zoom
  • faut-il : "Faut-il ?" est une question qui peut se poser à deux niveaux et donner lieu à un plan en deux parties : 1) la nécessité physique/matérielle/naturelle/économique/sociale, c'est-à-dire la contrainte des choses. 2) l'obligation morale, le devoir, c'est-à-dire l'impératif de la raison pratique.
  • préférer : Préférer à : aimer mieux. Préférer une chose, une personne à une autre.
  • vérité : La vérité concerne l'ordre du discours, et il faut en cela la distinguer de la réalité. Elle se définit traditionnellement comme l'adéquation entre le réel et le discours. Qualité d'une proposition en accord avec son objet. La vérité formelle, en logique, en mathématiques c'est l'accord de l'esprit avec ses propres conventions. La vérité expérimentale c'est la non-contradiction de mes jugements, l'accord et l'identification de mes énoncés à propos d'un donné matériel. On distinguera soigneusement la réalité qui concerne un objet (ce cahier, cette lampe sont réels) et la vérité qui est une valeur qui concerne un jugement. Ainsi le jugement : « ce cahier est vert » est un jugement vrai ou bien un jugement faux. La vérité ou la fausseté qualifient donc non l'objet lui-même mais la valeur de mon assertion. La philosophie, parce qu'elle recherche la vérité, pose le problème de ses conditions d'accès et des critères du jugement vrai.
  • illusion : Il convient de distinguer les illusions des sens et les illusions intellectuelles. Les premières ont une origine physiologique. Les secondes ont pour fondement les désirs et les passions.

L’illusion est communément rapprochée de l’erreur. Un homme est abusé par une illusion quand par exemple il voit un bâton brisé dans l’eau et croit qu’il l’est effectivement. En ce sens l’illusion se rapproche de la tromperie et est synonyme d’obstacle à la vérité. Une des conséquences possibles de l’illusion est le scepticisme. En effet si l’illusion habite ce monde alors est-il encore possible d’avoir des certitudes ? Le doute est-il réellement exclu de ces certitudes ? La philosophie, comme recherche de la vérité, ne peut passer outre l’obstacle que constitue l’illusion. Un raccourci trompeur nous inciterait à identifier illusion et fausseté ou encore illusion et erreur. Or si l’illusion peut bien induire en erreur, elle n’est pas par elle-même une erreur. Le fait de voir le bâton brisé est réel, par contre juger qu’il l’est est une erreur. Une deuxième difficulté est à souligner elle concerne les domaines respectifs de la vérité et de l’illusion, ils ne s’entrecoupent pas nécessairement. L’illusion religieuse par exemple ne laisse pas de place à l’infirmation ou la confirmation, une croyance n’ayant pas par nature à être vraie ou fausse. Le domaine de l’illusion dépasse celui de la vérité. D’autre part la vérité est discursive dans la mesure où elle porte sur des jugements. L’illusion quant à elle porte soit sur des objets des sens, des croyances ou encore des idéologies. Les objets même de la vérité et de l’illusion sont de nature différente. Pour répondre à ces différents problèmes nous allons procéder en trois étapes. La première tend à examiner l’hypothèse suivant laquelle il faut préférer la vérité et se prémunir contre l’illusion dans la mesure où cette dernière est un obstacle à la recherche de la vérité. La deuxième partie limite la portée de la première hypothèse en soulignant le caractère non exclusif des choix de la vérité et de l’illusion. Enfin nous nous demanderons si l’illusion peut servir la cause de la vérité et si oui comment.



L'exemple du bâton brisé est analysé et discuté par Descartes dans les Sixièmes réponses aux objections adressées aux Méditations. A cette occasion il souligne que l'erreur ne provient pas des sens mais du jugement. « Quand donc on dit qu'un bâton paraît rompu dans l'eau, à cause de la réfraction, c'est de même que si l'on disait qu'il nous parait d'une telle façon qu'un enfant jugerait de là qu'il est rompu et qui fait aussi que, selon les préjugés auxquels nous sommes accoutumés dès notre enfance, nous jugeons la même chose. Mais je ne puis demeurer d'accord de ce que l'on ajoute ensuite, à savoir que cette erreur n'est point corrigée par l'entendement, mais par le sens de l'attouchement ; car bien que ce sens nous fasse juger qu'un bâton est droit, outre cela il est besoin que nous ayons quelque raison, qui nous enseigne que nous devons en cette rencontre, nous fier plutôt au jugement, que nous faisons ensuite de l'attouchement, qu'à celui où semble nous porter le sens de la vue : laquelle raison ne peut être attribuée au sens, mais au seul entendement. » 1.3 La confusion due à l'illusion entre le subjectif et l'objectif. Une des expressions de l'illusion réside dans la confusion entre ce qui est subjectif et ce qui est objectif, autrement dit entre ce qui concerne le sujet et ce qui concerne l'objet. Spinoza dans l'Appendice du livre I de l'Ethique dénonce le finalisme qui a pour origine cette confusion. En effet l'homme tend à rechercher les fins qui régissent ce monde. Il est alors victime de l'anthropocentrisme qui fait que l'homme comprend les choses autour de lui en partant de lui-même ; comme nous agissons toujours en vue d'une fin il doit en être de même pour la nature.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Faut-il préférer la vérité à l'illusion 	? Corrigé de 2940 mots (soit 5 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Faut-il préférer la vérité à l'illusion ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
Corrigé consulté par :
  • krayane1-245975 (Hors-ligne), le 03/11/2014 à 03H13.
  • Jstn-244023 (Hors-ligne), le 11/10/2014 à 11H18.
  • alexis11-198264 (Hors-ligne), le 23/11/2013 à 23H10.
  • sixjot32-217948 (Hors-ligne), le 01/11/2013 à 01H12.
  • poutchekchekpou-2163 (Hors-ligne), le 18/10/2013 à 18H04.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    III- Vérité et croyance : les deux faces d'une même essence de l'homme · Pourtant, ce premier mouvement de l'illusion, même s'il doit être, par devoir envers l'humanité, dépassé par un mouvement de recherche de la vérité, est le témoin essentiel de l'essence humaine, au même titre que la vérité elle-même. · C f. Spinoza : l'illusion perdure quand bien même on connaît la vérité. L'illusion de la liberté par exemple chez Spinoza, alors que tout est en vérité nécessaire (ce que montre la connaissance parfaite des causes qui nous déterminent à agir) est une illusion à la fois nécessaire au sens d'inévitable mais aussi au sens positif qu'elle est le témoin de l'essence de l'humanité : cette illusion de la liberté est une illusion nécessaire en tant qu'elle aide l'homme à vivre dans les faits. Le rationalisme cartésien nous montre déjà qu'une volonté infiniment libre, mais privée de raison, est une volonté perdue.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    La forme que revêt l'illusion importe peu. Mais il faut l'illusion, il faut cette ivresse légère et permanente qui rend possible une vie même empoisonnée par tous les périls et toutes les erreurs., G. DUHAMEL, Récits des temps de guerre, IV, XLII, p. 155.

    Ajouté par webmaster

    « Je vois, par exemple, que 2 fois 2 font 4, et qu'il faut préférer son ami à son chien, et je suis certain qu'il n'y a point d'homme au monde qui ne le puisse voir aussi bien que moi. » Malebranche, De la recherche de la vérité, 1674-1675.

    Ajouté par webmaster

    Le moi est l'universelle pierre de touche; il a la vérité; il a la santé (...) il n'erre pas; à lui de purifier l'espèce; à lui de la condamner, ou de s'y préférer. Le moi reste la seule puissance et le seul juge. Il n'a qu'à vouloir., André SUARèS, Trois hommes, «Ibsen», V, p. 132.

    Ajouté par webmaster

    (...) il ne suffit pas de posséder une vérité, il faut que la vérité nous possède., MAETERLINCK, le Trésor des humbles, XII.

    Ajouté par webmaster

    Mais il ne suffit pas de posséder une vérité, il faut que la vérité nous possède., MAETERLINCK, le Trésor des humbles, XII.

    Ajouté par webmaster

    Il faut aimer la vérité plus que soi-même, mais son prochain plus que la vérité., R. ROLLAND, Jean-Christophe, Dans la maison, I, p. 979.

    Ajouté par webmaster

    Il faut préférer ce qui est impossible mais vraisemblable à ce qui est possible, mais incroyable ... Poétique Aristote

    Ajouté par webmaster

    Il faut préférer ce qui est impossible mais vraisemblable à ce qui est possible, mais incroyable ... [ Poétique ] Aristote

    Ajouté par webmaster

    Il faut préférer ce qui est impossible mais vraisemblable à ce qui est possible, mais incroyable ... Aristote

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Faut-il préférer la vérité à l'illusion ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo