NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Toute oeuvre d'art nous parle-t-elle de l'hom ... L'apparence est-elle toujours trompeuse ? >>


Partager

Faut-il reconnaître quelqu'un comme son maître ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Faut-il reconnaître quelqu'un comme son maître ?



Publié le : 28/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Faut-il reconnaître quelqu'un comme son maître ?
Zoom

La question posée par le sujet est adressée à l'esclave ou au disciple : doit-il se donner un maître ? Cela est paradoxal, car en règle générale le maître est celui qui décide pour ceux qu'il domine. Nous devons comprendre qu'il n'y a, en vérité, de maître que par la reconnaissance d'autrui. C'est le premier paradoxe impliqué par le sujet. Il en appelle un second : comment un homme peut-il se reconnaître un maître? Peut-il nier sa liberté pour s'assujettir à un autre? Cela est incompréhensible dans le cadre de la relation maître-esclave. Il faut aller vers une autre relation : celle du maître au disciple. Le maître change alors de visage : de négatif, d'oppresseur, il devient positif, initiateur.



  • Termes du sujet:

— Faut-il : est-il nécessaire, indispensable, essentiel ?
 — reconnaître : verbe à connotation hégélienne, et ce d'autant plus que le terme «maître« fait son apparition dans l'intitulé un peu plus loin. Reconnaître, c'est, chez
Hegel, poser une autre conscience comme sujet autonome et humain (comme «maître«). Cette reconnaissance est obtenue au terme d'une lutte à mort de pur prestige entre les consciences. Seule celle qui accepte de risquer sa vie peut être «reconnue« (dans sa supériorité).
 — maître : le sujet autonome et humain reconnu (par «l'esclave«). On note que la dialectique «maître-esclave« s'introduit implicitement dans notre intitulé.
 — quelqu'un : il s'agit du pronom indéfini : un être humain quelconque, une personne absolument indéterminée. Cette indétermination peut orienter la problématique.
 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 9000 mots (soit 13 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Faut-il reconnaître quelqu'un comme son maître ? " a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • PoOck-224301 (Hors-ligne), le 16/12/2013 é 16H15.
  • aurore1316 (Hors-ligne), le 28/04/2012 é 28H14.
  • mallaury73 (Hors-ligne), le 08/04/2012 é 08H13.
  • Louis45000 (Hors-ligne), le 03/10/2011 é 03H13.
  • va (Hors-ligne), le 28/12/2010 é 28H11.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit