homas Hobbes : "Les enfants sont fidèles à leurs règles"

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< QCM de français: Les discussions ont achoppé. LE MASQUE DU DÉMON de MARIO BAVA >>
Partager

homas Hobbes : "Les enfants sont fidèles à leurs règles"

Philosophie

Aperçu du corrigé : homas Hobbes : "Les enfants sont fidèles à leurs règles"



Publié le : 27/5/2010 -Format: Document en format FLASH protégé

homas Hobbes :
Zoom
  • hobbes : En essayant d'appliquer à l'homme les mêmes méthodes qui président à l'étude de la nature, Hobbes cherchera à définir les conditions de la connaissance vraie, la nature du pouvoir politique, le rôle et le statut de la religion au sein de l'État. Il se montrera un ardent défenseur de la monarchie.
  • règle : Proposition indiquant la manière de se conduite (prescription morale) ou la démarche à suivre pour obtenir un certain résultat (règles de l'art).

Cet extrait, dont l'auteur est le philosophe anglais Thomas Hobbes (1588-1679), est tiré de son ½uvre Léviathan. Il y critique le comportement des hommes dans le choix de leurs actions. Il montre que les hommes agissent avant tout par leurs intérêts, et donc en fonction de ce qui leur apporte des avantages. L'homme suit-il toujours la même règle pour mener ses actions ? Est-il possible que l'homme fasse abstraction des ses intérêts personnels, des avantages qu'il peut tirer, pour se comporter sur le chemin d'une règle admise par tous les hommes ? Non, l'homme mène ses actions en fonction de ses propres intérêts. Il aurait tendance à rechercher une définition de la vérité qui ne serait pas neutre mais souvent aux services de ce qui l'avantage personnellement, telle est la thèse que soutient Hobbes dans cet extrait.
 Tout d'abord, l'auteur explique dans une première partie, de la ligne 1 à 5 que l'intérêt prime avant tout dans le comportement humain et l'homme n'hésite donc pas à transgresser les règles ou habitudes de vie pour le satisfaire ; ceci qu'il oppose au comportement de l'enfant, soumis en tous points à l'autorité de ses parents. Il s'agit d'un développement de sa thèse qui sera éclaircie par deux exemples par la suite. Puis, de la ligne 5 à 9, Hobbes oppose deux domaines qu'il nomme « doctrine » dont un illustre bien ce comportement humain tandis que l'autre n'en est nullement affecté, pour ce second, il s'agit des vérités mathématiques ; comme celles-ci ne dérangent en rien les avantages des hommes, alors elles sont admises par tous sans rebellions. Pour finir, de la ligne 9 à 14, l'auteur applique donc ce comportement des hommes aux mathématiques, plus précisément à la géométrie. Il prend donc un exemple concret qui ne peut être contredit : celui d'une égalité d'angles. Il montre que si cette égalité venait menacer, de quelque manière que ce soit, les intérêts des hommes, alors elle serait ignorée, combattue ou même détruite par une grande violence.



Explication d'un extrait du Léviathan de Thomas Hobbes : "les enfants sont fidèles à leurs règles, alors que les hommes ne le sont pas parce que, étant devenus forts et têtus, ils en appellent à la coutume contre la raison, et à la raison contre la coutume, comme cela sert leurs intentions, fuyant la coutume quand leur intérêt l'exige, et s'opposant à la raison aussi souvent que la raison s'oppose à eux. Ce qui fait que la doctrine du juste et de l'injuste est perpétuellement un objet de débat, tant par la plume que par l'épée, alors que la doctrine [qui traite] des lignes et des figures ne l'est pas, parce que les hommes ne se soucient pas, dans ce domaine, de la vérité comme de quelque chose qui [puisse] contrecarre[r] leurs ambitions, leur profit ou leurs désirs. Mais je ne doute pas que, s'il avait été contraire au droit de domination de quelqu'un, ou aux intérêts des hommes qui exercent cette domination que les trois angles d'un triangle fussent égaux aux deux angles d'un carré, cette doctrine aurait été, sinon débattue, du moins réprimée par un autodafé de tous les livres de géométrie, dans la limite du pouvoir de celui qui était concerné"




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : homas Hobbes : "Les enfants sont fidèles à leurs règles" Corrigé de 4171 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "homas Hobbes : "Les enfants sont fidèles à leurs règles"" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • ClemXV-212967 (Hors-ligne), le 21/09/2013 à 21H14.
  • raphoux0505 (Hors-ligne), le 11/04/2012 à 11H13.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Ainsi le stalinisme a suscité l'opposition, stupide mais politiquement «efficace», entre «science bourgeoise» et «science prolétarienne» — et le régime nazi a de son côté tenté d'élaborer une science «aryenne», pure de toute influence juive ou cosmopolite, qui devait justifier son pouvoir. La science ne se déploie pas à l'écart des enjeux sociaux. Elle constitue aujourd'hui un domaine dont la dimension politique, ou idéologique, n'est pas contestable. D'où la possibilité permanente de ses dérives au service du pouvoir en place. HOBBES (Thomas). Né à Malmesbury en 1588, mort à Hardwick en 1679. Il fit ses études à Oxford et devint précepteur du jeune comte de Devonshire qui, plus tard, devait lui confier aussi l'éducation de son propre fils. Il fit deux longs voyages en Europe, vécut à Paris de 1640 à 1651, y fréquenta le P. Mersenne, puis rentra en Angleterre.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    "De la sorte, nous pouvons trouver dans la nature humaine trois causes principales de querelles: premièrement, la rivalité; deuxièmement, la méfiance; troisièmement, la fierté... Dans le premier cas ils usent de violence pour se rendre maîtres de la personne d'autres hommes, de leurs femmes, de leurs enfants, de leurs biens." Hobbes, Léviathan, Sirey, page 122.

    Ajouté par webmaster

    (...) que les règles sur lesquelles les hommes fondent leurs opinions ne sont tirées que de leurs passions ou de leurs préjugés, qui en sont l'ouvrage (...), ROUSSEAU, Rêveries..., VIIIËe promenade.

    Ajouté par webmaster

    Chez nous il était admis que tous les sentiments conventionnels sont vrais, que les parents aiment toujours leurs enfants, les enfants leurs parents, les maris leurs femmes., A. MAUROIS, Climats, p. 16.

    Ajouté par webmaster

    (...) vers cinq heures, à la tombée du jour, les enfants qui s'en revenaient de la classe, traînant leurs sabots sur le trottoir, frappaient tous avec leurs règles la cliquette des auvents, les uns après les autres., FLAUBERT, MËmËe Bovary, Folio, p. 281.

    Ajouté par webmaster

    (...) c'était un de ces fidèles serviteurs dont les modèles sont devenus trop rares en France, qui (...) grondent les enfants et quelquefois les pères (...), A. DE VIGNY, Cinq-Mars, I.

    Ajouté par webmaster

    Je voudrais bien savoir si la grande règle de toutes les règles n'est pas de plaire, et si une pièce de théâtre qui a attrapé son but n'a pas suivi un bon chemin (...) Car enfin, si les pièces qui sont selon les règles ne plaisent pas et que celles qui plaisent ne soient pas selon les règles, il faudrait de nécessité que les règles eussent été mal faites., MOLIèRE, Critique de l'École des femmes, 6.

    Ajouté par webmaster

    Les mères s'indigneront. Tous leurs enfants sont parfaits. Elles sont trop assoties de leurs fils pour croire l'évidence même., MICHELET, la Femme, p. 156.

    Ajouté par webmaster

    La religion est la grande inspiratrice de leurs actes, de leur âme, de leurs qualités et de leurs défauts. C'est par elle, pour elle, qu'ils sont bons, braves, attendris, fidèles, car ils semblent n'être rien par eux-mêmes, n'avoir aucune qualité qui ne leur soit inspirée ou commandée par leur foi., MAUPASSANT, la Vie errante, D'Alger à Tunis, p. 168.

    Ajouté par webmaster

    (...) ils -(les Arabes) y plantent leurs tentes, qui sont faites de poil de chèvre, et ils y demeurent avec leurs femmes et leurs enfants (...), BUFFON, Hist. nat. de l'homme, Variété espèce humaine.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédente

    homas Hobbes : "Les enfants sont fidèles à leurs règles"

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo