NoCopy.net

La liberté : un mythe ou une réalité ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< En quoi le roman reflète-t-il le regard du ro ... Cours Sur La Liberté >>
Partager

La liberté : un mythe ou une réalité ?

Echange

Aperçu du corrigé : La liberté : un mythe ou une réalité ?



Document transmis par : eelodie45844


Publié le : 17/1/2011 -Format: Document en format HTML protégé

La liberté : un mythe ou une réalité ?
Zoom

Toutes les semaines, nous entendons parler de personnes injustement incarcérées pour avoir dit ou fait quelque chose qui va à l’encontre du mode de pensée du dirigeant de leur pays respectif. Cela nous amène vers la problématique suivante : « L’être humain est-il complètement libre? ». Plusieurs croient, comme le philosophe René Descartes (1596-1650) qui avait une conception rationaliste de l’être humain, que toute personne est libre si elle le veut car son âme a la faculté de penser. Cependant, d’autres prônent la conception déterministe de l’être humain qui dit que l’homme n’est pas libre car « tout événement (ou toute action) est déterminé par la totalité des événements antérieurs. » (Métayer, La philosophie éthique, édition ERPI Canada, p.176). Dans ce texte, nous allons défendre la thèse que l’être humain n’est pas complètement libre car il est déterminé par son environnement.

 

Premièrement, Descartes est né presqu’un siècle après le début de la Renaissance. Grand mathématicien et physicien (il est l’inventeur du plan cartésien), il est surtout reconnu comme étant le père de la philosophie moderne. Cette période de l’histoire française a grandement contribué à changer la place de l’homme par rapport au monde, à l’univers. La Révolution copernicienne est ce qui a particulièrement causé tout cette remise en question. Ainsi, le géocentrisme (théorie selon laquelle les humains et la Terre sont au centre de l’univers) laisse de plus en plus sa place à l’héliocentrisme (le fait que les planètes tournent au tour du soleil). Les gens doutent de plus en plus des dogmes établis par l’église.

D’après Descartes, l’être humain est complètement libre s’il le veut, car son âme peut penser : elle a le pouvoir de critiquer, d’agir, de choisir, etc. La raison est ce qui nous caractérise, ce qui nous différencie par rapport aux autres animaux, parce qu’elle nous permet de douter de tout ce qui nous entoure, même de nos sens. Prenons en exemple la couleur des objets. Nous savons maintenant que si un objet est vert, c’est qu’il reflète le vert et qu’il est en fait un mélange de toutes les autres couleurs. Sur ce point, le sens de la vue est trompeur en quelque sorte, mais comme l’homme a la raison, il est libre de ne pas se laisser tromper et de comprendre le phénomène.

Descartes explique également, à l’aide de sa conception rationaliste de l’être humain, le fait qu’il nous est possible de contrôler certaines pulsions corporelles (qu’il appelle « passions »). Même si l’instinct de reproduction pousse à faire le contraire, il est possible pour toute personne de refuser de « coucher » avec quelqu’un d’autre si la situation ne favorise pas un rapport sain. Bref, l’être humain est libre puisqu’il a la faculté de penser.

 

Contrairement à Descartes, les penseurs prônant la conception déterministe de l’être humain croient que nous ne sommes pas libres, car tout est déterminé &a...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "La liberté : un mythe ou une réalité ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Affirmer qu'il ne vient à l'être que par l'interprétation, c'est nier le conflit psychique et le symptôme comme compromis dans lequel celui-ci finit par se traduire. Or s'il y a conflit, c'est qu'il y a des «personnages internes», une «machinerie», une «scène commune» pour l'affrontement. L'inconscient n'est donc pas une abstraction au même titre qu'une loi de physique (comme par exemple, celle de la chute des corps). Il a une existence «tangible», «une matérialité». 3 L'inconscient ne peut vraiment être appréhendé que dans la cure Si l'inconscient est une réalité, celle-ci ne se prouve pas. Aucune raison ne peut avoir valeur de preuve au sens strict. Freud a pu dire qu'il se voyait contraint de se comporter comme s'il n'avait affaire qu'à des facteurs psychologiques mais il ne désespérait pas de voir un jour la découverte d'un fondement organique aux névroses.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Je n'ai rien à faire avec le problème de la liberté métaphysique. Savoir si l'homme est libre ne m'intéresse pas. Je ne puis éprouver que ma propre liberté. Sur elle, je ne puis avoir de notions générales, mais quelques aperçus clairs., CAMUS, le Mythe de Sisyphe, p. 79.

Ajouté par webmaster

Quels sont les mythes simples qui la remuent -(cette foule), qui provoquent ses passions? Découvrons-les dans les journaux qu'elle lit, dans les spectacles auxquels elle assiste, dans les propos qu'elle tient. Ils sont quatre, intimement mêlés : mythe de l'argent, mythe du confort, mythe de l'action, mythe de la vitesse., DANIEL-ROPS, le Monde sans âme, IV.

Ajouté par webmaster

Quelle liberté peut exister au sens plein, sans assurance d'éternité?, CAMUS, le Mythe de Sisyphe, p. 81.

Ajouté par webmaster

Pour un très grand nombre de gens, aujourd'hui, mythe ou bien signifie pensée confuse, ou bien mensonge, ou bien erreur (...) Je pourrais aligner des douzaines de citations qui ne feraient que confirmer l'extension de ce sens et sa vulgarisation. En 1950, toute idée fausse en effet, toute interprétation erronée d'un événement, d'une doctrine, est traitée volontiers de «mythe» : «mythe», cette confiance des Français en leur ligne Maginot; «mythe» , l'alliance germano-russe de 1939 (...) valeur aujourd'hui passionnelle et floue du mot (...), ÉTIEMBLE, le Mythe de Rimbaud, Introd., p. 42.

Ajouté par webmaster

Le retour à la conscience, l'évasion hors du sommeil quotidien figurent les premières démarches de la liberté absurde., CAMUS, le Mythe de Sisyphe, p. 82.

Ajouté par webmaster

De même encore une démonstration par l'absurde s'effectue en comparant les conséquences de ce raisonnement avec la réalité logique que l'on veut instaurer., CAMUS, le Mythe de Sisyphe, p. 48.

Ajouté par webmaster

-Mythe est le nom de tout ce qui n'existe et ne subsiste qu'ayant la parole pour cause (...) En vérité, il y a tant de mythes en nous et si familiers qu'il est presque impossible de séparer nettement de notre esprit quelque chose qui n'en soit point. On ne peut même en parler sans mythifier encore, et ne fais-je point dans cet instant le mythe du mythe pour répondre au caprice d'un mythe? (...) Songez que demain est un mythe, que l'univers en est un; que le nombre, que l'amour, que le réel comme l'infini, que la justice, le peuple, la poésie... la terre elle-même sont mythes (...), VALÉRY, Variété II, p. 230-232-233.

Ajouté par webmaster

La Politique nous parle aussi de -liberté. Elle parut d'abord n'attacher à ce terme qu'une signification juridique. Pendant des siècles, presque toute société organisée comprenait deux catégories d'individus (...) les uns étaient des esclaves; les autres étaient dits «libres» (...) Plus tard (...) la liberté devint un idéal, un mythe, un ferment, un mot plein de promesses, gros de menaces (...) Cette liberté politique paraît difficilement séparable des notions d'égalité et de «souveraineté» (...) Je me trouve bien en peine de me rendre nette et précise l'idée de liberté politique. Je suppose qu'elle signifie que je ne dois obéissance qu'à la loi, cette loi étant censée émaner de tous et faite dans l'intérêt de tous., VALÉRY, Regards sur le monde actuel, p. 63-64-65.

Ajouté par webmaster

La liberté est la propriété de soi; on distingue trois sortes de libertés : la liberté naturelle, la liberté civile, la liberté politique; c'est-à-dire la liberté de l'homme, celle du citoyen et celle d'un peuple., G.-T. RAYNAL, Hist. philosophique, XI, XXIV.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

La liberté : un mythe ou une réalité ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo