NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Dire d'autrui qu'il est mon semblable , est-c ... La difficulté de comprendre les autres fausse ... >>


Partager

Faut-il respecter en autrui le semblable ou l'être différent de nous ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Faut-il respecter en autrui le semblable ou l'être différent de nous ?



Publié le : 9/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Faut-il respecter en autrui le semblable ou l'être différent de nous ?
Zoom

Si l’amitié désigne cette relation fusionnelle qui fait dire à Montaigne dans les Essais, Livre 28, livre 1 : « En l’amitié nos âmes se mêlent et se confondent l’une l’autre d’un mélange si universel qu’elles effacent et ne retrouvent la couture qui les a jointe. Si l’on me presse de dire pourquoi je l’aimais je sens que cela ne se peut exprimer qu’en répondant parce que c’était lui parce que c’était moi «. Ici autrui apparaît comme un prolongement de moi-même. Pour autant  autrui en tant qu’homme apparaît sous des figures opposés et contradictoires, il est certes l’ami mais il est aussi le voisin, l’étranger.

L’étranger est la figure antinomique de l’ami, puisqu’il est celui qui intrinsèquement autre, il est inassimilable. Avec lui, il semble que je ne puis avoir de dialogue, je ne puis réellement sympathiser avec lui ou le comprendre. Comment respecter autrui indifféremment de la place qu’il occupe dans notre existence, sans tomber dans ni l’assimilation qui nie toute identité propre à autrui, ni dans l’incompréhension voire l’irrespect qui dénigre totalement autrui ?

Tout homme en tant qu’il appartient au genre humain n’a-t-il pas une proximité voire une similitude qu’il partage avec tout les hommes et donc avec moi ? Mais alors tout homme n’est-il pas mon alter ego ? Cependant peut-on ramener tous les hommes à cette égalité, cette identité qui interdit de voir tout autre comme radicalement autre ? Respecter autrui n’est-ce pas avant tout de ne pas le ramener à de l’assimilable ?

 



Mais d'autre part, l'affirmation des différences, leur reconnaissance, ne suffit pas non plus à fonder un respect universel puisque leur reconnaissance peut fort bien être une stigmatisation, donc servir à un processus d'exclusion. Que cette reconnaissance soit affirmée en vue de la paix et dans la paix (et non pas pour justifier une guerre), ne suffit pas. Que l'on songe à l'équivocité de l'usage du principe des quota culturels dans l'université américaine, à l'équivocité des Women studies, du gynocriticisme ou à celle des gay studies. Que l'on songe au risque permanent de ghettoisation lorsqu'on veut permettre aux membres d'une même culture de vivre ensemble dans un ensemble plus vaste; que l'on se rappelle la violence de l'acculturation produite par la politique d'assimilation.Aussi pouvons-nous dire que le principe du respect ne peut être ni la pure et simple reconnaissance des différences sociales, culturelles ou physiques, ni non plus l'affirmation simple de l'identité universelle des hommes rassemblés dans un genre unique. Ces deux positions sont sources de danger; elles doivent donc être équilibrées. Comme elles sont chacune dotée d'une certaine nécessité, elles doivent être équilibrées l'une par l'autre. Il faut donc affirmer que le respect a pour principe à la fois l'affirmation de l'identité des hommes, c'est-à-dire leur commune appartenance à l'humanité, leur égale dignité humaine, et la reconnaissance de leur différence de fait d'ordre culturel, social ou physique (couleur de peau, coutumes, langues, classes sociales, etc ...).Du même coup nous voyons une solution aux apories de l'universalisme et du droit à la différence.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 8238 mots (soit 12 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Faut-il respecter en autrui le semblable ou l'être différent de nous ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • APEMMA-281260 (Hors-ligne), le 09/11/2016 é 09H16.
  • vsp-281114 (Hors-ligne), le 07/11/2016 é 07H12.
  • kari-278775 (Hors-ligne), le 15/09/2016 é 15H09.
  • Y.aa-270256 (Hors-ligne), le 13/01/2016 é 13H19.
  • fjghdeht (Hors-ligne), le 06/02/2012 é 06H15.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Il va de soi que l’autre est toujours à la fois mon semblable et un être différent. Il semble donc inévitable d’affirmer également l’unité de l’espèce humaine que l’idée que les individus sont à chaque fois uniques, c’est-à-dire tous différents les uns des autres. Le problème posé concerne non pas la nécessité du respect (ce serait cette question-ci: faut-il respecter l’autre? question à laquelle il est ici implicitement répondu par l’affirmative) mais la détermination de son principe, de telle sorte que nous devons examiner ce que nous respectons en autrui et comparer les conséquences et la possibilité des deux termes de l’alternative: est-ce la similitude ou la différence qui doit être posé au principe du respect? L’alternative est-elle complète? Faut-il choisir entre les deux termes de l’alternative, comme si, faisant l’un je ne pouvais plus faire l’autre? Préalablement, afin de pouvoir répondre à ces questions, il faut se demander ce que signifie respecter autrui. Que le respect s’adresse à autrui indique que le domaine de la recherche est l’intersubjectivité, où certains problèmes se posent. Ce domaine, éthique par excellence, exige une exploration factuelle et une analyse éthique. Nous devons connaître les faits, la réalité de nos relations avec autrui; mais aussi en tirer ce qui doit être fait. Aussi il ne faut pas oublier que cette double analyse pratique, de l’action et pour l’action, qui constate ce qui est et qui détermine ce qui doit être, influe sur notre manière de penser l’objet.

    Ajouté par Emmanuel9082

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit