NoCopy.net

L'homme est-il responsable de son histoire ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La force des religions et la foi ? Faut-il croire que l'histoire a un sens ? >>


Partager

L'homme est-il responsable de son histoire ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : L'homme est-il responsable de son histoire ?



Publié le : 9/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

L'homme est-il responsable de son histoire ?
Zoom

Un flou semble être laissé en première instance sur l'histoire dont proprement il s'agit. Est-ce l'histoire propre, le passé de l'homme sur lequel il s'agit de mener la réflexion, c'est-à-dire sur son passé personnel, la trame qu'à lui seul il produit à chaque instant que ce soit par volonté libre ou par accident? Ou s'agit-il encore de l'histoire globale de la région du monde dans laquelle il s'insère, ou, d'une manière encore plus étendue, l'histoire du monde qui s'élance de l'invention de l'écriture jusqu'à sa propre existence contemporaine? L'adjectif possessif « son « – il s'agit dans le sujet de parler de « son « histoire – pourrait nous orienter vers cette mienneté, soit l'histoire marquée irrémédiablement du sceau d'un sujet particulier. Il s'agirait de mon histoire propre, la mienne précisément dont je serai responsable, c'est-à-dire dont je devrai répondre (l'étymologie du terme responsabilité nous orientons vers le latin re-spondeo qui signifie répondre, répondre de). Notons que pour répondre de quelque chose, encore me faut-il connaître cette chose, c'est-à-dire être rattaché à la série des choses sur lesquelles je dois me prononcer. D'ailleurs, le terme grec Iστορια signifie recherche, information, soit connaissance, c'est-à-dire « relation de ce qu'on sait «. Je répond ainsi de ce que je sais de moi, de ce qui m'est arrivé, de mon aventure. Ce dernier terme est important puisque, si l'histoire peut renvoyer à la mémoire, soit proprement à ce qui est arrivé, on remarquera que cette notion ne fait pas exclusivement la promotion du passé. En effet, on peut ainsi dire: « je suis impliqué dans une sale histoire «, soit une histoire qui se vit au présent, une série d'évènements qui se tiennent entre eux et s'articulent autours de ma subjectivité propre. Cependant, on remarquera que la notion d'histoire, même dans ce cas présent ne peut être entièrement rabattue du côté de la subjectivité, sans faire de celle-ci un empire dans un empire. De toute évidence, le sujet est imbriqué voire impliqué dans un cours plus vaste, celui de l'histoire globale, de la région où il se situe jusqu'au monde où il se tient. L'homme est irrémédiablement plongé dans un monde où l'autre fait figure d'horizon, ou plus exactement les autres, entendons les autres hommes qui participent massivement à l'aventure du monde, modestement, de manière insignifiante, ou d'une manière plus marquée. Il y a une co-implication entre ces deux trames (histoire personnelle et histoire globale) qui ne peuvent jamais être conçue comme extérieur l'une à l'autre. Le destin globale s'alimente des tracés particuliers, tout comme l'aventure personnelle émerge dans les crêtes des vastes mouvements globaux. La question étant alors de savoir s'il est possible au sujet particulier de répondre de mouvements plus vastes qui gouvernent en partie et dessinent les reliefs de son chemin particulier? De toute évidence, aucun sujet n'est omniscient, capable d'une véritable com-préhension radicale qui consisterait à faire sien le tout dans lequel il s'insère.

 



Histoire Du grec historia, « enquête ». Ce mot recouvre principalement deux significations, que la langue allemande distingue : le devenir historique lui-même, comme ensemble d'événements (Geschichte), et la connaissance du passé que l'historien essaie de constituer (Historie).La première signification pose le problème du sens et de la finalité de l'histoire ; la seconde, celui de la scientificité de la discipline de l'historien. À considérer la succession des époques historiques et leur cortège de guerres, de dévastations, de trahisons puis de réconciliations, on peut douter que l'histoire soit autre chose qu'un chaos sans aucun sens. L'écrivain Paul Valéry le dit sur un ton définitif : « L'histoire justifie ce que l'on veut. Elle n'enseigne rigoureusement rien, car elle contient tout, et donne des exemples de tout. » De par son caractère englobant et universel, l'histoire serait donc pourvoyeuse des plus grands crimes et des plus belles réussites, individuelles ou collectives, des plus grands espoirs comme des désespoirs les plus profonds.Mais, contenant tout et son contraire, l'histoire apparaît dès lors comme un devenir indéterminé et contingent dont le cours s'orienterait selon la bonne ou la mauvaise volonté des hommes. Il s'agirait alors, pour que l'histoire ait un sens, que les hommes le veulent et qu'ils entreprennent collectivement de lui en donner un. N'est-ce pas d'ailleurs la meilleure façon, pour un individu, de donner sens à son histoire : se fixer un but (une finalité) et mettre en oeuvre les moyens qu'il exige (en termes de travail.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : L'homme est-il responsable de son histoire ?
Corrigé de 3043 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "L'homme est-il responsable de son histoire ? " a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
Corrigé consulté par :
  • pandin-261046 (Hors-ligne), le 28/05/2015 é 28H12.
  • Cloee39868 (Hors-ligne), le 29/03/2010 é 29H15.
  • Laure56031 (Hors-ligne), le 31/01/2010 é 31H13.
  • Emmanuel9082 (Hors-ligne), le 12/11/2008 é 12H22.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    L'homme est-il responsable de son histoire ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit