LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Une action volontaire est-elle une action lib ... Quel est ce "je" qui dit : "je suis libre" ? >>


Partager

La liberté d'expression peut-elle être sans limites ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La liberté d'expression peut-elle être sans limites ?



Publié le : 29/8/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Ce corrigé vous sera utile pour ces autres sujets voisins

La liberté d'expression peut-elle être sans limites ?
Zoom

 

Analyse du sujet :

 

-          Il semble de prime abord qu’il n’y ait aucune raison de poser des limites à la liberté d’expression, car parler ne cause aucun tort. La liberté d’expression véhicule des idées et des paroles mais ne commet pas de crimes.

-          Cependant,  la liberté d’expression peut provoquer des crimes qui n’auraient peut-être pas eu lieu sans elle. Il apparaît ainsi dangereux qu’une société tolère qu’on diffuse des appels au meurtre dans ses journaux. On peut ainsi très bien imaginer que les paroles influent sur l’esprit et qu’elles poussent les esprits faibles dans certaines directions : Socrate n’a-t-il pas été condamné à mort pour « corruption de la jeunesse « ?

-          Considérer également que les paroles ne font pas de mal, c’est s’aveugler au sujet de ce qu’un mal peut être : il n’y a pas que le mal physique qui constitue un crime, mais également le mal moral. Que la calomnie puisse être relayée par la presse est ainsi problématique.

-          Ce faisant, la liberté d’expression pose problème, car elle existe principalement pour contrer l’arbitraire du pouvoir, or, si on choisit de la limiter, ce sera nécessairement le pouvoir qui la limitera. Aussi il semble difficile d’encourager une telle limitation, car ce serait comme rendre le plein pouvoir à la puissance en place.

-          Il apparaît donc qu’il n’y a que deux alternatives : soit tolérer une liberté d’expression absolue, soit renoncer à la liberté d’expression.

-          Le problème consistera donc plutôt à évaluer les bénéfices et les désavantages que l’on peut tirer de l’une ou l’autre proposition, et de choisir laquelle des deux est la meilleure.

 

Problématisation :

La liberté d’expression semble bien inoffensive. Toutefois, croire cela c’est peut-être oublier que l’expression est à la source de toutes les actions des hommes, et que mis à part dans le cas de la folie, les crimes commencent toujours par des pensées, sinon par des « idées tordues «. Ne faudrait-il donc pas empêcher que de telles idées germent dans les esprits fragiles ? Toutefois, peut-il exister une liberté d’expression limitée ? Comment garder le contrôle sur les censeurs s’il n’est pas possible de parler d’eux ? Les maux engendrés par la liberté d’expression sont-ils si grands que l’on doive se priver des bienfaits de cette liberté ?

 



-          Cependant,  la liberté d'expression peut provoquer des crimes qui n'auraient peut-être pas eu lieu sans elle. Il apparaît ainsi dangereux qu'une société tolère qu'on diffuse des appels au meurtre dans ses journaux. On peut ainsi très bien imaginer que les paroles influent sur l'esprit et qu'elles poussent les esprits faibles dans certaines directions : Socrate n'a-t-il pas été condamné à mort pour « corruption de la jeunesse « ? -          Considérer également que les paroles ne font pas de mal, c'est s'aveugler au sujet de ce qu'un mal peut être : il n'y a pas que le mal physique qui constitue un crime, mais également le mal moral. Que la calomnie puisse être relayée par la presse est ainsi problématique. -          Ce faisant, la liberté d'expression pose problème, car elle existe principalement pour contrer l'arbitraire du pouvoir, or, si on choisit de la limiter, ce sera nécessairement le pouvoir qui la limitera. Aussi il semble difficile d'encourager une telle limitation, car ce serait comme rendre le plein pouvoir à la puissance en place. -          Il apparaît donc qu'il n'y a que deux alternatives : soit tolérer une liberté d'expression absolue, soit renoncer à la liberté d'expression. -          Le problème consistera donc plutôt à évaluer les bénéfices et les désavantages que l'on peut tirer de l'une ou l'autre proposition, et de choisir laquelle des deux est la meilleure.   Problématisation : La liberté d'expression semble bien inoffensive.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 4949 mots (soit 7 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "La liberté d'expression peut-elle être sans limites ?" a obtenu la note de :

5.5 / 10

Corrigé consulté par :
  • Trace-281104 (Hors-ligne), le 07/11/2016 é 07H00.
  • callmebinou-278340 (Hors-ligne), le 21/06/2016 é 21H17.
  • mathildeeb-273059 (Hors-ligne), le 26/02/2016 é 26H13.
  • irina-272394 (Hors-ligne), le 16/02/2016 é 16H19.
  • guids-259754 (Hors-ligne), le 04/05/2015 é 04H08.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit