NoCopy.net

La littérature révolutionnaire au XVIIIe siècle

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Mémoires et correspondances au XVIIIe siècle Le théâtre au XVIIIe siècle >>
Partager

La littérature révolutionnaire au XVIIIe siècle

Littérature

Aperçu du corrigé : La littérature révolutionnaire au XVIIIe siècle



document rémunéré

Document transmis par : ???


Publié le : 27/2/2012 -Format: Document en format FLASH protégé

La littérature révolutionnaire au XVIIIe siècle
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
La littérature révolutionnaire au XVIIIe siècle



  • littérature : Le mot litteratura en latin signifie "écriture". Aujourd'hui, la littérature ne renvoie pas à une simple pratique de l'écriture, elle se découvre dans le souci d'écrire singulièrement.
  • révolutionnaire : Contestataire, subversif, rebelle.

 

La période de la Révolution n'a été marquée par aucune modification essentielle de la littérature; la transformation sociale a été trop superficielle et a duré trop peu de temps pour avoir influé sur la création littéraire; en revanche, la transformation politique a eu plus d'effet : elle a provoqué la naissance de deux genres nouveaux, l'éloquence politique et le journalisme politique. En fait, aucun chef-d'oeuvre littéraire n'a dû son existence directement à la Révolution. L'événement a sans doute agi sur l'idéologie, mais seules des opinions réactionnaires ont trouvé une expression littéraire de qualité. Par contre, dans l'immédiat, il n'a en rien agi sur la tradition...




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : La littérature révolutionnaire au XVIIIe siècle Corrigé de 1101 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "La littérature révolutionnaire au XVIIIe siècle" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Cf. VOLTAIRE (le Mondain) : Je donne grande autorité à mes désirs et propensions (III, 13); on songerait à DIDEROT, Si MONTAIGNE avait son enthousiasme, ses sautes d'humeur; ROUSSEAU, surtout, goûte le même abandon voluptueux à la fluidité de l'instant : « Cinquième Promenade »... Avant lui, MONTAIGNE avait analysé le sentiment de soi au sortir d'un évanouissement. Cf. Essais, II, 6, et « Deuxième Promenade ». C'est avant tout cette vie-ci qui est intéressante et peut suffire au bonheur de l'homme. Sa variété en chacun et dans les diverses civilisations est une grande source de joie. L'appel à une transcendance se fait rarement entendre dans les Essais : il en est de même chez MONTESQUIEU, qui professait, lui aussi, le catholicisme. Le Dieu de VOLTAIRE est bien pâle auprès de la luxuriance humaine. DIDEROT est un enthousiaste de la vie.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Il avait pratiqué la littérature libertine et les romans érotiques des XVIIIe et XIXe siècles. Marcelle Brisson, le Roman vrai

Ajouté par webmaster

Le dix-huitième siècle paraîtra toujours dans l'histoire comme étouffé entre le siècle qui le précède et le siècle qui le suit., HUGO, Littérature et Philosophie mêlées, Sur Voltaire.

Ajouté par webmaster

Au XVIIIe siècle seulement les portraits sont expressifs. Les visages marquent l'instant. Mélange (1939) Valéry, Paul

Ajouté par webmaster

Là est l'erreur, qui part, à ce que j'ai cru voir, d'une psychologie des foules fausse ou incomplète. Émile Faguet, Études littéraires - XVIIIe siècle, Projet Gutenberg

Ajouté par webmaster

Il ne croit ni à la bonté de la nature humaine, ni au progrès indéfini, ni à la toute-puissance de la raison. Émile Faguet, Études littéraires - XVIIIe siècle, Projet Gutenberg

Ajouté par webmaster

Il ne croit ni à la bonté de la nature humaine, ni au progrès indéfini, ni à la toute-puissance de la raison. Émile Faguet, Études littéraires - XVIIIe siècle, Projet Gutenberg

Ajouté par webmaster

Périsse l'humanité plutôt que le principe! c'est la devise des utopistes comme des fanatiques de tous les siècles. Le socialisme, interprété de la sorte, est devenu une religion (...) qui au dix-neuvième siècle est ce qu'il y a de moins révolutionnaire., PROUDHON, Idée générale de la Révolution au XIXËe siècle, III.

Ajouté par webmaster

Et d'abord remarquez qu'il a beaucoup réfléchi sur l'art dramatique et que c'est un grand raisonneur en questions théâtrales. Émile Faguet, Études littéraires - XVIIIe siècle

Ajouté par webmaster

Au théâtre l'homme est comme dépouillé de tous les accessoires de son caractère, il est réduit à ses passions dominantes. Émile Faguet, Études littéraires - XVIIIe siècle, Projet Gutenberg

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



La littérature révolutionnaire au XVIIIe siècle

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast littérature