Jules SUPERVIELLE (1884-1960). « Marseille ». (Débarcadères)

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Albert SAMAIN (1858-1900). « Automne. » (Le c ... Émile VERHAEREN (1855-1916). « Le Moulin ». ( ... >>
Partager

Jules SUPERVIELLE (1884-1960). « Marseille ». (Débarcadères)

Littérature

Aperçu du corrigé : Jules SUPERVIELLE (1884-1960). « Marseille ». (Débarcadères)



document rémunéré

Document transmis par : ???


Publié le : 22/3/2011 -Format: Document en format FLASH protégé

Jules SUPERVIELLE (1884-1960). « Marseille ». (Débarcadères)
Zoom
  • Marseille : Ville de France, chef-lieu de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur et préfecture des Bouches-du-Rhône, premier port du pays, sur la Méditerranée. Population : 860 000 habitants (agglomération : 1 620 000 hab.). Gentilé : Marseillais.

 


 

Marseille sortie de la mer, avec ses poissons de roche, ses

coquillages et l'iode, Et ses mâts en pleine ville qui disputent les passants, Ses tramways avec leurs pattes de crustacés sont luisants d'eau marine,

Le beau rendez-vous de vivants qui lèvent le bras comme pour

se partager le ciel, Et les cafés enfantent sur le trottoir hommes et femmes de

maintenant avec leurs yeux de phosphore, Leurs verres, leurs tasses, leurs seaux à glace et leurs alcools, Et cela fait un bruit de pieds et de chaises frétillantes. Ici le soleil pense tout haut, c'est une grande lumière qui se mêle

à la conversation, Et réjouit la gorge des femmes comme celle des torrents dans la montagne,

Il prend les nouveaux venus à partie, les bouscule un peu dans la rue,

Et les pousse sans un mot du côté des jolies filles. Et la lune est un singe échappé au baluchon d'un marin Qui vous regarde à travers les barreaux légers de la nuit. Marseille, écoute-moi, je t'en prie, sois attentive, Je voudrais te prendre dans un coin, te parler avec douceur, Reste donc un peu tranquille que nous nous regardions un peu O toi toujours en partance Et qui ne peux t'en aller,

A cause de toutes ces ancres qui te mordillent sous la mer.

Vous présenterez de ce poème un commentaire composé où vous pourrez étudier, par exemple, comment la forme libre du poème concourt à donner une certaine vision de la réalité dont vous pourrez dégager le caractère.

 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Jules SUPERVIELLE (1884-1960). « Marseille ». (Débarcadères) Corrigé de 6110 mots (soit 9 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Jules SUPERVIELLE (1884-1960). « Marseille ». (Débarcadères)" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • llalicell-179703 (Hors-ligne), le 30/09/2012 à 30H16.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    J'ai vu, grâce au coronographe qu'il -(le professeur Lyot) a inventé, jaillir de la couronne du Soleil, de la surface extérieure, les grandes gerbes des éruptions solaires, ces aigrettes, ces panaches de gaz en fusion dont l'éclair se mesurait (...) en centaines de milliers de kilomètres., Claude ROY, Jules Supervielle, p. 43-44.

    Ajouté par webmaster

    Bien meilleure impression de la population de marins et pêcheurs de Cassis (...) à Marseille, vraiment, ce n'est plus le peuple, mais la racaille., GIDE, Journal, Marseille, juin 1932.

    Ajouté par webmaster

    Jules Isaac, compagnon de Péguy, a aujourd'hui quatre-vingts ans. J'en demande mille pardons à tous les encenseurs de notre sainte jeunesse!, F. MAURIAC, le Nouveau Bloc-notes 1958-1960, p. 195.

    Ajouté par webmaster

    Ces débarcadères, tous du même modèle, consistaient en un ponton carré supportant deux chambres de bois, l'une servant de bureau, l'autre de magasin ou de salle d'attente, séparées par un large couloir destiné aux voyageurs et aux bagages., Th. GAUTIER, Voyage en Russie, II.

    Ajouté par webmaster

    On dit qu'il lève des troupes contre moi., SUPERVIELLE, Shéhérazade, II, 6.

    Ajouté par webmaster

    Vous étiez, Sire, le meilleur et le plus compréhensif des sultans., SUPERVIELLE, Shéhérazade, I, VII.

    Ajouté par webmaster

    Mais ce ne sont là que les tremblants symptômes d'un amour sans consistance., SUPERVIELLE, Shéhérazade, II, 8.

    Ajouté par webmaster

    Comment pouvez-vous faire le moindre cas du délire d'un rêveur?, SUPERVIELLE, Shéhérazade, II, VIII.

    Ajouté par webmaster

    Tu manques de confiance en toi et je veux te débarrasser de cette infirmité qui fait boiter ton bonheur., SUPERVIELLE, Shéhérazade, II, 4.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Jules SUPERVIELLE (1884-1960). « Marseille ». (Débarcadères)

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast littérature