NoCopy.net

HUME, Enquête sur les principes de la morale.

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La littérature est-elle un anti-destin? Lettre XXIV - Des Lettres Persanes Montesquie ... >>
Partager

HUME, Enquête sur les principes de la morale.

Fiche de lecture

Aperçu du corrigé : HUME, Enquête sur les principes de la morale.



document rémunéré

Document transmis par : ???


Publié le : 17/1/2011 -Format: Document en format FLASH protégé

HUME, Enquête sur les principes de la morale.
Zoom

 

 L'objet de l'Enquête est la détermination de l'origine véritable de la moralité. Quelle est l'origine des distinctions que nous faisons entre le bien et le mal, entre la vertu et le vice?

L'Enquête peut être lue comme la réponse de Hume aux « selfish systems of morals », autrement dit aux morales de l'intérêt, de l'égoïsme, qui reposent sur l'idée d'un principe égoïste gouvernant la nature humaine, et nient l'existence du sentiment naturel de bienveillance envers autrui. Hobbes est le représentant emblématique de telles conceptions. Comment Hume s'y prend-t-il pour le réfuter, et montrer l'existence d'un sens moral naturel, à côté de l'intérêt personnel?

 

(Les pages que nous citons sont celles de l'édition GF)

 

Section 1 :  Des principes généraux de la morale.

 

Hume commence l'Enquête par le constat suivant : il existe des distinctions morales. De fait, nous sommes touchés « par les images du bien et du mal ». Certes, ces images ne nous touchent pas tous de la même manière et avec la même intensité, certains y sont plus sensibles que d'autres, puisque nous sommes par nature différents ; mais « si grande que puisse être l'insensibilité d'un homme », il ne peut être totalement indifférent aux exemples de vertu et de vice qu'il rencontre. Ce constat formulé par Hume est un constat d'expérience, fondé a posteriori, et qui a la valeur d'une évidence, au point que d'après lui, ceux qui ont nié la réalité des distinctions morales que nous faisons spontanément entre les exemples du bien et ceux du mal ne sont pas sincères, parce qu' « il n'est pas concevable qu'un être humain puisse jamais croire sérieusement que tous les caractères et tous les actes ont un droit égal à l'assentiment et à la considération de chacun »(p.69). Ceux qui sont visé ici sont tout autant les sceptiques, et notamment Sextus Empiricus (voir Hypotyposes, III, 168 et 239), que Hobbes, qui pose l'absence de distinction entre le bien et le mal à l'état de nature.

 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : HUME, Enquête sur les principes de la morale. Corrigé de 7895 mots (soit 11 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "HUME, Enquête sur les principes de la morale." a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • btz (Hors-ligne), le 11/02/2013 à 11H19.
  • hiromoto-185058 (Hors-ligne), le 12/11/2012 à 12H22.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    O n s uspend les règles d e justice q uand il n 'y a p lus a vantage à les respecter. C 'est alors q ue l 'on s ubstitue les lois d e la guerre m omentanément p lus u tiles 2 • O bligation n aturelle e t p remière q ui n ourrit la bienveillance o u o bligation artificielle p ortant le p oids d e l 'Histoire q u'est la justice : d ans les d eux cas, la c ause e st la m ême, c e s entiment m oral q ui n ous p ousse d ans l 'action.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    « Il n'est pas possible d'expliquer distinctement comment Dieu peut être la cause médiate de toutes les actions humaines sans être l'auteur du péché et de la dépravation morale. » Hume, Enquête sur l'entendement humain, 1748.

    Ajouté par webmaster

    "Et il est certain que ce sont nos sentiments, et non la raison, qui distinguent le bien et le mal en morale […]." > D. Hume

    Ajouté par webmaster

    « Rien n'est plus libre que l'imagination humaine; bien qu'elle ne puisse déborder le stock primitif des idées fournies par les sens externes et internes, elle a un pouvoir illimité de mêler, composer, séparer et diviser ces idées dans toutes les variétés de la fiction et de la rêverie. » Hume, Enquête sur l'entendement humain, 1748.

    Ajouté par webmaster

    L'IMAGINATION CRÉATRICE "Rien n'est plus libre que l'imagination humaine ; bien qu'elle ne puisse déborder le stock primitif des idées fournies par les sens, elle a un pouvoir illimité de mêler, composer, séparer et diviser ces idées dans toutes les variétés de la fiction et de la rêverie." Hume, Enquête sur l'entendement humain, 1748.

    Ajouté par webmaster

    Madame de Verdelin était amie du philosophe Hume, pour lors de passage à Paris. Elle plaida la cause de Rousseau; Hume s'offrit à le recueillir dans son pays., Émile HENRIOT, Portraits de femmes, p. 194.

    Ajouté par webmaster

    « On a [...] parlé de l'opposition de la morale et de la politique et de l'exigence que la première commande à la seconde. Il y a lieu seulement de remarquer en général que le bien d'un État a une bien autre légitimité que le bien des individus et que la substance morale. » Hegel, Principes de la philosophie du droit, 1821.

    Ajouté par webmaster

    , REM. On admet généralement que la proposition «qui est sans règles» se rapporte à -«morale du jugement» (...) morale de l'esprit (...) veut dire ici la science, le dogmatisme, la déduction, bref l'habileté morale (Le Senne, -Morale générale).

    Ajouté par webmaster

    Ils ne parlent que de leurs principes. Ah, le joli mot! Comme si les principes n'étaient pas ce que les font les hommes. «Appuyez-vous sur les principes, disait Moréas, ils finiront par céder». La boutade est profonde., J. DUTOURD, les Taxis de la Marne, I, XXII.

    Ajouté par webmaster

    à elles deux, la morale hellénique et la morale chrétienne paraissent embrasser tout l'idéal humain : l'une est la morale de l'intelligence, l'autre est la morale de la volonté., E. BOUTROUX, Principaux types de morales, -in CUVILLIER, Voc. philosophique.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    HUME, Enquête sur les principes de la morale.

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo