NoCopy.net

L'Histoire peut-elle juger ? L'Histoire est-elle un juge ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La réalité est-elle réelle ? Qu'entend-on par le mot vérité ? >>


Partager

L'Histoire peut-elle juger ? L'Histoire est-elle un juge ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : L'Histoire peut-elle juger ? L'Histoire est-elle un juge ?



document rémunéré

Document transmis par : ???


Publié le : 10/5/2012 -Format: Document en format FLASH protégé

L'Histoire peut-elle juger ? L'Histoire est-elle un juge ?
Zoom

La difficulté s'aggrave si la question porte sur la sagesse de la décision. L'historien qui juge les hommes politiques du passé a la partie belle : il sait comment tournèrent les événements, il connaît les imprévus qui surgirent ; il lui est assez facile alors, de juger que telle décision fut malencontreuse et que 'la décision contraire aurait permis d'éviter une catastrophe. Mais celui qu'il juge ne disposait pas de toutes ces données: il prit ses responsabilités d'après ce qu'il pouvait ...

prévoir d'un avenir plein d'incertitudes.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : L'Histoire peut-elle juger ? L'Histoire est-elle un juge ? Corrigé de 2227 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "L'Histoire peut-elle juger ? L'Histoire est-elle un juge ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé
Corrigé consulté par :
  • thpime@gmail.com-210 (Hors-ligne), le 31/05/2013 à 31H23.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    L'HISTOIRE ET L'ÉCRITURE "la véritable histoire objective d'un peuple commence lorsqu'elle devient aussi une histoire écrite." Hegel, La Raison dans l'histoire, 1830

    Ajouté par webmaster

    Peut-être l'acte d'écrire n'est-il qu'un coït? Une union hiérogamique? Tenir ensemble passé et futur, lieu du symbole? Peut-être l'histoire de l'écriture ne peut-elle pas être séparée de l'histoire de la sexualité, mais qu'est-ce qui ne l'est pas?, J. GILLIBERT, la Création littéraire, -in la Nef, n° 31, p. 94 (1967).

    Ajouté par webmaster

    (...) on peut reprocher à l'histoire selon Ranke d'être, dans la ligne de Thucydide et de Polybe - disons mieux de Machiavel et de Guichardin (...) -, une histoire trop exclusivement politique et, comme on dit aujourd'hui, événementielle, un récit., H.-I. MARROU, Qu'est-ce que l'histoire?, -in l'Histoire et ses méthodes, Encycl. Pl., p. 30.

    Ajouté par webmaster

    l'Histoire justifie ce que l'on veut. Elle n'enseigne rigoureusement rien, car elle contient tout et donne des exemples de tout. Elle est le produit le plus dangereux que la chimie de l'intellect ait élaboré. Regards sur le monde actuel, De l'histoire Valéry, Paul

    Ajouté par webmaster

    .3 (...) la psychologie sociale penche vers l'ethnologie et, par-delà, vers l'histoire. Deux domaines manifestent cette attirance réciproque de l'histoire des mentalités et de la psychologie sociale : le développement des études sur la criminalité, les marginaux, les déviants dans les époques passées et l'essor parallèle des sondages d'opinion et des analyses historiques de comportements électoraux. Dans cette voie un des intérêts de l'histoire des mentalités se révèle : les possibilités qu'elle offre à la psychologie historique de se relier à un autre grand courant de la recherche historique aujourd'hui : l'histoire quantitative. Science en apparence du mouvant et du nuancé, l'histoire des mentalités peut au contraire, avec certaines adaptations, utiliser les méthodes quantitatives mises au point par les psychologues sociaux., Jacques LE GOFF, les Mentalités : une histoire ambiguë, -in Faire de l'histoire, t. III, p. 78-79.

    Ajouté par webmaster

    L'histoire naturelle, prise dans toute son étendue, est une histoire immense : elle embrasse tous les objets que nous présente l'univers. Cette multitude prodigieuse de quadrupèdes, d'oiseaux, de poissons, d'insectes, de plantes, de minéraux, etc., offre à la curiosité de l'esprit humain un vaste spectacle (...) Une seule partie de l'histoire naturelle, comme l'histoire des insectes, ou l'histoire des plantes, suffit pour occuper plusieurs hommes (...), BUFFON, Hist. nat., Premier disc.

    Ajouté par webmaster

    Vous ne me paraissez pas fort en Histoire. Il y a deux Histoires : l'Histoire officielle, menteuse qu'on enseigne, l'Histoire -ad usum delphini; puis l'Histoire secrète, où sont les véritables causes des événements, une histoire honteuse., BALZAC, Illusions perdues, Pl., t. IV, p. 1020.

    Ajouté par webmaster

    Ajoutons que la religion du fait prétend aussi trouver, et à elle seule, le «sens de l'histoire», la «philosophie de l'histoire», et que, là encore, elle illustre une faiblesse d'esprit dont les âges qui nous précèdent semblaient exempts (...), Julien BENDA, la Trahison des clercs, p. 193.

    Ajouté par webmaster

    Alors, il est d'essence que la philosophie des sciences devienne philosophie de l'histoire des sciences, ou histoire des sciences, ou encore histoire de la philosophie des sciences. Il est d'essence qu'elle verse à l'historicisme : soit dans le sens usuel, soit dans le sens d'histoire naturelle, c'est-à-dire qu'elle devienne une description diachronique ou une description synchronique., Michel SERRES, Hermès I, la Communication, p. 62.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    L'Histoire peut-elle juger ? L'Histoire est-elle un juge ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo