La foi et la raison chez Saint-Augustin

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< « hérésie » Saint Augustin, Les Confessions, XIII, XX, 28 >>
Partager

La foi et la raison chez Saint-Augustin

Philosophie

Aperçu du corrigé : La foi et la raison chez Saint-Augustin



document rémunéré

Document transmis par : laetitia10775


Publié le : 13/8/2011 -Format: Document en format FLASH protégé

La foi et la raison chez Saint-Augustin
Zoom

Chez Augustin, ce n'est pas la raison qui mène à la foi mais la foi qui mène à la raison, la précède toujours. Pour connaître en vérité, il faut croire et se soumettre à Dieu, telle est la condition nécessaire à la compréhension intellectuelle de ce à quoi l'on croit : credo, ut intelligam, c'est-à-dire « je crois puis je comprends » (je crois dans le but de comprendre), selon la célèbre formule. La seule raison ne saurait nous mener à l'essentiel par elle-même, elle a besoin de la foi pour accéder à la vérité. Qu'avons-nous à comprendre ? Que Dieu est au commencement et à la fin de tout. De sorte que celui qui aime authentiquement la vérité (le philosophe) ne peut qu'aimer Dieu : verus philosophus est amator Dei, « le vrai philosophe aime Dieu » écrit Augustin dans la Cité de Dieu (VIII, 4). La foi éclaire son intelligence et l'élève à Dieu dans un élan d'amour, puisque Dieu est avant tout ce qui mérite d'être connu. Lorsque Augustin écrit ses Confessions et retrace ainsi son itinéraire spirituel jusqu'à Dieu, il découvre que ce dernier l'a conduit tout du long à son insu : les voies du Seigneur sont impénétrables et ineffables. Sans doute est-ce la raison pour laquelle Augustin n'avait pas conscience de la divine providence à l'oeuvre dans son parcours. Aussi, toutes ses fautes, tous ses tourments, toutes ses humiliations et tous ses maux ont un sens : l'amendement et la rédemption du pécheur. Au milieu de ses doutes, Augustin se tournait déjà vers Dieu, il le priait. Tout ceci n'était possible que dans la mesure où Augustin connaissait déjà Dieu, certes obscurément mais sûrement, et ses prières n'étaient rien d'autre que des dons divins. Dieu est omniprésent, ce qui ne signifie pas qu'il est tout : il est le principal agent de tout ce qui se produit ici-bas. Qu'en est-il alors de la liberté des hommes si Dieu dispose leur volonté de la même manière qu'il dispose tout ce qui est ? Observons ce qu'Augustin écrit à propos de la continence : « Donne-moi ce que tu m'ordonnes, et ordonne-moi ce qu'il te plaît. Tu me commandes la continence. "Et je sais, dit ton serviteur, que nul ne peut l'avoir, si Dieu ne la lui donne. Et savoir même d'où vient ce don en est un de la sagesse." (Sag. VIII, 21) La continence nous recompose et ramène à l'unité les fractions multiples de nous-mêmes. Car ce n'est pas assez t'aimer que d'aimer avec toi quelque chose que l'on n'aime pas pour toi. Ô amour toujours brûlant sans jamais s'éteindre ; amour, mon Dieu, embrasemoi ! Tu m'ordonnes la continence ; donne-moi ce que tu m'ordonnes, et ordonne-moi ce qu'il te plaît. » Saint Augustin, Les Confessions, X, XXIX, 40




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : La foi et la raison chez Saint-Augustin Corrigé de 4345 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "La foi et la raison chez Saint-Augustin" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Je crois parce que c'est absurde. [ Paroles attribuées à Saint Augustin. ] Augustin, Saint

Ajouté par webmaster

Je crois parce que c'est absurde. Paroles attribuées à Saint Augustin. Augustin, Saint

Ajouté par webmaster

Saint Augustin : la raison ne se soumettrait jamais, si elle ne jugeait qu'il y a des occasions où elle doit se soumettre., PASCAL, Pensées, IV, p. 270.

Ajouté par webmaster

Saint Augustin nous apprend qu'il y a dans chaque homme un serpent, une ève et un Adam : le serpent sont les sens et notre nature, l'ève est l'appétit concupiscible, et l'Adam est la raison (...), PASCAL, Lettre à MËmËe Périer, 17 oct. 1751.

Ajouté par webmaster

Ces messieurs passaient pour être des nouveaux disciples de saint Augustin, qui n'étaient pas fâchés de procurer quelque humiliation salutaire aux disciples de saint Ignace., VOLTAIRE, Essai sur probab. en fait de just., Hist. veuve Genep.

Ajouté par webmaster

« On ne connaît personne sinon par l'amitié. » (SAINT AUGUSTIN.)

Ajouté par webmaster

Car si je me trompe, je suis. La Cité de Dieu (420-429) Augustin, Saint

Ajouté par webmaster

Car si je me trompe, je suis. [ La Cité de Dieu (420-429) ] Augustin, Saint

Ajouté par webmaster

La prière est le plus grand rempart de l'âme. [ ] Augustin, Saint

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédente

La foi et la raison chez Saint-Augustin

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo