LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Peut-on être indifférent à l'histoire ? L'homme subit-il le devenir historique ou le ... >>


Partager

Faut-il rompre avec le passé ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Faut-il rompre avec le passé ?



Publié le : 29/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Faut-il rompre avec le passé ?
Zoom

Lorsqu'on pose la nécessité de rompre avec quelque chose, cela signifie généralement que cette chose nous pèse, qu'elle est trop lourde à porter et qu'elle risque d'être néfaste. Ainsi, affirmer qu'il faut rompre avec le passé suppose que notre rapport au passé est négatif. Pour Nietzsche, le culte du passé momifie le temps présent. Rompre avec le passé signifie littéralement "casser", "briser", mais implique aussi la notion "d'oublier". Or, peut-on vraiment introduire une rupture entre le présent et le passé ? Les individus ne sont-ils pas constitués par leur passé ? Ou le passé empêche-t-il de penser le moment présent et l'avenir ? D'une certaine manière, le passé n'est pas "inerte", mais agit encore au présent et donc sur l'avenir. La psychanalyse ne nous montre-t-elle pas que la rupture avec le passé est une manière de l'accepter, de le voir différemment ? Ne devrait-on pas se faire un devoir de rompre que pour accepter, non pour nier ? Il semble que la rupture n'a de sens que si on a une conception de l'histoire qui n'est pas finalisée : si l'histoire répond à un progrès, alors il ne peut y avoir de rupture avec le passé, mais accumulation et aussi incorporation du passé dans l'avenir. Cela suppose de penser un lien rationnel entre passé/présent et avenir (ce qui ne veut pas dire que les philosophies de l'histoire, par exemple de Kant et de Hegel, ne distinguent pas entre le niveau de l'individu, fait d'incertain, et le niveau général, universel, qui, lui, a une rationalité).



  • A) Nous sommes prisonniers de notre passé : irréversibilité, en-soi, inconscient.
  • B) Nous ne sommes pas prisonniers de notre passé : le passé peut-être compris et maîtrisé.
  • C) Le passé est projet.

 

  • D) Passé, oubli, liberté.

 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2737 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Faut-il rompre avec le passé ?" a obtenu la note de :

10 / 10

Corrigé consulté par :
  • Vict0ria (Hors-ligne), le 29/01/2011 é 29H20.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit