Le langage nous abuse-t-il ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le silence ne dit-il rien ? La liberté de penser peut-elle se passer de l ... >>


Partager

Le langage nous abuse-t-il ?

Echange


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Corrigé : Le langage nous abuse-t-il ? Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Le langage nous abuse-t-il ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • jeremy972-239876 (Hors-ligne), le 13/02/2017 é 13H11.
  • sakichan06-246205 (Hors-ligne), le 04/05/2015 é 04H14.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    La question « faut-il » peut être comprise avec deux intensités différentes : « est-il nécessaire de ? » et « est-il préférable de » ?

    « Exclure », c'est mettre hors de, c'est-à-dire dans notre contexte refuser absolument.

    L'expression « abus de langage » est une expression figée qui désigne un certain usage particulier du langage, qui consiste à l'employer d'une manière qui en force et fausse le sens, comme si l'on abusait du pouvoir expressif qu'il renferme : un abus de langage est une sorte d'abus du pouvoir des mots. La question est ici celle de la pertinence et du bien-fondé d'un pareil procédé : cet abus est-il condamnable, tolérable, ou même utile ?

    Quelles sont les conséquences du recours à l'abus de langage ? Par un tel procédé on peut tromper son interlocuteur, fausser le pacte de communication que l'on établit avec lui dès qu'on commence à lui parler, ce pacte virtuel et implicite ayant pour fonction d'assurer que l'on pose les mêmes mots sur les mêmes choses. L'abus de langage semble permettre un pouvoir que l'on exerce sur son interlocuteur à l'insu de ce dernier. Pourtant, l'abus de langage peut avoir une fonction expressive supérieure à l'usage habituel du langage, en ce qu'il permet peut-être de faire passer des idées que le langage tel qu'utilisé quotidiennement ne permet pas de faire passer, il permet de produire des effets plus grands. A la limite, on pourrait considérer que le propre du poète est de multiplier les abus de langage pour intensifier son propos.

    La résolution du problème dépendra en fait de la fonction que l'on attribuera au langage et des exigences que l'on nourrit à son égard : si l'on attribue au langage une fonction d'expression de la vérité des choses, on exigera du langage qu'il soit dans une parfaite adéquation avec la chose qu'il traduit, et alors on exclura les abus de langage. Si on lui attribue une fonction d'expression non des choses, mais du sujet qui parle, alors l'abus de langage pourra être l'un des moyens de cette expression, et son inadéquation aux chose ne sera plus un problème, puisque l'important sera que l'individu s'exprime comme il l'entend, même si cette expression est inexacte.

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Le langage nous abuse-t-il ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit