Jean le Bon

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Marco Polo La technologie de l'arbalète >>
Partager

Jean le Bon

Encyclopédie

Aperçu du corrigé : Jean le Bon



Document transmis par : Sasa44996


Format: Document en format HTML protégé

Jean le Bon
Zoom

Jean le Bon (qui meurt en 1364) est l'une des figures les plus malchanceuses de la guerre de Cent Ans : il subit la rivalité des grands féodaux et essuie des défaites face aux Anglais. Il terminera même son existence en tant que captif à Londres. Son fils Charles V est en revanche à l'origine d'un rétablissement de la situation de la France dans la guerre.


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Corrigé : Jean le Bon Corrigé de 1 pages directement accessible

Le corrigé du sujet "Jean le Bon" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Mon confrère de Paris vient de me communiquer la principale disposition de son testament par laquelle il institue votre fils Jean, M. Jean Roland, son légataire universel., MAUPASSANT, Pierre et Jean, I.

Ajouté par webmaster

.1 «Rentrons, avait dit Jean, j'aimerais tant t'embrasser.» Maintenant ils étaient tous deux dans la chambre, mais Françoise s'était assise loin de lui. Et Jean, semblable à ceux qui veillent un être cher qu'une longue maladie affaiblit lentement avant de l'emporter, Jean contemplait avec une attention anxieuse et découragée leur amour finissant (...), PROUST, Jean Santeuil, Pl., p. 816.

Ajouté par webmaster

.1 Promettre (...) Je ne peux pas promettre ce que je ne peux pas, dit Jean. - On peut ce qu'on veut, dit sa mère. - On peut ne pas penser? dit Jean en souriant avec tendresse. - On peut tout ce qui ne dépend que (de) notre volonté, répondit Mme Santeuil. - Je te promets d'essayer, dit Jean., PROUST, Jean Santeuil, Pl., p. 222.

Ajouté par webmaster

.1 (...) M. Sandré resta encore quelques instants à table, regardant son petit Jean pour qui il était toujours si dur, dont il contrecarrait à tout instant les fantaisies les plus innocentes, qu'il faisait envoyer coucher quand on oubliait l'heure, lui qui depuis un mois avait forcé sa fille et son gendre à séparer Jean de MËeËlËlËe Kossichef, lui qui n'embrassait jamais Jean, même pas le 1ËeËr janvier, l'appela doucement, l'assit sur ses genoux, et l'embrassa de ses vieilles lèvres durcies (...), PROUST, Jean Santeuil, Pl., p. 225.

Ajouté par webmaster

.1 Mon petit papa, dit Jean en se mettant à genoux, on me veut du mal, maman me persécute, défends-moi. - Non, ta mère a raison, dit M. Santeuil incertain de ce qu'il allait dire (...) Jean, au moment où son père le poussait en lui donnant des claques vers le cabinet noir, tomba dans une violente attaque de nerfs., PROUST, Jean Santeuil, p. 224.

Ajouté par webmaster

.2 Ce moment approchait, l'église sentait bon, et Jean y respirait peut-être avec plus de plaisir que l'encens et les fleurs l'odeur du pain bénit que venait lui présenter Victor, le garçon de -(l'épicier) déguisé en suisse et que Jean faisait semblant de ne pas reconnaître, comme au théâtre on ne salue pas sur la scène un acteur qu'on connaît dans la vie., PROUST, Jean Santeuil, Pl., p. 338.

Ajouté par webmaster

.1 Les rares voyageurs qui étaient descendus à l'hôtel étaient partis. Jean resté seul dans l'hôtel dont il était comme le maître, plus que le maître, puisque le maître était avec Jean comme avec le maître les domestiques, se mêlait de plus en plus à leur vie. Souvent quand le maître faisait atteler sa voiture (...) Jean se préparait, prenait un bon paletot et montait à côté de lui. Souvent ils faisaient des lieues sans rencontrer personne; quand ils traversaient des villages, Jean répondait au salut des passants qui considéraient le maître d'hôtel et plus encore le jeune étranger assis à côté de lui., PROUST, Jean Santeuil, Pl., p. 380-381.

Ajouté par webmaster

Tandis que Jean se préparait, son brosseur achevait de l'astiquer, de lui donner ses affaires., PROUST, Jean Santeuil, Pl., p. 569.

Ajouté par webmaster

Jean, depuis son héritage, se demandait tous les jours s'il l'épouserait ou non., MAUPASSANT, Pierre et Jean, VI.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Jean le Bon

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo