NoCopy.net

Formes et caractéristiques de l'Etat

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Etat et cité idéale dans l'Antiquité Le pouvoir contractuel >>
Partager

Formes et caractéristiques de l'Etat

Philosophie

Aperçu du corrigé : Formes et caractéristiques de l'Etat



Publié le : 27/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Formes et caractéristiques de l'Etat
Zoom



ÉTAT: 1) Avec une minuscule, manière d'être, disposition (un état d'esprit). 2) Avec une majuscule, un ensemble d'individus soumis à une même autorité politique, ou plus précisément cette autorité politique elle-même. L'État c'est le gouvernement et l'ensemble des structures par lesquelles il manifeste son autorité. 3) État de droit: tout État qui s'applique à respecter la personne et à garantir les libertés individuelles. 4) Raison d'État: motif d'intérêt public invoqué par l'État pour justifier une action contraire à la loi ou à la morale.

ACTE / ACTION: ACTE: 1) Toute conduite qui traduit l'accomplissement d'une volonté consciente. 2) Par opposition à la pensée ou à la parole, toute conduite qui entraîne une modification observable de l'environnement. 3) Désigne, chez Aristote, ce qui est pleinement réalisé ou achevé, par opposition à puissance. Acte manqué : acte qui « manque » son but, qui ne correspond pas aux intentions conscientes de son auteur (exemple : le lapsus). ACTION: Opération propre à un être ou agent, sans intervention d'une cause extérieure et qui s'oppose autant à l'inertie qu'à la passivité, l'action peut désigner en particulier les actes volontaires. Elle implique alors l'intervention d'une conscience, et c'est pourquoi le terme a fréquemment une connotation morale : on parle de bonnes ou mauvaises actions.

FORMEL: Qui concerne la forme, et non la matière ou le contenu, et porte sur les relations entre les éléments plutôt que sur ces éléments eux-mêmes ou sur ce qu'ils désignent.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Formes et caractéristiques de l'Etat Corrigé de 252 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Formes et caractéristiques de l'Etat" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Victor35580 (Hors-ligne), le 28/07/2009 à 28H20.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    ..), des dictatures se nomment républiques démocratiques ou « national-socialisme »,... une même l'orme de l'État est appelée ici république, là démocratie, en étant monarchie. Certes la structure économique joue un rôle capital, et on oppose classiquement le libéralisme économique (entreprises privées, concurrence des entreprises, protection des capitaux privés) et le socialisme (propriété sociale des moyens de production, organisation dirigiste de l'économie par l'organisme politique, gestion démocratique de l'économie). Mais actuellement (cf. ci-dessus, ch. Le Travail), ce manichéisme économico-politique ne suffit pas à rendre compte de la forme des États quoiqu'il alimente les campagnes de propagande politique. En fait, on pourrait distinguer, comme le propose Eric Weil (« Philosophie politique », 1956), deux formes fondamentales de l'État moderne : la forme autocratique et la forme constitutionnelle.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    (...)la pertinence d'un système de classement, c'est-à-dire le fait que les caractéristiques définissant les classes que ce système comporte, et ces caractéristiques seules, comptent pour l'identité que l'on reconnaît aux objets qu'il concerne, ne saurait s'expliquer par ces caractéristiques elles-mêmes, mais seulement par le point de vue d'où on considère les objets en question., L. J. PRIETO, Pertinence et Pratique, p. 101.

    Ajouté par webmaster

    Mussolini, juriste latin, se contentait de la raison d'État qu'il transformait (...) en absolu. «Rien hors de l'État, au-dessus de l'État, contre l'État. Tout à l'État, pour l'État, dans l'État»., CAMUS, l'Homme révolté, p. 227.

    Ajouté par webmaster

    Quand l'homéostat d'Ashby se commute lui-même en cours de fonctionnement (car on peut attribuer à cette machine la faculté d'agir sur ses propres sélecteurs), il se produit un saut des caractéristiques qui anéantit tout fonctionnement antérieur; (...) quand la machine change de formes en se commutant, elle ne se commute pas pour avoir telle autre forme orientée vers la résolution du problème; il n'y a pas une modification de formes qui soit orientée par le pressentiment du problème à résoudre; le virtuel ne réagit pas sur l'actuel (...), Gilbert SIMONDON, Du mode d'existence des objets techniques, p. 144-145.

    Ajouté par webmaster

    L'idée d'État paraît (...) d'une ambiguïté essentielle. En un sens, l'État est le pouvoir suprême et transcendant, qui a mission d'exercer entre les diverses forces collectives un arbitrage souverain; il exprime la collectivité dans son unité. Mais d'autre part, si le pouvoir politique domine théoriquement toutes les autres formes d'autorité, il (...) n'est le plus souvent que leur reflet., J. DONNEDIEU DE VABRES, l'État, p. 13-14.

    Ajouté par webmaster

    (...) le régime profitait davantage s'il renfermait du lactose ordinaire, de préférence au lactose purifié. Ce dernier, à l'état très pur, déterminait en effet des accidents nerveux caractéristiques, - semblables à ceux de la polynévrite aviaire décrits par Eijkman -, une dénutrition, une baisse de la température corporelle et la mort vers le 30-35Ëe jour., S. GALLOT, les Vitamines, p. 35.

    Ajouté par webmaster

    Dans le débat toujours ouvert sur la nature des pronoms, on a l'habitude de considérer ces formes linguistiques comme formant une même classe formelle et fonctionnelle; à l'instar, par exemple, des formes nominales ou des formes verbales. Or toutes les langues possèdent des pronoms, et dans toutes on les définit comme se rapportant aux mêmes catégories d'expression (pronoms personnels, démonstratifs, etc.). L'universalité de ces formes et de ces notions conduit à penser que le problème des pronoms est à la fois un problème de langage et un problème de langues, ou mieux, qu'il n'est un problème de langues que parce qu'il est d'abord un problème de langage. C'est comme fait de langage que nous le poserons ici, pour montrer que les pronoms ne constituent pas une classe unitaire, mais des espèces différentes selon le mode de langage dont ils sont les signes. Les uns appartiennent à la syntaxe de la langue, les autres sont caractéristiques de ce que nous appellerons les «instances de discours», c'est-à-dire les actes discrets et chaque fois uniques par lesquels la langue est actualisée en parole par un locuteur., É. BENVENISTE, Problèmes de linguistique générale, t. I, p. 251.

    Ajouté par webmaster

    -(En cas de représailles dirigées par un État lésé contre l'État coupable) Sont compatibles avec l'état de paix et, par suite, avec les obligations contractuelles des États, les mesures suivantes (...) l'«embargo» des navires sous ses deux formes de l'arrêt du prince (défense faite aux navires étrangers de quitter le port) ou de l'angarie (réquisition des navires étrangers)., DELBEZ, Manuel de droit international public, éd. Dalloz, p. 240.

    Ajouté par webmaster

    (...) si nous possédions seulement vingt fossiles complets entre le Zinjanthrope et nous, il n'y aurait pas d'Archanthropiens ou de Paléanthropiens, mais de l'état 1 à l'état 20, une progression sans ruptures, car, malgré les variations entre formes contemporaines, à moins de rester fidèle à des conceptions dépassées, on ne voit ni heurts, ni chevauchements notables entre les quelques fossiles datés sans discussion., A. LEROI-GOURHAN, le Geste et la Parole, t. I, p. 100.

    Ajouté par webmaster

    Les formes que la vue nous livre à l'état de contours sont produites par la perception des déplacements de nos yeux conjugués qui conservent la vision -nette., VALÉRY, Degas, Danse, Dessin, p. 60.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Formes et caractéristiques de l'Etat

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo