LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< HEGEL: La plus haute signification de l'art HEGEL: Le but de l'art, son besoin originel >>


Partager

HEGEL: Cette conscience de lui-même, l'homme l'acquiert de deux manières

Philosophie

Aperçu du corrigé : HEGEL: Cette conscience de lui-même, l'homme l'acquiert de deux manières



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format FLASH protégé

	HEGEL: Cette conscience de lui-même, l'homme l'acquiert de deux manières
Zoom

Ce texte, extrait de l'Esthétique de Hegel, porte sur le double mouvement dans lequel se constitue notre conscience de soi, à la fois sur le plan théorique (par la saisie intellectuelle de notre vie intérieure) et sur le plan pratique (par la transformation du monde extérieur).
 



Cette conscience de lui-même, l'homme l'acquiert de deux manières : théoriquement, en prenant conscience de ce qu'il est intérieurement, de tous les mouvements de son âme, de toutes les nuances de ses sentiments, en cherchant à se représenter à lui-même, tel qu'il se découvre par la pensée, et à se reconnaître dans cette représentation qu'il offre à ses propres yeux. Mais l'homme est également engagé dans des rapports pratiques avec le monde extérieur, et de ces rapports naît également le besoin de transformer ce monde, comme lui-même, dans la mesure où il en fait partie, en lui imprimant son cachet personnel. Et il le fait, pour encore se reconnaître lui-même dans la forme des choses, pour jouir de lui-même comme d'une réalité extérieure. On saisit déjà cette tendance dans les premières impulsions de l'enfant : il veut voir des choses dont il soit lui-même l'auteur, et s'il lance des pierres dans l'eau, c'est pour voir ces cercles qui se forment et qui sont son oeuvre dans laquelle il retrouve comme un reflet de lui-même. Ceci s'observe dans de multiples occasions et sous les formes les plus diverses, jusqu'à cette sorte de reproduction de soi-même qu'est une oeuvre d'art. HEGEL


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3376 mots (soit 5 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " HEGEL: Cette conscience de lui-même, l'homme l'acquiert de deux manières " a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Joflozi-253199 (Hors-ligne), le 09/05/2015 à 09H14.
  • Srattax-235688 (Hors-ligne), le 10/01/2015 à 10H12.
  • nezsha-246038 (Hors-ligne), le 02/11/2014 à 02H15.
  • floorie-214570 (Hors-ligne), le 06/10/2013 à 06H15.
  • juju-184925 (Hors-ligne), le 11/11/2012 à 11H11.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    « Il appartient à la culture, à la pensée comme conscience que l'individu prend sous la forme de l'universel, que je sois saisi comme personne universelle : en celle-ci tous sont identiques. L'homme a cette valeur parce qu'il est homme, non parce qu'il est juif, catholique, protestant, allemand, italien, etc. » Hegel, Principes de la philosophie du droit, 1821.

    Ajouté par webmaster

    On peut s'instruire, c'est-à-dire acquérir de l'expérience sur ce qui nous entoure, de deux manières, empiriquement et expérimentalement. Il y a d'abord une sorte d'instruction ou d'expérience inconsciente et empirique, que l'on obtient par la pratique de chaque chose. Mais cette connaissance que l'on acquiert ainsi n'en est pas moins nécessairement accompagnée d'un raisonnement expérimental vague que l'on fait sans s'en rendre compte (...), Cl. BERNARD, Introd. à l'étude de la médecine expérimentale, p. 47.

    Ajouté par webmaster

    Un homme se sent exister comme conscience avant toute philosophie (...) Appelons -je cette conscience (...) à ce -je s'oppose le -moi comme la pensée de lui-même., René LE SENNE, -in CUVILLIER, Nouveau voc. de la langue philosophique, art. -Je.

    Ajouté par webmaster

    Ce qui m'enchante en lui -(Descartes) et me le rend vivant, c'est la conscience de soi-même, de son être tout entier rassemblé dans son attention; conscience pénétrante des opérations de sa pensée; conscience si volontaire et si précise qu'il fait de son Moi un instrument dont l'infaillibilité ne dépend que du degré de cette conscience qu'il en a., VALÉRY, Variété IV, p. 226.

    Ajouté par webmaster

    "Le concept de conscience de soi contient la détermination de la différence non encore réalisée. Dans la mesure où cette différence, absolument parlant, se manifeste en elle, elle a le sentiment d'une altérité en elle même, d'une négation d'elle même, c'est à dire le sentiment d'un manque, un besoin." Hegel, Propédeutique philosophique, deuxième cours, Ed. de Minuit, page 96.

    Ajouté par webmaster

    On ne se lasse pas de répéter que l'homme est bien peu de chose sur la terre, et la terre dans l'univers. Pourtant, même par son corps, l'homme est loin de n'occuper que la place minime qu'on lui octroie d'ordinaire, et dont se contentait Pascal lui-même quand il réduisait le «roseau pensant» à n'être, matériellement, qu'un roseau. Car si notre corps est la matière à laquelle notre conscience s'applique, il est coextensif à notre conscience, il comprend tout ce que nous percevons, il va jusqu'aux étoiles., H. BERGSON, les Deux Sources de la morale et de la religion, p. 274.

    Ajouté par webmaster

    Mais la première critique fondamentale de la bonne conscience, la dénonciation de la belle âme et des attitudes inefficaces, nous la devons à Hegel (...), CAMUS, l'Homme révolté, p. 171.

    Ajouté par webmaster

    Les deux termes de -culture et de -civilisation recouvrent des notions non pas mêlées, mais connexes, et qui procèdent étroitement les unes des autres. Suivant le pays et même suivant les individus, le sens varie. La «culture» allemande est assez voisine de ce que nous entendons le plus généralement en français par civilisation, mais on connaît des penseurs français qui utilisent le mot dans un sens proche du germanique. Pour certains, culture est entendu avec des résonances plus strictement intellectuelles : dans le sens où l'on parle de culture classique, de culture scientifique, d'homme «cultivé»; pour d'autres, il désigne une méthode, une certaine aisance que l'homme acquiert dans l'exercice de son esprit, une participation à une certaine manière de réagir et de penser (on parlera alors de «culture française»); pour d'autres, enfin, la culture est tout ce qui élargit la pensée et la conscience individuelle ou collective (on pourra dans cette acception parler de «culture politique»)., DANIEL-ROPS, Ce qui meurt..., II, p. 58 ( Culturel, cit. 1).

    Ajouté par webmaster

    « La conscience morale n'est pas quelque chose que l'on soit susceptible d'acquérir, et il n'y a pas de devoir ordonnant de se procurer cette conscience; mais tout homme, en tant qu'être moral, possède en lui, originairement, une telle conscience. » Kant, Doctrine de la vertu, 1797.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo