La liberté individuelle est-elle compatible avec la vie en société ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< L'homme est-il fait pour vivre en société ? La société représente-t-elle l'aliénation de ... >>
Partager

La liberté individuelle est-elle compatible avec la vie en société ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La liberté individuelle est-elle compatible avec la vie en société ?



Publié le : 16/6/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

La liberté individuelle est-elle compatible avec la vie en société ?
Zoom
  • liberté : Ce mot, en philosophie a trois sens : 1° Libre arbitre. Pouvoir mystérieux de choisir entre les motifs qui me sollicitent sans être déterminé par aucun d'eux. 2° Liberté de spontanéité. S'oppose non plus au déterminisme mais à la contrainte : état de celui qui agit sans être contraint par une force extérieure. 3° Liberté du sage. État de celui qui est délivré des passions et agit à la lumière de la raison.
  • compatible : Qui peut s'accorder à une autre chose.
  • avec : En compagnie de, en présence de.
  • société de consommation : Société dont le principe économique repose non sur la possibilité pour tous de consommer le nécessaire, mais sur la continuelle et artificielle création de nouveaux besoins.

L’opposition qui semble se manifester ici concerne d’une part la liberté individuelle et d’autre part la vie en société. Si nous devons questionner leur compatibilité, c’est qu’a priori les deux termes semblent se distinguer l’un de l’autre, et cela au point de s’opposer radicalement. A première vue, en effet, « pouvoir faire tout ce que l’on veut » semble définir correctement la liberté de l’individu, qui pourrait accomplir par lui-même tout ce qu’il désire. A cela viendraient alors s’opposer les contraintes de la vie en société et notamment la présence des lois, qui, dans toute société, marquent les limites acceptables des actions individuelles. Seulement, cette opposition va-t-elle de soi ?  Imaginons ce que serait un homme exclu de toute société, qui vivrait entièrement retiré de tout rapport à la société : ne ressemblerait-il pas, comme dit Aristote, à « une bête ou un dieu » ? En tous cas, il perdrait presque sa dimension purement humaine, au point que sa liberté pourrait bien être remise en question. Nous devons alors nous demander s’il est véritablement possible d’être libre hors de toute société. C’est peut-être cette société qui en nous demandant d’obéir à des lois, nous apprend à être libre.



Par exemple, il y a fort à parier que, comme « citoyen », j'ai voulu et continue de vouloir une loi interdisant le vol ou protégeant la propriété. Il se peut que dans le même temps je désire m'approprier le bien de mon voisin. Si je vole, je ferai prévaloir mon intérêt égoïste sur l' « intérêt général » qui est aussi le mien, donc je voudrais à la fois que la loi me protège, et à la fois la violer quand cela m'arrange. Le raisonnement du contrevenant fait « [qu'] il jouirait des droits du citoyen sans vouloir remplir les devoirs du sujet. »Il est clair que l'attitude du contrevenant est contradictoire et injuste, et que le corps social a donc le droit d'exercer sur lui une contrainte. Il est légitime de faire respecter les lois, qui, sinon n'auraient plus lieu d'être.Mais Rousseau va plus loin ; en me forçant à obéir aux lois, on ne me contraint à rien d'autre qu'à obéir à ma propre volonté (cad à la volonté générale), on me rappelle à mon statut de citoyen. Or être citoyen, protégé par des lois dont on est l'auteur, est la seule façon d'échapper aux rapports de forces entre individus qui ont des volontés antagonistes, d'être soumis à la volonté du plus fort, de sombrer dans des liens de dépendance personnelle :« Ce qui signifie autre chose sinon qu'on le forcera d'être libre ; car telle est la condition qui, donnant chaque citoyen à la patrie, le garantit de toute dépendance personnelle. »En analysant la contradiction qui peut exister entre la volonté que l'on peut avoir comme individu privé et égoïste, et la volonté universelle que l'on a comme citoyen, Rousseau ouvre la voie aux magnifiques analyses morales de Kant, qui retranscrira sur le plan éthique ce que Rousseau met à jour au plan politique.Le rôle de l'Etat est de « transformer chaque individu, qui par lui-même est un tout parfait et solitaire, en partie d'un plus grand tout dont cet individu reçoive en quelque sorte sa vie et son être.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : La liberté individuelle est-elle compatible avec la vie en société ? Corrigé de 2444 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "La liberté individuelle est-elle compatible avec la vie en société ?" a obtenu la note de :

5.4 / 10

Corrigé consulté par :
  • BeBluetiful-216244 (Hors-ligne), le 17/10/2013 à 17H17.
  • kadera07 (Hors-ligne), le 30/10/2012 à 30H21.
  • yzzy13 (Hors-ligne), le 16/03/2012 à 16H07.
  • sousouu (Hors-ligne), le 15/11/2011 à 15H17.
  • rokili (Hors-ligne), le 01/04/2011 à 01H21.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Le premier des droits de l'homme c'est la liberté individuelle, la liberté de la propriété, la liberté de la pensée, la liberté du travail., JAURèS, Hist. socialiste..., t. I, p. 186.

    Ajouté par webmaster

    Le premier des droits de l'homme c'est la liberté individuelle, la liberté de la propriété, la liberté de la pensée, la liberté du travail., JAURèS, Hist. socialiste, t. I, p. 186.

    Ajouté par webmaster

    La vie spirituelle (...) est-elle compatible avec la vie charnelle?, F. MAURIAC, Souffrances et Bonheur du chrétien, p. 56.

    Ajouté par webmaster

    Les doctrines néo-individualistes (...) prétendent que l'objet primordial de toute norme sociale est le respect de l'autonomie individuelle, puisque l'individu reste dans la société maître de lui-même, que la société n'existe et ne vit que par l'individu (...), L. DUGUIT, Traité de droit constitutionnel, t. I, p. 84.

    Ajouté par webmaster

    Il -(Louis XVIII) était résolu à donner pour base de la constitution qu'il destinait à son peuple les garanties suivantes : le gouvernement représentatif divisé en deux corps, l'impôt librement consenti, la liberté publique et individuelle, la liberté de la presse (...), CHATEAUBRIAND, Mémoires d'outre-tombe, t. II, p. 533 (éd. Levaillant).

    Ajouté par webmaster

    La liberté individuelle n'est nullement un produit culturel. [ ] Freud, Sigmund

    Ajouté par webmaster

    La liberté individuelle n'est nullement un produit culturel. Freud, Sigmund

    Ajouté par webmaster

    Qu'est-ce que c'est que ça, la tribune? s'écrie M. Bonaparte Louis; c'est du «parlementarisme!» Que dites-vous de parlementarisme? (...) Parlementarisme est une perle. Voilà le dictionnaire enrichi (...) L'oncle avait «les idéologues»; le neveu a «les parlementaristes», mesdames (...) Donc «le parlementarisme», c'est-à-dire la garantie des citoyens, la liberté de discussion, la liberté de la presse, la liberté individuelle, le contrôle de l'impôt (...) le droit de savoir ce qu'on fait de votre argent, la solidité du crédit, la liberté de conscience, la liberté des cultes (...) la sécurité de chacun, le contrepoids à l'arbitraire, la dignité de la nation, l'éclat de la France (...) l'initiative publique, le mouvement, la vie, tout cela n'est plus (...) Aujourd'hui plus de tapage, plus de vacarme, plus de parlage, de parlementarisme. Le corps législatif, le sénat, le conseil d'État sont des bouches cousues., HUGO, Napoléon le Petit, V, VIII et IX, (1852).

    Ajouté par webmaster

    La loi doit protéger la liberté publique et individuelle contre l'oppression de ceux qui gouvernent. Déclaration des Droits de l'homme de 1793, article 9.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    La liberté individuelle est-elle compatible avec la vie en société ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo