HEGEL: Les choses de la nature n'existent qu'immediatement...

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< HEGEL: L'homme montre mieux son habileté dan ... HEGEL: Art & Spiritualité >>
Partager

HEGEL: Les choses de la nature n'existent qu'immediatement...

Philosophie

Aperçu du corrigé : HEGEL: Les choses de la nature n'existent qu'immediatement...



Publié le : 24/4/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	HEGEL: Les choses de la nature n'existent qu'immediatement...
Zoom
  • hegel : L'homme moderne est écartelé entre la raison et les sens, entre le savoir et la foi, entre la moralité et l'action. Hegel tente de le réconcilier avec lui-même en démontrant que la réalité et la pensée (l'individu empirique et la froide raison) ne sont pas contradictoires.
  • chose : 1. Désigne la réalité (res en latin : chose) en gén. ; cf. DESCARTES : « chose pensante » (âme), « chose étendue » (matière). 2. Désigne la réalité, envisagée comme déterminée et statique, existant hors de la représentation ; en ce sens, KANT utilise l'expression « chose en soi ». 3. (Par ext.) À partir du sens 2, désigne la réalité inanimée, hors de son rapport à la pensée (le monde des choses). Rem. : la chose se distingue de l'objet en ce que ce dernier est construit ; cela n'implique pas que la chose soit chose en soi ; ce qui est chose se constitue comme ce qui est maniable, ce qui est disponible ; autrement dit, l'objet se réfère à la pensée, la chose à l'action ; le monde des choses, c'est le monde qui se détermine dans la pratique, et y résiste ; à partir du sens 3, le réaliste confond volontiers la chose et l'objet (cf. DURKHEIM : « Il faut considérer les faits sociaux comme des choses »). 4. Chosisme : attitude qui consiste à considérer la réalité comme une chose au sens 2.
  • nature : 1° L'inné par opposition à l'acquis (nature opposée à culture, ou chez les anthropologues anglo-saxons nature opposée à nurture); 2° Essence, ensemble des propriétés qui caractérisent un objet ou un être (la nature de l'homme par exemple); 3° L'ensemble des phénomènes matériels, liés entre eux par des lois scientifiques. En ce sens, le naturel peut s'opposer au surnaturel qui désigne une intervention transcendante de la divinité; 4° Spinoza distingue la nature naturante, c'est-à-dire la substance infinie et la nature naturée, les divers modes par lesquels s'exprime cette substance. Le mot nature est ambigu. Le naturalisme du xviiie siècle par exemple est contradictoire. D'une part son épistémologie réduit la nature à un mécanisme (des faits soumis à des lois nécessaires) indifférent aux valeurs humaines. D'autre part, sa morale prétend se fonder sur la nature, c'est-à-dire sur des tendances spontanées, supposées bonnes; la nature devient alors la Mère-Nature, une sorte de providence bienveillante.

questions indicatives
 

 Que signifie « l'homme existe aussi pour soi » ? Est-ce une profession de foi d'égoïsme... ?
 
 Importance du pronom réfléchi dans les expressions : « se contemple, se représente à lui-même, se pense... » ?
 
 Comment comprenez-vous : « n'est esprit que par cette activité qui constitue un être pour soi » ?
 
 Qu'est-ce que « la conscience de soi » ? Comment l'homme l'acquiert-il ?
 
 Comment comprenez-vous « l'homme se constitue pour soi par son activité pratique, parce qu'il est poussé à se trouve lui-même dans ce qui lui est donné immédiatement, dans c qui s'offre à lui extérieurement ?
 
 Comment comprenez-vous « immédiatement » dans ce texte ? A quoi cela s'oppose-t-il ?
 
 Qu'est-ce qu'il « retrouve » « dans les choses extérieures qu'il marque du sceau de son intériorité » ?
 
 Qu'est-ce qu'il retrouve « seulement » ?
 
 Quel est le sens de « farouchement étranges », ici ?
 
 De quoi « jouit-il » exactement ?
 
 Qu'est-ce que veut faire apparaître Hegel ?
 
 Qu'en pensez-vous ?



Les choses de la nature n'existent qu'immédiatement et d'une seule façon, tandis que l'homme, parce qu'il est esprit, a une double existence ; il existe d'une part au même titre que les choses de la nature, mais d'autre part, il existe aussi pour soi. Il se contemple, se représente à lui-même, se pense et n'est esprit que par cette activité qui constitue un être pour soi. Cette conscience de soi, l'homme l'acquiert de deux manières : primo, théoriquement, parce qu'il doit se pencher sur lui-même pour prendre conscience de tous les mouvements, replis et penchants du coeur humain ; et d'une façon générale se contempler, se représenter ce que la pensée peut lui assigner comme essence ; enfin se reconnaître exclusivement aussi bien dans ce qu'il tire de son propre fond quand dans les données qu'il reçoit de l'extérieur. Deuxièmement, l'homme se constitue pour soi par son activité pratique, parce qu'il est poussé à se trouver lui-même dans ce qui est donné immédiatement, dans ce qui s'offre à lui extérieurement. Il y parvient en changeant les choses extérieures, qu'il marque au sceau de son intériorité et dans lesquelles ils ne retrouve que ses propres déterminations. L'homme agit ainsi, de par sa liberté de sujet, pour ôter au monde extérieur son caractère farouchement étranger et pour ne jouir des choses que parce qu'il retrouve une forme extérieure de sa propre réalité. HEGEL


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	HEGEL: Les choses de la nature n'existent qu'immediatement...	Corrigé de 1545 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " HEGEL: Les choses de la nature n'existent qu'immediatement... " a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • gogolatortue (Hors-ligne), le 24/10/2011 à 24H13.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Il se sait donc autonome. Mais l'homme doit aussi prendre en compte " les données qu'il reçoit de l'extérieur ". Ce qui signifie que le regard que les autres peuvent porter sur l'homme nous donnent parfois de précieux éléments. Mais comment l'homme utilise t-il sa conscience et donc sa connaissance dans le monde qui l'entour ? 3 - Acquisition pratique de la conscience de soi. (Ligne 12 à 20) La conscience possède un aspect pratique qui nous montre que celle-ci permet la constitution d'une identité. Dès lors, ce qu'est l'homme ne peut se comprendre que par ce travail sur soi impliquant une constante évolution d e soi par soi. La connaissance qui la de lui-même n'est jamais totalement achevé et se doit de suivre l'évolution de son histoire personnelle. L'homme est un être qui comprend son monde qui l'entour en vivant au fur a mesure. Car l'homme façonne le monde à son image par l'intermédiaire d e ses actions.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Le bon sens nous dit que les choses de la terre n'existent que bien peu, et que la vraie réalité n'est que dans les rêves., BAUDELAIRE, les Paradis artificiels, Préface.

    Ajouté par webmaster

    La Nature, comme dit Hegel si profondément, est extériorité., SARTRE, Situations III, p. 154.

    Ajouté par webmaster

    L'association implique un rapport de droit entre tous les associés, un but poursuivi en commun et un certain caractère de permanence, toutes choses qui n'existent pas dans la réunion., L. DUGUIT, Traité de droit constitutionnel, t. V, p. 340.

    Ajouté par webmaster

    " Le droit de la nature est […] l’existence de la force brutale et le domaine où prévaut la violence ; un état de nature est un état où règnent la brutalité et l’injustice, sur lequel on ne saurait rien dire de mieux que : il faut en sortir. La société, au contraire, est la condition où le droit se réalise ; ce qu’il faut restreindre et sacrifier c’est précisément l’arbitraire, et la violence de l’état de nature. " > G. W. F. Hegel, Précis de l’Encyclopédie des sciences philosophiques

    Ajouté par webmaster

    LA NATURE ET L'ARTIFICE "Parmi les êtres, les uns sont par nature, les autres par d'autres causes ; par nature, les animaux et leurs parties, les plantes et les corps simples, comme terre, feu, air, eau ; ce sont des choses, en effet, et des autres de même sorte, on dit qu'elles sont par nature." Aristote, Physique, 384-322 av. J.-C.

    Ajouté par webmaster

    La philosophie de Hegel est un aristotélisme., ALAIN, Hegel, -in les Passions et la Sagesse, Pl., p. 999.

    Ajouté par webmaster

    Lui aussi ne pouvait avoir la moindre tache sur son veston sans qu'immédiatement sa femme arrivât avec une bouteille de détachant, un linge fin et une brosse (...), Pierre DANINOS, Un certain Monsieur Blot, p. 59.

    Ajouté par webmaster

    L'en soi désigne la suffisance d'un être, le pour soi enferme une réflexion (...), ALAIN, Hegel, La philosophie de la nature (1932), -in les Passions et la Sagesse, Pl., p. 1025.

    Ajouté par webmaster

    "Mais il est permis de soutenir que le beau artistique est plus élevé que le beau dans la nature." Hegel, Esthétique.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    HEGEL: Les choses de la nature n'existent qu'immediatement...

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo