LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Y a-t-il un sens à parler de pratiques contre ... Qu'est-ce qu'une opinion personnelle ? >>


Partager

Faut-il protéger ou respecter la nature ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Faut-il protéger ou respecter la nature ?



Publié le : 7/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Faut-il protéger ou respecter la nature ?
Zoom

L’homme, c’est l’être humain pris dans la singularité de son mode de vie, en comparaison avec les animaux par exemple, et dans le mode particulier de rapport qu’il entretient avec le monde qui l’entoure et avec la nature.

La question « doit-il « porte sur une obligation : cette obligation peut cependant se comprendre en deux sens, ou bien comme un devoir que l’on nous impose ou que nous nous imposons à nous-mêmes, pour des raisons morales par exemple, ou bien comme une nécessité : nous devons faire telle chose parce que ne pas le faire est simplement impossible, pour des raisons de survie par exemple.

La nature, c’est la partie non modifiée par l’homme du monde qui nous entoure.

L’interrogation que le sujet formule quant à la question du rapport de l’homme et de la nature se présente sous la forme d’une alternative : la première branche de l’alternative concerne le fait de protéger la nature. Protéger, c’est prémunir contre un danger : quel est ici ce danger ? Ce danger consiste en tout ce qui peut menacer la nature, et une de ces menaces possibles est l’homme lui-même, en tant qu’il transforme la nature, en perturbe les équilibres ; autrement dit, l’homme devrait être attentif aux dommages qu’il peut faire subir à la nature, et ce serait pour lui un devoir que de protéger celle-ci. La seconde branche de l’alternative correspond à une protection que l’homme se ménagerait contre la nature : la nature est alors perçue comme un danger possible. On peut d’ailleurs supposer que la technique humaine, à son origine se base notamment sur une volonté de l’homme de se protéger contre les dangers naturels – prédateurs, froid, etc. – contre lesquels il est naturellement mal protégé.

C’est donc une ambivalence du rapport de l’homme à la nature qui est interrogée ici : il faudra travailler respectivement sur les deux branches de l’alternative contenue dans le sujet, et décider finalement quel est le rapport de protection définissant le plus pertinemment cette relation entre l’homme et la nature.



Et le terme de respect ne peut pas être galvaudé.On peut élargir la notion de respect et l'appliquer à la création de celui qui est lui-même objet de respect. Ainsi les oeuvres d'art sont-elles, parmi toutes les productions humaines, celles qui suscitent en nous le plus fort respect, parce qu'à nos yeux, elles témoignent de l'incomparable génie de l'homme. En ce sens la nature peut être respectée : non parce qu'elle ne doit pas être touchée (ce n'est ni possible ni souhaitable) mais parce qu'en cette fin de siècle, elle est devenue aussi proche, aussi fragile et aussi petite qu'un jardin. On pourra terminer le devoir en évoquant un principe de précaution et la nécessaire maîtrise de notre technique. Ainsi que le pensent Herbert Marcuse et Jùrgen Habermas, l'exploitation technique de la nature n'est pas neutre. «L'a priori technologique est un a priori politique», écrit Marcuse dans L'Homme unidimensionnel. Cela signifie que si la technique accomplit des «miracles», ces derniers consistent bien plus à asservir l'homme qu'à l'émanciper. * La technique a donc permis à l'homme de maîtriser son environnement. On accuse pourtant aujourd'hui la technique : épuisement des ressources énergétiques de la planète, réchauffement de la planète.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3263 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Faut-il protéger ou respecter la nature ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • patate-244554 (Hors-ligne), le 15/10/2014 é 15H19.
  • paulcours-226843 (Hors-ligne), le 08/01/2014 é 08H07.
  • alexalex (Hors-ligne), le 25/05/2010 é 25H14.
  • Stephanie4977 (Hors-ligne), le 13/10/2008 é 13H15.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit