LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Imaginer, est-ce nier la réalité ? La libération passe-t-elle par le refus de l' ... >>


Partager

L'imagination est-elle le refuge de la liberté ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : L'imagination est-elle le refuge de la liberté ?



Publié le : 5/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

L'imagination est-elle le refuge de la liberté ?
Zoom

Pour Sartre, « l'imagination est une condition essentielle et transcendantale de la conscience. Il est aussi absurde de concevoir une conscience qui n'imaginerait pas que de concevoir une conscience qui ne pourrait effectuer le cogito «. Conscience réalisante et conscience imageante sont indissociables. L'imagination est la fonction irréalisante de la conscience. En effet, lorsque je perçois un objet réel, je le perçois comme élément d'un ensemble qui est la réalité totale. Même si je concentre mon attention sur lui, je le saisis comme présent et en continuité avec les autres objets réels, eux-mêmes présents, c'est-à-dire avec le monde. En revanche, quand j'imagine ce même objet, je l'isole des autres et le saisis comme absent. Certes, je sais que cet objet existe réellement, mais en tant que je l'imagine, je le vise là où il ne m'est pas donné. Dès lors je le saisis « comme un néant pour moi «. Ainsi donc imaginer est un acte négatif : c'est poser une thèse d'irréalité, à savoir simultanément isoler et anéantir un objet. Mais poser l'objet comme un néant par rapport au monde, c'est la même chose que poser le monde comme un néant par rapport à l'image. Car « poser une image c'est constituer un objet en marge du réel, c'est donc tenir le réel à distance, s'en affranchir, en un mot le nier «. L'imagination permet donc de se détacher du monde, de le dépasser : sans elle, la conscience serait « engluée dans l'existant «. C'est pourquoi l'imagination est liberté.



On pourra aussi penser que ce qui menace notre liberté, tout autant que la violence et le caprice des passions, ce sont les habitudes que nous avons contractées, l'incapacité où elles nous mettent de voir le réel autrement que selon des images toutes faites. Exercer notre imagination, ce sera alors sauvegarder l'aptitude à la découverte, et à l'invention.Enfin, il y a une espèce de la fiction qui mérite d'être considérée comme refuge d'une véritable liberté, c'est l'utopie. On sait que ce terme vient du titre donné par More à un ouvrage qui comporte deux parties. L'une où il dresse un bilan extrêmement sombre des maux dont il souffre la société de son temps et où il discute la question de savoir si le philosophe que révolte la misère publique et les injustices ne pourrait pas, sinon y remédier, du moins les diminuer en essayant d'infléchir le pouvoir du Prince par de sages conseils. Comme il conclut à l'impossibilité d'une telle stratégie ("En voulant guérir la folie des autres, je tomberais en démence avec eux"), il ne lui reste plus qu'à dire, en construisant l'image d'une société organisée selon la justice, ce qu'il s'avère impossible de faire. C'est l'objet de la seconde partie qui présente le royaume d'utopie. On pensera évidemment à la cité juste de Platon propose dans la "République" -que More connaissait- et qui a vu le jour dans des conditions similaires, après les échecs de Platon à modifier le comportement des tyrans de Syracuse.Trop souvent, on considère l'utopie comme une simple chimère. Or elle ne s'enracine pas dans un simple désir mais dans une aspiration à la justice et d'autre part elle comporte une cohérence systématique qui témoigne de la capacité constructive de l'imagination.


  • I) L'imagination est le refugez de la liberté.

a) L'imagination est une libre combinaison d'idées.
b) L'imagination est source de satisfactions.
c) L'imagination fait de l'homme un tout.

  • II) L'imagination n'est pas le refuge de la liberté.

a) L'imagination ne remplace pas la liberté concrète.
b) Celui qui vit dans l'illusion n'est pas libre.
c) L'homme n'est pas seulement un esprit.

.../...



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1977 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "L'imagination est-elle le refuge de la liberté ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • grossetricheuse (Hors-ligne), le 12/02/2012 é 12H13.
  • claravg (Hors-ligne), le 12/02/2012 é 12H12.
  • Joana (Hors-ligne), le 10/02/2012 é 10H19.
  • guadeloupe10 (Hors-ligne), le 05/02/2012 é 05H11.
  • boussoraissam (Hors-ligne), le 05/05/2011 é 05H14.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    La difficulté du sujet réside dans le fait que deux notions du programme s’y trouvent engagées. On prendra bien soin de faire porter l’analyse sur le rapport entre liberté et imagination -non pas n’importe quel rapport, mais celui qui est contenu dans le terme de “refuge”. Il faut se faire une idée exacte de son sens. Un refuge n’est pas une demeure (habituelle), c’est un lieu protégé, dans lequel, en cas de danger, on se met à l’abri. Dire que l’imagination est le refuge de la liberté, c’est postuler que la liberté se trouve menacée de dangers dont elle ne se sauve que grâce à l’imagination. Il faudra donc préciser quels dangers menacent la liberté et voir comment l’imagination peut la sauver de ces dangers.

    Ajouté par Emmanuel9082

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    « Cette superbe puissance ennemie de la raison, qui se plaît à la contrôler et à la dominer, pour montrer combien elle peut en toutes choses a établi en l'homme une seconde nature. Elle a ses heureux, ses malheureux, ses sains, ses malades, ses riches, ses pauvres. Elle fait croire, douter, nier la raison Elle suspend les sens, elle les fait sentir. Elle a ses fous et ses sages. Et rien ne nous dépite davantage que de voir qu'elle remplit ses hôtes d'une satisfaction autrement pleine et entière que la raison.  Qui dispense la réputation, qui donne le respect et la vénération aux personnes, aux ouvrages, aux lois, aux grands, sinon cette faculté imaginante. Toutes les richesses de la terre sont insuffisantes sans son consentement. Ne diriez-vous pas que ce magistrat dont la vieillesse vénérable impose le respect à tout un peuple se gouverne par une raison pure et sublime, et qu'il juge des choses par leur nature sans s'arrêter à ces vaines circonstances qui ne frappent que l'imagination des faibles. Voyez-le entrer dans un sermon, où il apporte un zèle tout dévot renforçant la solidité de sa raison par l'ardeur de sa charité ; le voilà prêt à l'ouïr avec un respect exemplaire. Que le prédicateur vienne à paraître, si la nature lui a donné une voix enrouée et un tour de visage bizarre, que son barbier l'ait mal rasé, si le hasard l'a encore barbouillé de surcroît, quelque grandes vérités qu'il annonce je parie la perte de la gravité de notre sénateur.
    Le plus grand philosophe du monde sur une planche plus large qu'il ne faut, s'il y a au-dessous un précipice, quoique sa raison le convainque de sa sûreté, son imagination prévaudra. Plusieurs n'en sauraient soutenir la pensée sans pâlir et suer.
    (L'homme a bien eu raison d'allier ces deux puissances, quoique dans cette paix l'imagination ait bien amplement l'avantage, car dans la guerre elle l'a bien plus entier. Jamais la raison ne surmonte totalement l'imagination, mais le contraire est ordinaire). »
     
    Pascal, Pensée 44 (Lafuma).

    Citations

    « Rien n'est plus libre que l'imagination humaine; bien qu'elle ne puisse déborder le stock primitif des idées fournies par les sens externes et internes, elle a un pouvoir illimité de mêler, composer, séparer et diviser ces idées dans toutes les variétés de la fiction et de la rêverie. » Hume, Enquête sur l'entendement humain, 1748.

    « Par l'imagination nous abandonnons le cours ordinaire des choses. [...] Imaginer c'est s'absenter, c'est s'élancer vers une vie nouvelle. » Bachelard, L'Air et les Songes, 1943.

    « Grâce à l'imaginaire, l'imagination est essentiellement
    ouverte, évasive. Elle est dans le psychisme humain l'expérience même de l'ouverture, l'expérience même de la nouveauté. » Bachelard, L'Air et les Songes, 1943.

    « L'imagination [...], c'est la conscience tout entière en tant qu'elle réalise sa liberté. » Sartre, L'Imaginaire, 1940.

    « L'imagination est la folle du logis. » Malebranche, De la Recherche de la vérité, 1674-1675.

    « Imagination — C'est cette partie dominante dans l'homme, cette maîtresse d'erreur et de fausseté, et d'autant plus fourbe qu'elle ne l'est pas toujours. » Pascal, Pensées, 1670 (posth.)

    « Les hommes jugent des choses selon la disposition de leur cerveau et les imaginent plutôt qu'ils ne les connaissent. » Spinoza, Éthique, 1677 (posth.)

    « Il est vraisemblable que le principal crédit des miracles, des visions, des enchantements et de tels effets extraordinaires, vienne de la puissance de l'imagination agissant principalement contre les âmes du vulgaire, plus molles. » Montaigne, Essais, 1580-1588.

    « Qu'on loge un philosophe dans une cage de menus filets de fer clairsemés, qui soit suspendue au haut des tours Notre-Dame de Paris, il verra par raison évidente qu'il est impossible qu'il en tombe, et pourtant, il ne se saurait garder [...] que la vue de cette hauteur extrême ne l'épouvante et ne le transisse. » Montaigne, Essais, 1580-1588.

    Imagination : « Cette superbe puissance, ennemie de la raison, qui se plaît à la contrôler et à la dominer [...], a établi dans l'homme une seconde nature. » Pascal, Pensées, 1670 (posth.)

    « L'imagination dispose de tout; elle fait la beauté, la justice, et le bonheur, qui est le tout du monde. » Pascal, Pensées, 1670 (posth.)

    « La jouissance et la possession appartiennent principalement à l'imagination. Elle embrasse plus chaudement ce qu'elle va quérir que ce que nous touchons, et plus continuellement. » Montaigne, Essais, 1580-1588.

    « Imaginer, c'est [...] hausser le réel d'un ton. » Bachelard, L'Air et les Songes, 1943.

    L'imagination est « la grande fonction "irréalisante" de la conscience ». Sartre, L'Imaginaire, 1940.

    « L'homme a inventé le pouvoir des choses absentes — par quoi il s'est rendu "puissant et misérable"; mais enfin, ce n'est que par elles qu'il est homme. » Valéry, Tel quel, 1941.

    « L'IMAGINATION est le pouvoir de se représenter dans l'intuition un objet même en son absence. » Kant, Critique de la raison pure, 1781.

     

     

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit