Une langue bien faite mettrait-elle fin à toute discussion ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Une image ne peut-elle pas etre une certaine ... Une langue universelle est-elle souhaitable ... >>
Partager

Une langue bien faite mettrait-elle fin à toute discussion ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Une langue bien faite mettrait-elle fin à toute discussion ?



Publié le : 2/1/2006 -Format: Document en format FLASH protégé

	Une langue bien faite mettrait-elle fin à toute discussion 	?
Zoom

Ils expliquent d'ailleurs la prolifération des systèmes de communication tendant vers cet idéal. Il est certain, par exemple, qu'il vaut mieux, dans le cas du code de la route, que la part de « bruit » soit la moins forte possible. Mais on peut se demander si les langues artificielles qui éliminent tout malentendu ne sont pas seulement propres à un certain type de communication, limité à un objet précis. On doit s'interroger, par conséquent, sur les fonctionnements de tels langages. 2 - La mort de l'échange a) L'exclusion des sujets Pour que le discours monosémique soit possible, il faut que toutes les sources possibles de malentendu soient éliminées. Est-il concevable alors que l'expression de la subjectivité puisse se faire avec un tel instrument ? Les cas limites de langues « bien faites » sont des exemples qui supposent un énoncé sans sujet. N'importe qui à ma place déchiffre les signaux du code de la route de la même façon que moi, pourvu qu'il connaisse le système ; de même dans un énoncé mathématique. Dans les deux cas également, l'émetteur s'efface en tant que personne singulière : à la limite, dans le code de la route, son identité n'a plus aucune importance ; seul compte le contenu du message. La discussion est exclue parce que la communication se fait en dehors de toute énonciation particulière.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Une langue bien faite mettrait-elle fin à toute discussion 	? Corrigé de 1465 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Une langue bien faite mettrait-elle fin à toute discussion ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
Corrigé consulté par :
  • Juliette35235 (Hors-ligne), le 28/10/2009 à 28H01.
  • Marion15044 (Hors-ligne), le 06/10/2009 à 06H17.
  • Elena38558 (Hors-ligne), le 05/10/2009 à 05H08.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    — Les tentatives de construction d'une langue parfaite n'ont jamais abouti. Cf. L'échec de Leibniz dans son projet de constituer une langue possédant la communicabilité des langues maternelles et la systématicité de la méthode scientifique. b) Une langue rigoureuse, c'est-à-dire logique, ne sera-t-elle pas nécessairement axiomatique ? Or les axiomes de départ qui commandent un tel,langage ne peuvent être énoncés par le système lui-même, mais seulement par un métalangage.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    - (...) il lui faut -(au savoir du XVIIËe s.) fabriquer une langue, et qu'elle soit bien faite -, c'est-à-dire que, analysante et combinante, elle soit réellement la langue des calculs., Michel FOUCAULT, les Mots et les Choses, p. 77.

    Ajouté par webmaster

    Il y a bien des nuances de l'action faite -sans le vouloir à l'action faite -de propos délibéré, avec -préméditation. La langue de la morale et celle du droit distinguent avec soin parmi les -desseins et les -intentions., BRUNOT, la Pensée et la Langue, V, XXIII, IV, p. 851.

    Ajouté par webmaster

    (...) la congestion du cerveau augmentait (...) Françoise espéra un instant qu'on mettrait des ventouses «clarifiées». Elle en chercha les effets dans mon dictionnaire mais ne put les trouver. Eût-elle bien dit «scarifiées» (...) qu'elle n'eût pas trouvé davantage cet adjectif, car elle (...) écrivait (...) «esclarifié»., PROUST, le Côté de Guermantes, Pl., t. II, p. 334.

    Ajouté par webmaster

    L'art de raisonner se réduit à une langue bien faite., CONDILLAC, la Logique..., II, 5.

    Ajouté par webmaster

    On dit : -Elle a des cheveux noirs, comme on dit : -elle a un bonnet blanc. Rien de particulier. Au contraire, -elle a les cheveux noirs est une phrase faite, non pas pour dire ce qu'elle a, ce qu'elle possède, mais comment elle a ce que chacun possède : -des cheveux. Comparez : -elle a les yeux bleus, le teint mat, etc., F. BRUNOT, la Pensée et la Langue, p. 629.

    Ajouté par webmaster

    Les euphémismes et la langue littéraire. Bien des choses portent ou ont porté par décence et par politesse des noms déguisés. Pendant toute la dernière guerre (1914-18), à -maîtresse s'est substitué dans la langue administrative l'euphémisme de -compagne. Les noms du -lavement se sont succédé depuis deux siècles : -clystère, remède, lavage intestinal. etc., F. BRUNOT, la Pensée et la Langue, p. 81.

    Ajouté par webmaster

    Abstraction de toute lourdeur de toute longueur de toute géométrie de toute architecture abstraction faite : VITESSE., Henri MICHAUX, Face aux verrous, p. 14.

    Ajouté par webmaster

    1539. -Ordonnance de Villers-Cotterêts, l'acte le plus important du gouvernement dans toute l'histoire de la langue. Elle prescrit l'emploi exclusif du français dans toutes les pièces judiciaires du Royaume. Cette mesure, prise pour faciliter le travail de l'administration, fait du français la langue de l'État., F. BRUNOT et Ch. BRUNEAU, Précis de grammaire historique de la langue franç., p. XV.

    Ajouté par webmaster

    Prenons l'exemple de l'-eau-de-vie, et de ses noms. Le mot rappelle un ancien préjugé, l'idée d'un extrait de Jouvence qui entretient la force; il a une valeur expressive. Néanmoins, aujourd'hui, pour le rajeunir, on marque la qualité : -de la fine, la couleur : -de la blanche, ou bien on dit de quoi est faite la liqueur en question : -eau-de-vie de grain, de -marc et plus simplement -marc; on exprime d'où elle vient : -cognac, calvados (...), F. BRUNOT, la Pensée et la Langue, IV, XIII, I, p. 577.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Une langue bien faite mettrait-elle fin à toute discussion ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo