LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Les phénomènes et les Idées ? Sagesse et bonheur ? >>


Partager

L'idéal contemplatif : la métaphysique, science suprême ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : L'idéal contemplatif : la métaphysique, science suprême ?



Publié le : 10/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

L'idéal contemplatif : la métaphysique, science suprême ?
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
L'idéal contemplatif : la métaphysique, science suprême ?




Or, ces oeuvres parlent du Premier Principe, de Dieu, des causes. On entend donc classiquement par métaphysique, l'étude de ce qui est au-delà de la nature, au-delà des phénomènes livrés à l'expérimentation (Dieu, l'âme, la liberté, la destinée humaine). Aristote distinguait entre les sciences pratiques, qui sont des moyens au service de l'action, et les sciences théoriques, purement contemplatives, dont le but est de satisfaire, de façon désintéressée, un désir de savoir.Depuis le xvii siècle, cette distinction n'a plus d'objet et nous sommes convaincus que les sciences théoriques comme, par exemple, la physique, augmentent notre puissance d'agir. Pour la pensée grecque au contraire, non seulement cette distinction a un sens, mais elle correspond à une hiérarchie. Pratiques ou contemplatifs, les différents genres de savoirs ne se valent pas : les plus dignes sont les plus purement contemplatifs. Sans doute cela a-t-il à voir avec la structure esclavagiste de la société grecque et la dévalorisation du travail manuel que celle-là entraînait.Ces sciences contemplatives ne peuvent avoir d'autre objet que l'universel et le nécessaire. Cela signifie qu'une science véritable ne se contente pas d'établir le fait (ce qui est) : elle doit en montrer la raison (pourquoi ce qui est est comme il est). La connaissance se conçoit donc comme une remontée progressive vers les principes, et ne s'achève que dans la compréhension d'un principe premier et inconditionné, c'est-à-dire qui n'a pas besoin lui-même d'un principe antérieur qui le fonde.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 574 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "L'idéal contemplatif : la métaphysique, science suprême ? " a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit