Les Membres de l'Estomac - Jean de Lafontaine

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< LE COURANT PLATONICIEN LE COURANT ARISTOTÉLICIEN >>
Partager

Les Membres de l'Estomac - Jean de Lafontaine

Ressources gratuites

Aperçu du corrigé : Les Membres de l'Estomac - Jean de Lafontaine



Document transmis par : ???


Publié le : 14/6/2011 -Format: Document en format FLASH protégé

Les Membres de l'Estomac - Jean de Lafontaine
Zoom
  • estomac : ANATOMIE, PATHOLOGIE : Partie renflée du tube digestif qui a la forme d'une poche allongée et courbée, située entre l'oesophage et le duodénum. - Avoir un bon, un mauvais estomac : digérer facilement, difficilement. - [Familier] Avoir un estomac d'autruche : pouvoir digérer n'importe quoi. - Avoir l'estomac dans les talons : avoir très faim. - [Figuré] Cette affaire m'est restée sur l'estomac : je ne m'en suis pas encore remis. [Par extension, Courant] Partie du corps humain située au niveau de l'estomac. [Figuré, vieux] Courage. - [De nos jours, très familier] Avoir de l'estomac : de l'audace, de l'aplomb. - Faire (quelque chose) à l'estomac : au culot.


 
 
 
 
 
 Introduction:
 
 Jean de La Fontaine, fabuliste du XVIIe siècle qui s'intéresse beaucoup à l'esprit critique et à la morale, prend pour modèle Esope un écrivain grec du Ve siècle avant J.C, en reformulant « le ventre et les pieds » il écrit en 1668 « Les Membres et l'estomac ». Cette fable est destinée à faire réfléchir le lecteur sur la nécessité du pouvoir politique. Dans quelle mesure cette fable constitue-t-elle un véritable apologue ? Nous analyserons tout d'abord l'aspect narratif de cette fable puis nous étudierons sa visée argumentative.
 
 I) Aspect narratif
 
 1) Il s'agit pour l'auteur de mettre en présence des éléments narratifs, en effet une histoire est racontée, c'est un récit en vers accessible à tous, qui permet par l'identification aux personnages d'un récit imaginaire de gagner l'intérêt du lecteur, il est vrai qu'il est plus facile de lire un texte qu'on comprend. L'auteur établit dès les premiers vers une analogie entre l'estomac appelé « Messer Gaster » qui représente le roi louis XIV à l'aide d'une métaphore filée qui se poursuit tout au long du texte. Ce nom est la reprise d'une expression rabelaisienne lui permettant de tourner en ridicule des situations très sérieuses à savoir le pouvoir royal. Il utilise en effet le registre burlesque, les personnages mis en scène par La Fontaine sont souvent des animaux et l'utilisation d'un registre anatomique peut paraître gênant, inspirer le dégoût. On note la volonté de décrire le contexte politique avec une réification, les Membres sont mis pour les courtisans, ainsi les Membres apportent la nourriture à l'estomac qui lui se contente de recevoir ce qu'on lui donne. Le roi détient le pouvoir, et tout le monde assouvit sa moindre envie. L'auteur met ainsi en scène des personnages afin d'éviter la censure, ce qui lui permet de faire passer un message à l'aide des défauts et qualités attribués à chaque personnage tout en gardant un certain recul.
 
 2) Grâce à cette analogie l'auteur rend compte des difficultés que rencontre les personnes vivant sous ce gouvernement. En effet l'opposition « s'il a quelque besoin, tout le corps s'en ressent » souligne l'autorité et l'influence du roi. La pénibilité du travail des courtisans est accentuée par la reprise anaphorique du pronom nous, d'une gradation « nous suons, nous peinons » et par la comparaison avec des animaux « comme des bêtes de somme », ils travaillent dur sans aucune reconnaissance. Le rejet « de vivre en gentilhomme, sans rien faire » met en valeur le fait que certaines personnes ne travaillent pas et gagnent néanmoins beaucoup d'argent. De plus, la césure à l'hémistiche « Et pour qui ? Pour lui seul ; nous n'en profitons pas » composée d'une question rhétorique prouve le fait que personne ne les écoute et qu'ils ne jouissent en rien du fruit de leur travail. L'expression explétive « qu'à fournir ses repas » reflète l'inutilité de leur travail, ils ne font qu'obéir et sont les serviteurs du roi. Cet écart entre la situation royale et celle du peuple est intensifiée par des énumérations qui attribuent au roi la richesse et le pouvoir tandis que des termes à connotation négative tels que le mal, les impôts sont adressés au peuple en synonyme de leur misère. Les courtisans las de cette situation exprimée par l'antithèse « chômons, c'est un métier qu'il veut nous faire apprendre » décident de se révolter et de laisser le roi livré à lui-même.
 
 3) Une logique de cause conséquence régit également ce texte, « Ainsi dit, ainsi fait », la reprise anaphorique de ainsi exprime la rapidité de la décision prise qui nécessiterai peut-être une plus longue réflexion. Un rythme rapide s'installe grâce à l'emploi du passé simple et à l'énumération de trois actions à la suite de « cessent » à savoir « prendre », « agir » et « marcher ». Chaque verbe représente la fonction d'un membre différent, tout le monde s'arrête de travailler. Comme l'indique le champ lexical de la déception et de la faiblesse « erreur », « repentirent », « pauvres gens », « langueur », « souffrit » « croyaient » ce fut une méprise. Ainsi les Membres n'apportent plus de nourriture à l'estomac, la nourriture n'est pas transformée ni redistribuée et ils n'ont plus de forces, ils se rendent alors compte de l'importance du roi qu'ils n'avaient remarqué auparavant. Chacun comprend désormais la tâche vitale qu'accomplit le roi étant donné que les membres ne peuvent survivre sans le fonctionnement de l'estomac, ils ont donc besoin de lui. La nourriture est mise pour les impôts, le roi récolte de nombreux tributs qu'il réinvestit dans le pays de manière à organiser la société mais si personne ne lui donne d'argent il ne peut rien faire. Le roi a donc tout autant besoin des Membres, on remarque une majuscule à Membre comme un nom propre pour accorder une certaine importance. Le roi a toujours été habitué à être servi, il ne saurait se débrouiller tout seul il n'a aucune notion du travail. L'apologue par un récit léger permet de faire passer un message une relation d'interdépendance régit donc le roi et les courtisans, le gouvernement et la société. Cet aspect distrayant cache pourtant une véritable stratégie l'argumentative.
 
 II) Visée argumentative
 
 1) Ce récit en apparence futile se révèle être un moyen très efficace pour établir une satire du roi et de la monarchie qui régit le pays. L'auteur dans un premier temps constitue une éloge du gouvernement, de sa toute puissance mais derrière ces termes mélioratifs se trouve une véritable critique. Il utilise le registre ironique, il exagère le titre « Messer Gaster », afin de montrer le ridicule du personnage. L'hyperbole « grâces souveraines » est complétée par l'expression « entretient seule tout l'Etat » , impliquant une pensée négative à l'égard de la royauté. Il est impossible au roi seul d'assumer toutes les fonctions liées à la régence du pays, il délègue forcément ses responsabilités et de nombreux conseillers et ministres lui sont indispensables. L'auteur utilise toujours le second degré afin de faire deviner au lecteur la disproportion de la répartition des richesses dans l'Etat. Une mise en opposition dans la phrase « reçoit et donne et la chose est égale » sous entend que ce n'est point la réalité, le roi garde une grande partie de l'argent qu'il prélève. Il fait « subsister », « maintient » et « gage », « distribue » et « donne paie » au contraire aux personnages haut placés dans la hiérarchie sociale. Le roi gardait les richesses fournies par le peuple pour organiser de fastueux dîners se désintéressant totalement de la misère de son peuple. L'apologue devient alors une véritable arme argumentative tout en évitant la censure. Dans une monarchie absolue une remise dans le droit chemin du peuple par la violence est sous entendue, en effet les membres finissent par travailler à nouveau et accepter leur situation, les courtisans ne pouvaient s'exprimer ni agir librement.
 
 2) L'efficacité de la persuasion est prouvée au lecteur grâce à la mise en abyme. Une référence historique est faite au peuple romain qui serait comparée aux Membres donc aux courtisans confrontés à la Plèbe mise pour l'estomac autrement dit le gouvernement. La périphrase « Ménénius le sut bien dire » permet la comparaison entre ces trois histoires et introduit une dimension spéculaire. La fable qui nous est contée est utilisée dans un récit enchâssé, pour permettre une prise de conscience civique du peuple à savoir un retour au travail. L'auteur pour montrer l'efficacité de la parole et de l'apologue a recours à un exemple historique où la fable a été utilisée et où cette méthode fut une réussite. Ménénius a dû certainement avoir recours à différents moyens pour faire revenir le peuple, celui-ci est déterminé à partir mais dès qu'il établit un rapprochement avec ce récit allégorique le peuple comprend et change immédiatement d'avis. L'apologue révèle l'inattention des gens et conduit à un changement étant donné qu'il implique une réflexion.
 
 3) La morale de cette fable est implicite, il convient alors de réfléchir tout au long du texte. La Fontaine établit une circularité dans les différents récits qui composent cette fable, en effet dans chacune des trois situations la tentative de changement est impossible et il y a un retour à la situation de départ. On en déduit donc que cette circularité représente l'organisation de la société, elle a été établie d'une certaine manière et même si des changements mineurs peuvent être effectués le gouvernement garde toujours son importance. Cette vérité générale est remarquable grâce à l'utilisation du présent et contraste avec les temps du passé utilisés pour la narration. L'auteur n'a d'autre choix que de soutenir le régime en place car il cherche la paix mais en affichant une certaine retenue, on trouve les termes « Je devais » qui marque l'obligation.
 
 Conclusion:
 
 Au final, par l'originalité de sa structure, un jeu sur l'emboîtement des récits, La Fontaine illustre le pouvoir des fables. L'apologue a une portée didactique, La Fontaine tente de justifier la supériorité et la puissance du gouvernement même si une relation d'interdépendance engage politique et société, il défend un certain équilibre. En s'appuyant sur des sources historiques l'auteur nous prouve l'intemporalité de ces fables, ce déséquilibre était présent chez les romains, animait les débats à la période contemporaine de l'auteur mais n'est ce toujours pas le cas de nos jours ?
  




Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Corrigé : Les Membres de l'Estomac - Jean de Lafontaine Corrigé de 1545 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Les Membres de l'Estomac - Jean de Lafontaine" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

­1 De travailler pour lui -(l'estomac) les membres se lassant, Chacun d'eux résolut de vivre en gentilhomme (...) Ainsi dit, ainsi fait, les mains cessent de prendre, Les bras d'agir, les jambes de marcher., LA FONTAINE, Fables, III, 2.

Ajouté par webmaster

L'argent sut donc fléchir ce coeur inexorable., LAFONTAINE, la Coupe enchantée.

Ajouté par webmaster

L'aplomb est l'état d'un animal reposant sur ses membres en équilibre; il sera régulier si la conformation des membres est régulière, irrégulier si celle-ci est elle-même irrégulière. De là est née une signification spéciale attachée à ce terme dans l'examen du cheval, où l'on entend par aplombs la direction des membres par rapport au sol (...) c'est de leur régularité que dépendent le libre jeu des articulations, la force et la solidité des membres, l'amplitude des allures., Omnium agricole, p. 51.

Ajouté par webmaster

Une jeune souris de peu d'expérience Crut fléchir un vieux chat, implorant sa clémence (...), LAFONTAINE, Fables, XII, 5.

Ajouté par webmaster

-(Nos médecins) mettent leurs divinations au poids, à l'encontre des maux présents, et, pour ne guérir le cerveau au préjudice de l'estomac, offensent l'estomac et empirent le cerveau par ces drogues (...), MONTAIGNE, Essais, II, XXXVII.

Ajouté par webmaster

Les titres sont éloquents : « Le parc Lafontaine », « Mon Saint-Laurent si grand », « La croix du Mont-Royal ». Robert Léger, la Chanson québécoise en question,

Ajouté par webmaster

Il s'aperçut particulièrement d'un certain endurcissement, d'un manque de sensibilité dans l'estomac, qui semblait présager quelque affection squirreuse (...) Par l'usage des amers, il est parvenu à ramener l'estomac à l'état normal, c'est-à-dire à perdre, comme les autres hommes, la conscience des opérations de la digestion., BAUDELAIRE, les Paradis artificiels, «Mangeur d'opium», V.

Ajouté par webmaster

Les médecins qui cherchent à se rendre compte si tel médicament diminue ou augmente l'acidité de l'estomac, active ou ralentit ses sécrétions, obtiennent des résultats différents, non pas selon l'estomac sur les sécrétions duquel ils prélèvent un peu de suc gastrique, mais selon qu'ils le lui empruntent à un moment plus ou moins avancé de l'ingestion du remède., PROUST, le Temps retrouvé, Pl., t. III, p. 970.

Ajouté par webmaster

Il n'y a que la force de l'Etat qui fasse la liberté de ses membres. Du contrat social (1762) Rousseau, Jean-Jacques

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Les Membres de l'Estomac - Jean de Lafontaine

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo