NoCopy.net

Foi et preuve sont-elles ennemies ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Entre le vrai et le faux, y a-t-il une place ... Y a-t-il des différences insurmontables ? >>


Partager

Foi et preuve sont-elles ennemies ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Foi et preuve sont-elles ennemies ?



Publié le : 17/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Ce corrigé vous sera utile pour ces autres sujets voisins

Foi et preuve sont-elles ennemies ?
Zoom

 La foi désigne une croyance d’un ordre religieux, portant à la fois sur l’existence de Dieu et sur sa nature (son omnipotence, et sa bonté absolue). Or le propre de la croyance en général est de consister en un assentiment que nous donnons à certains jugements, sans nécessairement avoir de bonnes raisons pour croire que ces jugements sont vrais. Dès lors la foi, en tant qu’elle relève de la croyance, semble être en conflit avec la preuve, qui désigne quant à elle un élément permettant d’établir avec certitude l’existence d’une chose, ou la vérité d’une thèse. En effet le propre de la preuve semble être de dissoudre la croyance, soit en montrant que cette croyance était fausse, et qu’il faut donc l’abandonner, soit en montrant qu’elle était vraie, mais alors elle est par la même transformée en connaissance, puisque l’on a dès lors de bonnes raisons de tenir l’existence de la chose ou la validité de la thèse soutenue pour vraies. Si la foi et la preuve portaient sur le même domaine, elles seraient donc ennemies, mais l’on peut aussi envisager que la preuve concerne un certain domaine de l’existence, tandis que la croyance concerne un autre domaine, sur lequel la preuve n’a pas de prise. En ce sens il n’y aurait de conflit entre preuve et foi que lorsque l’une ou l’autre prétendraient empiéter sur le domaine de l’autre. La question est alors de savoir dans quelle mesure on peut tracer le domaine propre de la foi et celui de la croyance.

 



              2° L'idée de Dieu est une création des hommes faibles             Nietzsche s'interroge également sur la provenance de l'idée de Dieu, mais pour en affirmer l'origine non pas divine, mais humaine. Dieu est une invention des hommes qui veulent oublier leur propre volonté de puissance, c'est-à-dire leur force de vie, la force de leur corps et de leurs désirs : parce qu'ils n'ont pas la capacité d'affirmer cette force et qu'ils en craignent les effets, les hommes faibles créent ce que Nietzsche nomme un « arrière-monde » pour oublier le monde dans lequel ils vivent et où ils ne peuvent s'assumer. L'idée de Dieu provient de ce besoin d'une transcendance, qui apporte une réponse à leurs souffrances par des promesses de vie éternelle dans un autre monde. Par leur incapacité d'agir, les hommes se basent sur l'idée de Dieu pour justifier leur faiblesse par une morale divine qui interdirait de donner libre cours à leurs désirs : ils parviennent ainsi à éviter que d'autres affirment leur volonté de puissance et les mettent en danger. Le surhomme est alors celui qui reconnaît que « Dieu est mort », qui reconnaît que l'origine de l'idée de Dieu est une création de notre esprit pour ne pas se confronter à l'affirmation de notre vie.               3° L'idée de Dieu est un idéal régulateur constitutif de notre raison             Nous avons vu que l'idée de Dieu pouvait être comprise comme une création de l'esprit humain qui revient à inventer une divinité. Mais ne peut-on penser que même dans l'hypothèse où Dieu n'existerait pas, ce que nous ne pouvons savoir avec certitude, l'universalité de l'idée de Dieu montre qu'elle joue un rôle positif dans notre existence ? Kant critique l'idée de Descartes selon laquelle la présence en nous de l'idée de Dieu suffirait à prouver que Dieu existe. Selon Kant, nous ne pouvons passer d'un concept, comme celui d'un être parfait et infini, à l'existence de son objet : ce n'est pas la pensée qui détermine l'existence. L'existence de Dieu fait partie des questions qui ne peuvent être pour nous des objets de connaissance, car elle dépasse les capacités de nos facultés, qui ne peuvent saisir que les phénomènes, c'est-à-dire les choses qui nous apparaissent dans l'espace et le temps.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Foi et preuve sont-elles ennemies ? Corrigé de 1422 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Foi et preuve sont-elles ennemies ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • julien27436 (Hors-ligne), le 24/04/2010 é 24H14.
  • D62368 (Hors-ligne), le 27/03/2010 é 27H10.
  • Marie8143 (Hors-ligne), le 20/10/2008 é 20H18.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Foi et preuve sont-elles ennemies ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit