l'homme n'est-il que ce que d'autres hommes ont fait de lui ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< l'homme ne vit-il en société que par intérêt ... l'homme n'est-il qu'un animal qui refuse de ... >>
Partager

l'homme n'est-il que ce que d'autres hommes ont fait de lui ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : l'homme n'est-il que ce que d'autres hommes ont fait de lui ?



Publié le : 27/2/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	l'homme n'est-il que ce que d'autres hommes ont fait de lui 	?
Zoom
  • dernier homme : Homme médiocre. Ultime produit de l'esclavage engendré par la civilisation.
  • autrui : Un autre homme, une autre personne. En philosophie, "autrui" est ce qui est différent de moi et que l'appréhende par ma subjectivité. L'homme est ce que j'ai en commun avec les autres, tandis qu' "autrui" est ce qui me différencie des autres, ce que je ne peux connaître totalement, à cause de ma subjectivité.
  • homme : Le plus évolué des êtres vivants, appartenant à la famille des homini­dés et à l'espèce Homo sapiens (« homme sage »). Traditionnellement défini comme « animal doué de raison », l'homme est aussi, selon Aristote, un « animal politique ». Ce serait en effet pour qu'il puisse s'entendre avec ses semblables sur le bon, l'utile et le juste que la nature l'aurait pourvu du langage.
  • fait : Ce qui est ou ce qui arrive, et qui se donne ou même s'impose à nous dans l'expérience. On distingue souvent le fait brut, qui s'offre immédiatement à l'observation dans l'expérience ordinaire, et le fait construit (fait scientifique), qui résulte d'une élaboration théorique et expérimentale (Bachelard appelle «phénoménotechnique» cette construction du fait). Cependant, même le fait brut est imprégné de théorie, même s'il peut s'agir d'une théorie pré-scientifique, c'est-à-dire de préjugés. Le fait (ce qui est) se distingue par principe du droit (ce qui doit être). De même, une question de fait porte sur le pourquoi ou le comment, alors qu'une question de droit porte sur la valeur et la légitimité. On oppose l'état de fait à l'état de droit, c'est-à-dire conforme au droit (légal ou légitime).

Dans une société comme la notre la tendance spontanée est de considérer l’homme comme pure individualité, une sorte d’atome libre qui ne doit de compte qu’à lui-même. Une telle représentation est si courante que l’on va jusqu’à mesurer le degré d’individualisme existant en France par rapport à d’autres systèmes social européens plus solidaires, plus collectifs. Une pareille image est incomplète et lacunaire parce qu’elle considère l’individu dans une sorte d’abstraction pure. Or nous savons que l’homme est au moins le produit de certaines conditions sociales et économiques bien précises.



Le créateur se fait à travers sa création et celle-ci rétroagit sur celui-là. Par ailleurs, nous savons que la création qu'elle soit artistique, philosophique ou scientifique, est toujours quelque part le résultat soit directement ou indirectement d'un collectif. C'est pour cela que Deleuze disait que le philosophe doit autant à la société, c'est-à-dire au milieu social et intellectuel où il évolue, que lui-même en retour en produisant ces concepts l'enrichie et l'approfondit.   Troisième partie : l'homme et l'événement.   Il nous faut penser l'interactivité de l'homme et de la société dans toute son ampleur. Cette pensée doit nous pousser jusqu'à concevoir le fait que l'homme vivant en société, grâce à la collaboration, la fusion avec les autres, produit de l'événement, c'est-à-dire fait apparaître du nouveau dans son environnement. Cette ouverture à la nouveauté radicale propulse l'homme sur un plan encore supérieur, tend à le détacher du conformisme, de l'habitude. On peut aussi penser l'événement sous la modalité du hasard, de l'inattendu. Le poète, Mallarmé, nous met sur cette voie quand il disait, dans un de ses poèmes, que « rien n'abolira le hasard ». Ainsi un être lié à la contingence est celui qui est entièrement ouvert à la cruauté du désordre, à la singularité, ne fusse que provisoire, d'un chaos superficiel.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	l'homme n'est-il que ce que d'autres hommes ont fait de lui 	? Corrigé de 815 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " l'homme n'est-il que ce que d'autres hommes ont fait de lui ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
Corrigé consulté par :
  • Boss-249721 (Hors-ligne), le 11/12/2014 à 11H15.
  • zoubi-248157 (Hors-ligne), le 22/11/2014 à 22H14.
  • MOMO-219316 (Hors-ligne), le 06/11/2013 à 06H17.
  • psg14-215834 (Hors-ligne), le 15/10/2013 à 15H11.
  • ninouille-182790 (Hors-ligne), le 30/10/2012 à 30H14.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Ce que l'Église, jusqu'à nos jours, exaltait dans le patriotisme (...) c'est la fraternité entre concitoyens, c'est l'amour de l'homme pour d'autres hommes, ce n'est pas son opposition à d'autres hommes (...), Julien BENDA, la Trahison des clercs, p. 164.

    Ajouté par webmaster

    (...) il y a une autre qualité très spécifique qui les distingue -(l'homme et l'animal), et sur laquelle il ne peut y avoir de contestation; c'est la faculté de se perfectionner (...) l'homme, reperdant par la vieillesse ou d'autres accidents tout ce que sa -perfectibilité lui avait fait acquérir, retombe ainsi plus bas que la bête même., ROUSSEAU, De l'inégalité parmi les hommes, I.

    Ajouté par webmaster

    L'homme ne devient pas seulement, au cours de sa vie, le débiteur de ses contemporains; dès le jour même de sa naissance, il est un obligé. -L'homme naît débiteur de l'association humaine (...) en naissant, il commence à jouir d'un capital immense qu'ont épargné d'autres générations antérieures. Auguste Comte a depuis longtemps mis ce fait en pleine lumière : «Nous naissons chargés d'obligations de toute sorte envers la société». Ce que Renan dit des hommes de génie : «Chacun d'eux est un capital accumulé de plusieurs générations», est vrai non pas seulement des hommes de génie, mais de tous les hommes. La valeur de l'homme se mesure à sa puissance d'action sur les choses; à cet égard, le plus modeste travailleur de notre temps l'emporte sur le sauvage de l'âge de pierre (...), Léon BOURGEOIS, Solidarité, p. 116.

    Ajouté par webmaster

    Combien d'autres corps célestes, outre ces comètes, se meuvent en secret sans jamais se montrer aux yeux des hommes. Dieu n'a pas fait toutes les choses pour l'homme. [ Questions naturelles, Livre 7, Les comètes ] Sénèque

    Ajouté par webmaster

    L'essentiel n'est pas ce qu'on fait de l'homme, mais ce qu'il fait de ce que l'on a fait de lui. [ ] Sartre, Jean-Paul

    Ajouté par webmaster

    l'essentiel n'est pas ce qu'on fait de l'homme, mais ce qu'il fait de ce que l'on a fait de lui. Sartre, Jean-Paul

    Ajouté par webmaster

    « Le fondement de la critique irréligieuse est : c'est l'homme qui fait la religion, ce n'est pas la religion qui fait l'homme. » Marx, Critique de la philosophie du droit de Hegel, 1844.

    Ajouté par webmaster

    Si l'homme n'est fait pour Dieu, pourquoi n'est-il heureux qu'en Dieu? si l'homme est fait pour Dieu, pourquoi est-il si contraire à Dieu?, PASCAL, Pensées, VII, 438.

    Ajouté par webmaster

    Si l'homme n'est fait pour Dieu, pourquoi n'est-il heureux qu'en Dieu? Si l'homme est fait pour Dieu, pourquoi est-il si contraire à Dieu?, PASCAL, Pensées, VII, 438.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    l'homme n'est-il que ce que d'autres hommes ont fait de lui ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo