NoCopy.net

L'histoire n'est-elle que désordre ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< En quoi la démocratie est-elle toujours à con ... Peut-il y avoir une science de l'inconscient ... >>
Partager

L'histoire n'est-elle que désordre ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : L'histoire n'est-elle que désordre ?



Publié le : 17/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

L'histoire n'est-elle que désordre ?
Zoom
  • histoire : Le terme d'histoire désigne deux réalités différentes: 1) la science qui étudie le passé de l'humanité et qui relate et interprète les faits. 2) les événements, les actes, les faits du passé, cad la mémoire des hommes.
  • désordre : Absence d'ordre. Bureau en désordre. [Figuré] Manque de cohérence, d'organisation. Absence de discipline. Semer le désordre dans une communauté.

L'histoire humaine offre le spectacle désolant d'un désordre tragique. L'homme, être libre, ne suit pas les lois de la nature et de l'instinct. Il ne respecte pas non plus l'ordre de la raison.

MAIS...

Il y a une certaine régularité dans le cours des choses humaines. Il faut considérer l'histoire comme le devenir d'une espèce unique. L'histoire universelle devient alors celle d'un progrès continu.



Le récit sur le devenir de l'humanité ou bien ce devenir lui-même sont-ils seulement aléas, irrégularités, déviances ? L'historien ou le philosophe n'introduisent-ils pas de l'ordre là où nous percevons du désordre, des lois là où il y a en apparence des aléas ? Plus profondément, le sujet nous interroge sur la rationalité possible de l'histoire.

•    Le devenir des sociétés humaines, mais aussi la science du passé, sont-ils seulement absence d'ordre, de dispositions conformes à la raison ? L'histoire désigne-t-elle uniquement un ensemble chaotique d'irrégularités et de déviances ?




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : L'histoire n'est-elle que désordre ? Corrigé de 2232 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "L'histoire n'est-elle que désordre ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé
Corrigé consulté par :
  • Dimitri20705 (Hors-ligne), le 05/02/2009 à 05H02.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    [...] Il est démontré par la connaissance spéculative que la Raison [...] est la substance, la puissance infinie, la matière infinie de toute vie naturelle ou spirituelle [...] Elle est la substance, c'est-à-dire ce par quoi et en quoi toute réalité trouve son être et sa consistance. Elle est l'in finie puissance [...] Elle est le contenu infini, tout ce qui est essentiel et vrai [...] L'Idée est le vrai, l'éternel, la puissance absolue. » (Hegel, La raison dans l'histoire). De même, Marx s'efforce-t-il de conjurer le désordre et les aléas historiques: voici, de nouveau, l'histoire analogue à un théâtre où se représente un drame ou une pièce dotés d'un sens quasi « sacré ». Ici encore, distinguons dans l'histoire le plan de l'apparence et celui du réel. Or à cet étage, nous apercevons un ordre sous-jacent.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    L'histoire politique n'est pas l'histoire des partis, de même que l'histoire de l'esprit humain n'est pas l'histoire des coteries littéraires. Au-dessus des partis, il y a ces grands mouvements dont l'histoire de tous les temps est remplie, mais qui, depuis soixante-dix ans, ont pris un nom et une forme particuliers, le nom et la forme de révolutions. C'est là l'objet qui doit, dans l'histoire contemporaine, fixer l'attention du philosophe et de l'observateur., RENAN, Questions contemporaines, OE. compl., t. I, p. 33.

    Ajouté par webmaster

    Quel désordre aimable : non un désordre d'abandon, mais le désordre intelligent qui marque une présence. Il garde encore l'empreinte du mouvement., SAINT-EXUPÉRY, Courrier sud, III, IV, p. 189.

    Ajouté par webmaster

    L'HISTOIRE ET LE BONHEUR "L'histoire n'est pas le lieu de la félicité. Les périodes de bonheur y sont ses pages blanches." Hegel, La Raison dans l'histoire, 1830.

    Ajouté par webmaster

    « La frontière qui sépare l'histoire et la science n'est pas celle du contingent et du nécessaire, mais celle du tout et du nécessaire. » Paul Veyne, «L'histoire conceptualisante», in Faire de l'histoire, 1974.

    Ajouté par webmaster

    Et ici, dans le bureau du Commandant, la mort ne me paraît ni auguste, ni majestueuse, ni héroïque, ni déchirante. Elle n'est qu'un signe de désordre., SAINT-EXUPÉRY, Pilote de guerre, I.

    Ajouté par webmaster

    l'Histoire justifie ce que l'on veut. Elle n'enseigne rigoureusement rien, car elle contient tout et donne des exemples de tout. Elle est le produit le plus dangereux que la chimie de l'intellect ait élaboré. Regards sur le monde actuel, De l'histoire Valéry, Paul

    Ajouté par webmaster

    Peut-être l'acte d'écrire n'est-il qu'un coït? Une union hiérogamique? Tenir ensemble passé et futur, lieu du symbole? Peut-être l'histoire de l'écriture ne peut-elle pas être séparée de l'histoire de la sexualité, mais qu'est-ce qui ne l'est pas?, J. GILLIBERT, la Création littéraire, -in la Nef, n° 31, p. 94 (1967).

    Ajouté par webmaster

    « Au sens strict des termes, l'histoire ne répond pas à la définition de la science; elle ne consiste pas en démonstrations abstraites comme les mathématiques ; elle n'est pas vérifiable par l'expérimentation comme les sciences de la nature; enfin, elle n'aboutit pas à des lois qui permettent la prévision. » Léon E. Halkin, Éléments de critique historique, 1974.

    Ajouté par webmaster

    Ajoutons que la religion du fait prétend aussi trouver, et à elle seule, le «sens de l'histoire», la «philosophie de l'histoire», et que, là encore, elle illustre une faiblesse d'esprit dont les âges qui nous précèdent semblaient exempts (...), Julien BENDA, la Trahison des clercs, p. 193.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    L'histoire n'est-elle que désordre ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo