HUGO: Préface de Cromwell

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< D'après Rousseau, ce qui est légal n'est pas ... LA DIALECTIQUE >>
Partager

HUGO: Préface de Cromwell

Littérature

Aperçu du corrigé : HUGO: Préface de Cromwell



document rémunéré

Document transmis par : Natacha26468


Publié le : 24/9/2010 -Format: Document en format FLASH protégé

HUGO: Préface de Cromwell
Zoom
  • Hugo : Poète, romancier, auteur dramatique, dessinateur, Victor Hugo domine le xixe siècle par la force, l'abondance et la diversité de son œuvre. Il s'impose d'abord comme le théoricien et le chef de l'école romantique. Mais la haute conception qu'il se fait de sa mission d'écrivain l'amène à s'engager dans l'action politique pour mettre son art et sa personne au service des
  • Préface : Texte qui précède une oeuvre littéraire. Lorsque l'auteur ou l'éditeur décident de faire suivre l'ouvrage de quelques pages de précisions, celles-ci composent la postface.
  • Cromwell : Oliver Cromwell (1599-1658). Homme politique anglais. Gentilhomme puritain, chef militaire, il dirigea la révolution parlementaire contre le roi Charles Ier et, après l'exécution de ce dernier (1649), devint le véritable maître de l'Angleterre (nommé lord-protecteur en 1653) jusqu'à sa mort.

• Selon Hugo, la poésie romantique se situe au confluent de deux démarches, la méditation chrétienne et la réflexion philosophique : «sous l'influence de cet esprit de mélancolie chrétienne et de critique philosophique » (l. 2). En effet, pour l'auteur, la poésie s'avère profondément liée à l'esprit religieux (« le point de départ de la religion est toujours le point de départ de la poésie », l. 11) et elle doit ouvrir d'autres champs au progrès humain en devenant philosophique.
  



 

C'est alors que, l'œil fixé sur des événements tout à la fois risibles et formidables, et sous l'influence de cet esprit de mélancolie chrétienne et de critique philosophique que nous observions tout à l'heure, la poésie fera un grand pas, un pas décisif, un pas qui, pareil à la secousse d'un tremblement de terre, changera toute la face du monde intellectuel. Elle se mettra à faire comme la nature, à mêler dans ses créations, sans pourtant les confondre, l'ombre à la lumière, le grotesque au sublime, en d'autres termes, le corps à l'âme, la bête à l'esprit ; car le point de départ de la religion est toujours le point de départ de la poésie. Tout se tient.
Ainsi voilà un principe étranger à l'antiquité, un type nouveau introduit dans la poésie ; et, comme une condition de plus dans l'être modifie l'être tout entier, voilà une forme nouvelle qui se développe dans l'art. Ce type, c'est le grotesque. Cette forme, c'est la comédie.
Et ici, qu'il nous soit permis d'insister ; car nous venons d'indiquer le trait caractéristique, la différence fondamentale qui sépare, à notre avis, l'art moderne de l’art antique, la forme actuelle de la forme morte, ou, pour nous servir de mots plus vagues, mais plus accrédités, la littérature romantique de la littérature classique.
– Enfin ! vont dire ici les gens qui, depuis quelque temps nous voient venir, nous vous tenons ! vous voilà pris sur le fait ! Donc, vous faites du laid un type d'imitation, du grotesque un élément de l'art ! Mais les grâces... mais le bon goût... Ne savez-vous pas que l'art doit rectifier la nature ? qu'il faut l'anoblir ? qu'il faut choisir ? Les anciens ont-ils jamais mis en œuvre le laid et le grotesque ? ont-ils jamais mêlé la comédie à la tragédie ? L'exemple des anciens, messieurs ! D'ailleurs, Aristote... D'ailleurs, Boileau... D'ailleurs, La Harpe. – En vérité !
Ces arguments sont solides, sans doute, et surtout d'une rare nouveauté. Mais notre rôle n'est pas d'y répondre. Nous ne bâtissons pas ici de système, parce que Dieu nous garde des systèmes. Nous constatons un fait. Nous sommes historien et non critique. Que ce fait plaise ou déplaise, peu importe ! il est. – Revenons donc, et essayons de faire voir que c'est de la féconde union du type grotesque au type sublime que naît le génie moderne, si complexe, si varié dans ses formes, si inépuisable dans ses créations, et bien opposé en cela à l'uniforme simplicité du génie antique ; montrons que c’est de là qu'il faut partir pour établir la différence radicale et réelle des deux littératures.


 


 

I. Questions


1. Qu'est-ce qui, selon Hugo, caractérise la poésie romantique? Relevez des citations et expliquez-les en montrant quelles figures de rhétorique elles exploitent.
2. Précisez la définition du grotesque selon Hugo.
3. Définissez les procédés rhétoriques qui permettent à l'auteur de donner une vision élogieuse de sa théorie.
4. Quels sont les arguments de ses adversaires? Comment s'exerce l'ironie du poète?


N. B.: Vous rédigerez toutes vos réponses.


II. Travaux d'écriture


1. Dans cet extrait, Hugo dit adopter une position d'historien. En quoi l'artiste est-il, selon vous, soumis aux données de l'histoire ? Vous produirez une argumentation nourrie d'exemples et rédigée en au moins une page.
2. Le poète affirme : « Le point de départ de la religion est toujours le point de départ de la poésie. » Expliquez et critiquez cette assertion en un paragraphe.
3. De nos jours, certains critiquent l'utilisation abusive que les jeunes gens font de leur ordinateur, sous prétexte que l'informatique inhibe la création. Placez-vous dans la position d'historien choisie par Hugo pour réfuter (ou confirmer) ce point de vue en une vingtaine de lignes.

 



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : HUGO: Préface de Cromwell Corrigé de 3858 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "HUGO: Préface de Cromwell" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

..] à des considérations générales sur l'art, sans en faire le moins du monde un boulevard à son propre ouvrage ». Conclusion : C'est le plus important manifeste du Romantisme en France. il propose une histoire culturelle et esthétique où il met en avant, à côté de la culture officielle, la permanence d'une contre-culture populaire, c'est à dire celle du grotesque incarné par des personnages comme Polichinelle, Sancho Pança, Sganarelle, Figaro.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Il nous reste à entretenir le lecteur de notre ouvrage, de ce Cromwell (...), HUGO, Cromwell, Préface.

Ajouté par webmaster

Il est évident que ce drame -(Cromwell), dans ses proportions actuelles, ne pourrait s'encadrer dans nos représentations scéniques., HUGO, Cromwell, Préface.

Ajouté par webmaster

(...) des pédants étourdis (l'un n'exclut pas l'autre) prétendent que (...), HUGO, Préface de Cromwell.

Ajouté par webmaster

Disons-le donc hardiment. Le temps en est venu (...) Il n'y a ni règles, ni modèles (...), HUGO, Préface de Cromwell.

Ajouté par webmaster

Que de beautés pourtant nous coûtent les -gens de goût, depuis Scudéri jusqu'à La Harpe!, HUGO, Préface de Cromwell, 12.

Ajouté par webmaster

Quoi de plus invraisemblable et de plus absurde en effet que ce vestibule, ce péristyle, cette antichambre, ce lieu banal où nos tragédies ont la complaisance de venir se dérouler (...), HUGO, Cromwell, Préface.

Ajouté par webmaster

(...) des pédants étourdis (l'un n'exclut pas l'autre) prétendent que le difforme, le laid, le grotesque, ne doit jamais être un objet d'imitation pour l'art (...), HUGO, Cromwell, Préface.

Ajouté par webmaster

-(Le grotesque) s'infiltre partout, car de même que les plus vulgaires ont mainte fois leur accès de sublime, les plus élevés payent fréquemment tribut au trivial et au ridicule., HUGO, Cromwell, Préface.

Ajouté par webmaster

Cette jeune critique (...) C'est elle qui (...) nous délivrera de deux fléaux : le -classicisme caduc, et le faux -romantisme qui ose poindre aux pieds du vrai., HUGO, Préface de Cromwell, 1827.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

HUGO: Préface de Cromwell

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast littérature