NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Questions posées par la physique contemporain ... Objet et méthode des mathématiques ? >>


Partager

Les mathématiques, modèle d'intelligibilité ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Les mathématiques, modèle d'intelligibilité ?



Publié le : 14/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Les mathématiques, modèle d'intelligibilité ?
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Les mathématiques, modèle d'intelligibilité ?




En mathématiques, la certitude est requise Tous ceux, écrit Descartes (1596-1650), qui sont versés dans la géométrie savent «qu'il ne s'y avance rien qui n'ait une démonstration certaine» (Méditations métaphysiques, 1641) : aussi, les mathématiques, déclare-t-il, l'ont-elles, d'emblée, attiré, «à cause de la certitude et de l'évidence de leurs raisons» (Discours de la méthode, I - 1637). Il n'en va pas de même en philosophie, où chacun s'estime compétent : et, comme le notait déjà Cicéron, «il n'est rien de si étrange ni de si peu croyable qui n'ait été soutenu par quelque philosophe» (De la divination, II, 58).Chapelles philosophiques et consensus des mathématiciens La pluralité des doctrines philosophiques suffit amplement à prouver l'insuffisance de chacune d'entre elles : «en tout temps, écrit Kant, une métaphysique a contredit l'autre pour ce qui est, soit des affirmations, soit de leurs preuves et a ainsi détruit elle-même sa prétention à une durable approbation» (Prolégomènes à toute métaphysique future qui voudra se présenter comme science, 1783).  Au lieu qu'en géométrie, on peut présenter sans difficulté les Éléments d'Euclide (IIIe siècle av. J.-C.), et dire : voici de la géométrie. Objectivité du mathématicienAutre motif de l'intérêt que sa science peut susciter chez le philosophe : le mathématicien ne semble pas éprouver de passion relativement à l'objet qu'il étudie. Sa discipline paraît indifférente aux idéologies. Ainsi, lorsque Spinoza (1632-1677) déclare vouloir traiter des actions humaines «comme s'il était question de lignes, de surfaces et de solides» (Éthique, III - 1677), il veut signifier par là qu'il entend rendre compte objectivement de celles-ci, sans les railler, ni les déplorer, mais en tâchant, tout simplement, d'en acquérir une connaissance vraie.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2258 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Les mathématiques, modèle d'intelligibilité ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit