NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La liberté, une illusion ? Liberté et bonheur >>


Partager

L'infinie liberté

Philosophie

Aperçu du corrigé : L'infinie liberté



Publié le : 27/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

L'infinie liberté
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
L'infinie liberté




Sentiment qui en lui-même est toujours imprécis, diffus, et qui ne peut aboutir qu'à un repérage dont la conceptualité n'est pas la qualité principale : que signifient exactement des actes « émanant » de la personnalité ou l'" exprimant » ? Comment la personnalité est-elle ainsi « traduite » en acte ? On a du mal à le savoir.Mais de telles remarques feraient le jeu de Bergson lui-même, qui se garde bien ici, à propos de la liberté, de céder à la rigueur conceptuelle, et qui indique même que c'est précisément lorsqu'on pratique des distinctions conceptuelles trop raffinées que l'on se condamne à ne plus rien comprendre de la nature vécue de la liberté. [II - Réponses à deux objections]Une analyse du repérage proposé par Bergson pourrait en effet souligner que, si la personnalité colore l'acte, c'est bien que ce dernier est alors déterminé par ce qui est nommé « caractère ».La réplique à une telle objection est simple : la distinction entre un moi qui agit et un moi qui sent ou qui pense n'est qu'un artifice de présentation, résultant d'une analyse nous éloignant par définition de ce qui a lieu dans l'existence. Admettre que le moi qui pense (le caractère) aurait ainsi le pouvoir de « peser » sur le moi qui agit est une illusion « puérile »en fait les «deux moi » n'en font qu'un, c'est leur mélange qui compose ce que Bergson nomme « personnalité », à l'intérieur de laquelle le caractère se trouve intégré de telle façon qu'il ne risque pas de s'en extraire pour exercer la moindre « pesée » sur un aspect différent du moi. Il y a ainsi va-et-vient constant entre la pensée et l'action, on ne peut isoler sérieusement l'une de l'autre, ni concevoir que l'une soit « cause » de l'autre.C'est encore une puérilité de penser que les modifications de notre caractère nous seraient étrangères, venant ainsi contester la possibilité même de notre liberté dès lors que nous n'obéirions qu'à des déterminations extérieures. Bergson admet évidemment que le caractère subit quotidiennement des modifications, mais il souligne que celles-ci ne viennent pas se greffer, comme des corps hétérogènes, sur le moi : elles sont destinées à fusionner avec lui.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2814 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "L'infinie liberté" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit