LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Ce qui est naturel peut-il être mauvais ? L'artiste ne cherche-t-il qu'à divertir ? >>


Partager

L'homme est-il un animal dénaturé ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : L'homme est-il un animal dénaturé ?



Publié le : 3/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

L'homme est-il un animal dénaturé ?
Zoom

-L'homme est un être naturel, au sens où il a un corps et des besoins naturels.
-Mais en tant qu'être de culture, capable de développer une civilisation qui se coupe précisément des exigences biologiques primaires (notamment par le développement des sciences et des arts), l'homme peut être envisagé selon une coupure progressive par rapport à la nature originaire, cad comme un animal dénaturé.
-L'origine majeure de la civilisation, chez l'homme, se situe dans le regroupement de divers individus en une communauté politique organiquement organisée, propice au développement progressif de la rationalité : la raison constitue donc une conséquence du regroupement politique des hommes.
-Or, quel lien y a-t-il entre la rationalité humaine et sa naturalité propre ? L'homme rationnel est-il un être dénaturé ? Ou bien la rationalité ne constitue-t-elle pas elle-même un élément parmi d'autres de l'essence naturelle de l'homme ?



Comme dans le premier cas, nous avons l'idée d'une modification importante qui a corrompu un état initial jugé sain. Cependant, ce mode de pensée est-il applicable à l'homme ? Il défend une morale dont le fondement est à éclairer. L'homme a-t-il une nature qui aurait été déformée au point de la corrompre ? Qui serait le responsable de cette dégradation ? Le propre de l'homme n'est-il pas plutôt la culture, c'est-à-dire un processus historique de transformation de soi et du monde ? La transformation est certes une altération mais il n'est pas dit qu'elle soit une déformation. Ces difficultés justifient la question posée : l'homme est-il un animal dénaturé ?




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 5202 mots (soit 8 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "L'homme est-il un animal dénaturé ?" a obtenu la note de :

9 / 10

Corrigé consulté par :
  • masoi-247922 (Hors-ligne), le 19/11/2014 é 19H10.
  • art31-234783 (Hors-ligne), le 28/03/2014 é 28H16.
  • kristyj-232891 (Hors-ligne), le 08/03/2014 é 08H18.
  • clement02500-212983 (Hors-ligne), le 21/09/2013 é 21H14.
  • magesticz-194633 (Hors-ligne), le 09/01/2013 é 09H06.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Parce qu'il est un être de culture, l'homme a quitté la nature sans remède et sans retour possible : non seulement nous avons cultivé et aménagé la nature hors de nous par le travail et la technique, mais nous avons appris à maîtriser la nature en nous par la discipline et l'éducation. En effet, et comme aimait à le rappeler Freud, la civilisation s'est tout entière bâtie contre les instincts : ainsi, toutes les cultures ont mis entre nous et les besoins que nous partageons avec les animaux (boire, manger, dormir, se reproduire) une épaisseur de symboles et de rites – on mangera avec des « manières de tables », pour reprendre une expression de l'ethnologue C. Lévi-Strauss, on consommera certains aliments crus et d'autres cuits, on ne dormira pas simplement quand on a sommeil, mais à certaines heures et en certains lieux, etc. En ce sens, tout se passe comme si l'homme avait dû nier l'animalité en lui pour accéder à l'humanité ; reste à savoir cependant si cette négation est une privation, voire une perte, ou bien plutôt un gain. Alors, l'homme est-il simplement un animal dénaturé ? Autrement dit, l'homme est-il en son fond un animal, qui aurait été par un long processus privé de sa nature propre ? Cette dénaturation n'a-t-elle au contraire pas fait de lui tout autre chose qu'un animal, même privé de nature ? Car enfin, « dénaturé » peut signifier soit simplement privé de sa nature première, soit profondément altéré, corrompu, dépravé même. Lorsqu'on parle de l'homme comme d'un animal dénaturé, on sous-entend donc qu'en ayant quitté l'ordre de la nature, ce dernier s'est perverti, et on fait de la culture un processus de corruption. Cette nostalgie des temps primitifs est-elle cependant fondée ?

    Ajouté par Emmanuel9082

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit