NoCopy.net

Peut-il y avoir une science de l'inconscient ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Faut-il vivre avec son temps ? Désirer, est-ce nécessairement souffrir ? >>


Partager

Peut-il y avoir une science de l'inconscient ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Peut-il y avoir une science de l'inconscient ?



Publié le : 3/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Peut-il y avoir une science de l'inconscient ?
Zoom

Évitez de réciter seulement inconscient ou sur Freud. Interrogez-vous sur les critères de la scientificité d'une démarche.

Cette science existe, c'est la psychanalyse fondée par Freud. Vous savez sans doute également que celui-ci était médecin et non philosophe, et que pour lui le caractère scientifique de sa démarche était incontestable. C'est donc le freudisme qui est à remettre en question.
L'inconscient n'est pas l'inconscience. L'inconscience est un état dont tout le monde a fait l'expérience, et donc on n'a pas attendu Freud pour s'apercevoir de son existence. L'inconscient désigne une partie du psychisme, qui échappe par nature à la conscience. Il ne faut pas non plus le confondre avec une sorte de réservoir des pensées oubliées, ce qui supposerait qu'elles aient dû d'abord être conscients pour exister. Tout au contraire, parler d'inconscient, c'est supposer que nos pensées conscientes ont une origine inconsciente qui nous échappe. Il est bien évident que la science de l'inconscient, si on admet qu'elle existe, ne saurait être une science expérimentale. Ce qui relève de l'inconscient ne peut être directement observé, et Freud le savait bien. Si donc la psychanalyse peut réellement à bon droit être qualifiée de science, cette science sera d'un type nouveau. Le discours scientifique n'est pas forcément le seul valide. Nier la scientificité de la psychanalyse ne signifie donc pas nier tout droit de parler de l'inconscient, et l'on pourra par exemple estimer que, malgré son échec, l'oeuvre de Freud ouvre des perspectives intéressantes qui aident à comprendre l'homme et même à guérir certaines formes de maladie psychique.



../...

1) Nécessité de l'hypothèse. Jusqu'à Freud, l'idée de psychisme était strictement analogue à celle de conscience. Freud rappelle lui-même la portée de cette interprétation : tout acte psychique bénéficie du témoignage de la conscience.

2) La position de Freud, au contraire, est la suivante : il y a des actes psychologiques conscients qui ne peuvent être expliqués que par des actes psychiques qui, eux, échappent « au témoignage de la conscience «. La conscience n'a pas de valeur explicative totale, mais seulement partielle.Dans bien des cas, un acte psychique ne « bénéficie pas du témoignage de la conscience « , mais s'explique par un autre acte psychique : d'où l'idée d' enchaînement continu (et sous-jacent) des actes psychiques. Alors que la conscience est un phénomène de surface dont « les données sont lacunaires « (et non pas continues), et même, souligne Freud, le plus souvent « extrêmement « lacunaires. Autrement dit, il n'y a pas identité entre conscience et états psychiques, mais un champ plus large des états psychiques que celui de la conscience. Freud fournit des preuves.


Introduction
 

  •  I. Peut-on faire une science de ce dont on n'a pas conscience?

 
 1. Il n'y a pas de science directe de l'inconscient car, par définition, l'inconscient échappe à la conscience.
 2. Il n'y a donc de science de l'inconscient qu'à partir des faits conscients.
 3. Qu'est-ce qui nous oblige à remonter d'un fait dont on est conscient à sa cause inconsciente?
 

  •  II. La psychanalyse comme science de l'interprétation.

 
 1. La psychanalyse procède comme les autres sciences.
 2. L'inconscient n'est pas l'objet d'un savoir métaphysique.
 3. La psychanalyse, une science de l'interprétation.
 

  •  III. Une science qui a des limites.

 
 1. La difficulté d'interpréter.
 2. La tentation du système.
 3. L'homme peut-il être objet de science?
 
 Conclusion



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Peut-il y avoir une science de l'inconscient ? Corrigé de 6870 mots (soit 10 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Peut-il y avoir une science de l'inconscient ?" a obtenu la note de :

6.5 / 10

Corrigé consulté par :
  • pychac-280241 (Hors-ligne), le 28/10/2016 é 28H19.
  • pimousse15-272646 (Hors-ligne), le 23/04/2016 é 23H12.
  • pimousse15-272646 (Hors-ligne), le 23/04/2016 é 23H09.
  • lauriejnntn-275824 (Hors-ligne), le 16/04/2016 é 16H13.
  • Fauve-269810 (Hors-ligne), le 07/01/2016 é 07H20.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    « La recherche psychologique [...] se propose de montrer au moi qu'il n'est seulement pas mare dans sa propre maison ». Freud, Introduction à la psychanalyse, 1917.
     
      « L'homme comme tout être vivant pense sans cesse, mais ne le sait pas; la pensée qui devient consciente n'en est que la plus petite partie, disons : la partie la plus médiocre et la plus superficielle. » Nietzsche, Le Gai Savoir, 1883.
     
      « L'hypothèse de l'inconscient est nécessaire [...], parce que les données de la conscience sont extrêmement lacunaires. » Freud, Métapsychologie, 1952 (posth.)
     
      « Il existe deux variétés d'inconscient : les faits psychiques latents, mais susceptibles de devenir conscients, et les faits psychiques refoulés qui, comme tels et livrés à eux-mêmes, sont incapables d'arriver à la conscience. [...] Nous réservons le nom d'inconscients aux faits psychiques refoulés. » Freud, Essais de psychanalyse, 1923.
     Ces faits psychiques refoulés sont en effet soumis à une censure qui évacue hors de la conscience (qui « refoule ») les désirs jugés incompatibles avec les exigences morales du sujet.
     
      « L'inconscient est le psychique lui-même et son essentielle réalité. » Freud, L'Interprétation des rêves, 1899.
     

      « Longtemps on a considéré la pensée consciente comme la pensée par excellence : maintenant seulement nous commençons à entrevoir la vérité, c'est-à-dire que la plus grande partie de notre activité intellectuelle s'effectue d'une façon inconsciente. » Nietzsche, Le Gai Savoir, 1883.
     
      « Il faut éviter [...] de croire que l'inconscient est un autre Moi ; un Moi qui a ses préjugés, ses passions et ses ruses; une sorte de mauvais ange, diabolique conseiller. Contre quoi il faut comprendre qu'il n'y a point de pensées en nous sinon par l'unique sujet, Je; cette remarque est d'ordre moral. » Alain, Éléments de philosophie, 1941.
     
      « L'inconscient est une méprise sur le Moi, c'est une idolâtrie du corps. » Alain, Éléments de philosophie, 1941.
     
      « La conscience est conscience de part en part. Elle ne saurait donc être limitée que par elle-même.,» Sartre, L'Être et le Néant, 1943.
     
      « L'inconscient est ce chapitre de mon histoire qui est marqué par un blanc ou occupé par un mensonge : c'est le chapitre censuré. Mais la vérité peut être retrouvée. » Lacan, Écrits I, 1966.

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Peut-il y avoir une science de l'inconscient ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit