En quel sens peut-on dire que nos paroles nous trahissent ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Faut-il faire confiance au langage ? Le langage est-il ce qui nous rapproche ou ce ... >>


Partager

En quel sens peut-on dire que nos paroles nous trahissent ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : En quel sens peut-on dire que nos paroles nous trahissent ?



Publié le : 1/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

En quel sens peut-on dire que nos paroles nous trahissent ?
Zoom

Analyse du sujet : Un sujet très classique interrogeant sur l'adéquation du langage au propos volontaire et la personnalité profonde du locuteur.

Peut-on faire confiance en nos propres paroles ? Ne sommes-nous pas maîtres d'elles ? Nos paroles peuvent nous trahissent - elles ? La parole trahit quand elle révèle ce que nous ne voulions pas qu'il révèle. Quand je me trahis, je donne involontairement des signes de ma pensée profonde, opposés à l'image que je voulais donner volontairement de moi. C'est le sens premier de l'expression. Dès lors, il s'agit de voir si la parole ne dit pas plus que ce que nous croyons/voulons qu'elle dise. Mais l'expression invite aussi à étudier le cas inverse, d'une parole qui ne dit pas la vérité. La trahison peut donc aussi bien être la révélation que le voilement de la vérité. Quelle vérité ? Celle de l'inconscient, celle des déterminations sociales ? Le sujet sous-entend la question de la pensée : nos paroles trahissent notre pensée, nos idées, et trompent autrui qui va alors juger injustement nos idées. Mais en disant plus que ce que nous voulions qu'elles disent, les paroles nous trahissent-elles vraiment ? Ne montrent-elles pas au contraire avec plus de justesse ce que nous sommes ? La non-maîtrise de la parole est-elle un atout ou un inconvénient ? Voir une trahison dans toute parole, n'est-ce pas un signe de la paranoïa, plutôt que d'une réalité ?

Parler, c’est dire ce que l’on pense, c’est-à-dire rendre publiques nos pensées. De ce point de vue, les paroles que nous proférons transmettent un message dont nous fixons nous-mêmes le sens. Dès lors, comment penser que nos paroles puissent, en un sens, nous trahir ? D’abord, on peut s’interroger sur les conditions dans lesquelles nous parlons : sous le coup de la colère, je dis des choses que je ne pense pas (« mes paroles dépassent ma pensée «) ou bien que je ne voulais pas dire. La trahison ce joue alors dans le décalage entre ce que je pense et ce que je dis, c’est-à-dire par l’absence de maîtrise dans ce que je dis.

Dès lors, nous devons remarquer deux choses : d’une part, parler, c’est parler à quelqu’un. Autrement dit, ce que je dis en susceptible d’être interprété par autrui : le sens de mes paroles se fixent aussi dans leur réception. Il ne s’agit pas de dire qu’autrui comprend mal mes propos, mais que mes paroles disent toujours plus que ce que je pense y mettre. La parole est donc le lieu d’un excès de sens. D’autre part, depuis les travaux de la psychanalyse, il n’est plus possible de tenir la pensée pour maîtresse d’elle-même : ainsi, ce que nous disons révèle toujours plus que ce que la pensée elle-même ne cherche à révéler dans la parole. C’est le cas, par exemple, du lapsus. Là encore, la parole est soumise à l’excès de sens. C’est cet excès que nous devons examiner, puisque nous nous demandons bien en quoi nos paroles, et non nous-mêmes, nous trahissent lorsque nous parlons.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : En quel sens peut-on dire que nos paroles nous trahissent ? Corrigé de 8390 mots (soit 12 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "En quel sens peut-on dire que nos paroles nous trahissent ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • PETER-217613 (Hors-ligne), le 11/11/2016 é 11H20.
  • N0CiiF-262128 (Hors-ligne), le 15/09/2016 é 15H17.
  • romanellouisy-270887 (Hors-ligne), le 24/01/2016 é 24H11.
  • bob-270717 (Hors-ligne), le 20/01/2016 é 20H21.
  • philo-260665 (Hors-ligne), le 17/05/2015 é 17H23.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    « C’est dans le mot que nous pensons. Nous n’avons conscience de nos pensées, nous n’avons de pensées déterminées et réelles que lorsque nous leur donnons la forme objective, que nous les différencions de notre intériorité […]. C’est le son articulé, le mot, qui seul nous offre une existence où l’externe et l’interne sont intimement unis. Par conséquent, vouloir penser sans les mots est une tentative insensée. On croit ordinairement, il est vrai, que ce qu’il y a de plus haut, c’est l’ineffable. Mais c’est là une opinion superficielle et sans fondement ; car en réalité, l’ineffable, c’est la pensée obscure, la pensée à l’état de fermentation, et qui ne devient claire que lorsqu’elle trouve le mot. Ainsi le mot donne à la pensée son existence la plus haute et plus vraie. »


    Hegel, in « Philosophie de l’esprit ».

     

     

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    En quel sens peut-on dire que nos paroles nous trahissent ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit