NoCopy.net

L'histoire est-elle un éternel recommencement ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Un fait unique et qui ne se répète pas peut-i ... Les images nous parlent-elles comme des mots ... >>
Partager

L'histoire est-elle un éternel recommencement ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : L'histoire est-elle un éternel recommencement ?



Publié le : 11/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

L'histoire est-elle un éternel recommencement ?
Zoom
  • histoire : Le terme d'histoire désigne deux réalités différentes: 1) la science qui étudie le passé de l'humanité et qui relate et interprète les faits. 2) les événements, les actes, les faits du passé, cad la mémoire des hommes.

Le devenir des sociétés humaines désigne-t-il un retour perpétuel des mêmes événements ou des mêmes problèmes, une répétition, ou bien l'avènement de successions ou possibilités rigoureusement nouvelles ?



On constate en effet qu'il n'y a pas de progrès, au sens que la raison, les lumières devraient définitivement mettre à l'écart les exactions, les formes de barbarie. C'est pure illusion de croire que ce qui s'est produit d'inacceptable ne se reproduira plus au nom d'une intelligence mûrie par l'expérience. L'histoire n'est donc en rien un parcours linéaire qui partirait d'un lointain obscur pour gagner insensiblement en maîtrise et en grandeur. Chez Nietzsche, l'Éternel retour est une hypothèse qui peut être déduite du concept de volonté de puissance, en admettant que l'être n'existe pas, c'est-à-dire que l'Univers n'atteint jamais un état final, qu'il n'a pas de but  ; en conséquence, l'Univers n'est ni devenu ni à devenir - il n'a jamais commencé à devenir. L'Univers est fini donc toutes les combinaisons possibles doivent donc pouvoir revenir un nombre infini de fois. L'Éternel retour nietzschéen se distingue de toutes les anciennes conceptions cycliques. Nietzsche nie toute dette et toute faute, et conçoit le devenir cyclique par-delà bien et mal. « Cette vie, telle que tu la vis actuellement, telle que tu l'as vécue, il faudra que tu la revives encore une fois et un nombre innombrable de fois ; et il n'y aura rien de nouveau, bien au contraire... » Ainsi parlait Zarathoustra. Le nihilisme, dans cette pensée, est un état normal, et non un symptôme de faiblesse face à l'absurdité de l'existence.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : L'histoire est-elle un éternel recommencement ? Corrigé de 1439 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "L'histoire est-elle un éternel recommencement ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • niakolo-223000 (Hors-ligne), le 04/12/2013 à 04H00.
  • isabellethuy212 (Hors-ligne), le 21/02/2012 à 21H22.
  • lebr0n23 (Hors-ligne), le 03/03/2011 à 03H19.
  • cariboucompany (Hors-ligne), le 03/11/2010 à 03H21.
  • melanie (Hors-ligne), le 01/11/2010 à 01H12.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Troisième partie : Recommencement et nouveauté "L'expérience et l'histoire nous enseignent que peuples et gouvernements n'ont jamais rien appris de l'histoire, qu'ils n'o jamais agi suivant les maximes qu'on aurait pu en tirer." Hegel, Leçons sur la philosophie de l'histoire. Cette derniè observation met à mal l'idée répandue selon laquelle les hommes devraient tirer des leçons de l'histoire. On constate e effet qu'il n'y a pas de progrès, au sens que la raison, les lumières devraient définitivement mettre à l'écart le exactions, les formes de barbarie. C'est pure illusion de croire que ce qui s'est produit d'inacceptable ne se reprodui plus au nom d'une intelligence mûrie par l'expérience. L'histoire n'est donc en rien un parcours linéaire qui partirait d'u lointain obscur pour gagner insensiblement en maîtrise et en grandeur.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    (...) Jaurès, entrepreneur du recommencement, éditeur et peut-être auteur du recommencement, s'adressait à tout le monde, excepté à nous., Ch. PÉGUY, la République..., p. 75.

    Ajouté par webmaster

    (...) tout aïeul, penché sur le berceau de ses petits-enfants, conçoit mieux qu'un philosophe et qu'un grand moraliste la chaîne doucement renouée des générations et cet éternel recommencement du monde., SAINTE-BEUVE, Causeries du lundi, 22 sept. 1851, t. IV, p. 588.

    Ajouté par webmaster

    «L'histoire, nous disent les vieillards, est un perpétuel recommencement». D'abord cela est contestable. En admettant que cela soit vrai «en gros», c'est assez faux dans les détails pour rendre toute prévision absurde., A. MAUROIS, Études littéraires, t. I, Paul Valéry, p. 35.

    Ajouté par webmaster

    Un amen éternel dont on entend retentir la céleste Jérusalem (...), BOSSUET, Disc. sur l'histoire universelle, II, 19.

    Ajouté par webmaster

    Mais elle ne pouvait pas comprendre que l'humeur sensuelle de l'homme est une saison brève, dont le retour incertain n'est jamais un recommencement., COLETTE, la Chatte, p. 136.

    Ajouté par webmaster

    l'Histoire justifie ce que l'on veut. Elle n'enseigne rigoureusement rien, car elle contient tout et donne des exemples de tout. Elle est le produit le plus dangereux que la chimie de l'intellect ait élaboré. Regards sur le monde actuel, De l'histoire Valéry, Paul

    Ajouté par webmaster

    (...) l'histoire et la légende ont le même but, peindre sous l'homme momentané l'homme éternel., HUGO, Quatre-vingt-treize, III, I, I.

    Ajouté par webmaster

    La gloire littéraire ressemble singulièrement au retour éternel de Nietzsche; c'est une lutte contre l'histoire; ici comme là le recours à l'infinité du temps cherche à compenser l'échec dans l'espace (...), SARTRE, Situations II, p. 192.

    Ajouté par webmaster

    Ajoutons que la religion du fait prétend aussi trouver, et à elle seule, le «sens de l'histoire», la «philosophie de l'histoire», et que, là encore, elle illustre une faiblesse d'esprit dont les âges qui nous précèdent semblaient exempts (...), Julien BENDA, la Trahison des clercs, p. 193.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    L'histoire est-elle un éternel recommencement ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo