Guiseppe Piermarini, Théâtre de la Scala

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Giovanni Antonio Selva, Théâtre La Fenice Benjamin West, Mort du général Wolf >>
Partager

Guiseppe Piermarini, Théâtre de la Scala

Philosophie

Aperçu du corrigé : Guiseppe Piermarini, Théâtre de la Scala



Format: Document en format FLASH protégé

Guiseppe Piermarini, Théâtre de la Scala
Zoom

Le théâtre de la Scala de Milan doit son nom à la vieille église Sainte Marie de la Scala, détruite, sur l'emplacement de laquelle fut bâti un premier théâtre, également démoli à cause d'un incendie. L'édifice actuel a été réalisé par Giuseppe Piermarini et inauguré en 1778. Abîmé par les bombardements au cours de la deuxième guerre mondiale, il a été fidèlement reconstruit.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Guiseppe Piermarini, Théâtre de la Scala Corrigé de 195 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Guiseppe Piermarini, Théâtre de la Scala" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Les plus grands chefs se sont succédé à la direction musicale du théâtre milanais : de Franco Faccio à Arturo Toscanini (1896-1903 ; 1906-1908 ; 1920-1929 — qui a procédé à une réforme en profondeur des us et coutumes du théâtre dans les années 1920 —, puis de Victor De Sabata à Gino Marinuzzi, de Guido Cantelli à Gianandrea Gavanezza, et enfin de Claudio Abbado à Riccardo Muti, tous ont contribué à faire de la Scala l’un des plus prestigieux théâtres lyriques au monde

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Le protagoniste, comme on dit ici, est un soprano du théâtre de la Scala., STENDHAL, Rome, Naples et Florence, 3 déc. 1816, -in Voyages en Italie, Pl., p. 77.

Ajouté par webmaster

Les méfaits du théâtre psychologique venu de Racine nous ont déshabitués de cette action immédiate et violente que le théâtre doit posséder., A. ARTAUD, le Théâtre et son double, Le théâtre et la cruauté, p. 29, Idées/Gallimard.

Ajouté par webmaster

Il y a dans un spectacle comme celui du théâtre Balinais quelque chose qui supprime l'amusement, ce côté de jeu artificiel inutile, de jeu d'un soir qui est la caractéristique de notre théâtre à nous., A. ARTAUD, le Théâtre et son double, «Sur le théâtre Balinais», Idées, Gallimard, p. 90.

Ajouté par webmaster

Ce n'est pas la théâtralité qui détient le pouvoir de magnétisme, la force de récurrence et le transport du théâtre, mais la vie au théâtre, la vie du théâtre, du jeu, inséparable du reste de la vie (...), J. GILLIBERT, la Création littéraire, -in la Nef, n° 31, p. 88.

Ajouté par webmaster

(...) il n'est pas de théâtre plus sanguinaire ni où les passions soient plus violentes et plus cruelles. Ne vous fiez pas à la gentillesse simiesque de ces magots sensuels., Jules LEMAITRE, Impressions de théâtre, «Théâtre japonais».

Ajouté par webmaster

Cette idée de théâtre pur qui est chez nous uniquement théorique, et à qui personne n'a jamais tenté de donner la moindre réalité, le théâtre balinais nous en propose une réalisation stupéfiante en ce sens qu'elle supprime toute possibilité de recours aux mots pour l'élucidation des thèmes des plus abstraits (...), A. ARTAUD, le Théâtre et son double, Sur le théâtre balinais, Idées/Gallimard, p. 92.

Ajouté par webmaster

(...) l'enrobement spirituel (...) l'étude profonde et nuancée qui a présidé à l'élaboration de ces jeux d'expressions du théâtre balinais., A. ARTAUD, le Théâtre et son double, Sur le théâtre balinais, Idées/Gallimard, p. 82.

Ajouté par webmaster

.1 (Le théâtre balinais) élimine l'auteur au profit de ce que dans notre jargon occidental du théâtre, nous appellerions le metteur en scène; mais celui-ci devient une sorte d'ordonnateur magique, un maître de cérémonies sacrées. Et la matière sur laquelle il travaille, les thèmes qu'il fait palpiter ne sont pas de lui mais des dieux., A. ARTAUD, le Théâtre et son double, Sur le théâtre balinais, Idées/Gallimard, p. 90.

Ajouté par webmaster

Une idée du théâtre s'est perdue. Et dans la mesure où le théâtre se borne à nous faire pénétrer dans l'intimité de quelques fantoches, et où il transforme le public en voyeur, on comprend que l'élite s'en détourne et que le gros de la foule aille chercher au cinéma, au music-hall ou au cirque, des satisfactions violentes, et dont la teneur ne le déçoit pas., A. ARTAUD, le Théâtre et son double, Le théâtre et la cruauté, Idées/Gallimard, p. 129.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource suivante

Guiseppe Piermarini, Théâtre de la Scala

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo