LE MENTEUR de CORNEILLE (Résumé et analyse)

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< POLYEUCTE de CORNEILLE (Résumé et analyse) NICOMÈDE de CORNEILLE (Résumé et analyse) >>
Partager

LE MENTEUR de CORNEILLE (Résumé et analyse)

Ressources gratuites

Aperçu du corrigé : LE MENTEUR de CORNEILLE (Résumé et analyse)



Document transmis par : Vandelle49920


Publié le : 6/3/2011 -Format: Document en format HTML protégé

LE MENTEUR de CORNEILLE (Résumé et analyse)
Zoom
  • Corneille : Pierre Corneille (1606-1684). Poète dramatique français. Auteur de tragi-comédies (le Cid, 1637) et de tragédies (Cinna, 1641; Polyeucte, 1642), dont les héros font passer l'honneur et le devoir avant la passion.
  • ANALYSE : n. f. est emprunté (déb. XVIIe s., d\'Aubigné) au grec analusis « décomposition » et « résolution », dérivé du verbe analuein, composé de ana- (? ana-) et de luein « dissoudre » (? lyse, lytique), auquel correspond le latin solvere (? solution). ? Le mot désigne d\'abord une décomposition d\'éléments de nature intellectuelle et abstraite, une critique, puis un procédé de raisonnement (1641). À la même époque, en logique (1637), il s\'oppose à synthèse. Il s\'applique aussi à la décomposition des éléments du discours (1775), par exemple dans analyse logique, analyse grammaticale (1778). ? L\'emploi concret, en chimie, est attesté au début du XVIIIe s. (1726) et semble découler du sens chimique du verbe analyser (cidessous). ? Le mot est entré dans l\'usage courant, notamment à propos de l\'examen psychologique du comportement, au XVIIIe siècle. ? Une autre valeur est celle de « résolution, solution » et concerne la démonstration mathématique ; elle se combine avec la première valeur du mot. L\'analyse, d\'abord méthode par déduction (1636, Descartes), c\'est-à-dire algèbre (voir ce mot), devient une branche des mathématiques par l\'expression analyse des infiniment petits (1695).


 
 
 Historique. —  « Etant obligé au genre comique de ma première réputation, dit Corneille, je ne pouvais l'abandonner tout à fait sans quelque espèce d'ingratitude. » Il semble qu'après tant de tragédies sublimes, le poète s'excuse de redescendre, selon sa propre expression, « dû héroïque au naïf». Ne regrettons point que Corneille soit revenu à ses premières amours et se soit reposé de Cinna et de Polyeucte en écrivant une œuvre plus légère. Déjà, il avait composé une demi-douzaine de comédies, d'une allure un peu lente sans doute, mais fort élégantes, très précieuses pour là connaissance de la société mondaine sous Louis XIII, et dont on ne saurait trop goûter le style alerte et gracieux. Il lui manquait d'avoir donné un chef-d'œuvre en ce genre : au lendemain de ses triomphes, il s'en rendit compte, et c'est alors qu'il fit le Menteur.
 
 Une heureuse inspiration le poussa à chercher, comme jadis pour le Cid, le sujet de sa comédie dans le théâtre espagnol. En lisant un volume de Lope de Vega, il découvrit une pièce intitulée la Verdad sospechosa ou « la Vérité suspecte ». Il fut aussitôt séduit et le déclare dans sa préface.




Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Corrigé : LE MENTEUR de CORNEILLE (Résumé et analyse) Corrigé de 233 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "LE MENTEUR de CORNEILLE (Résumé et analyse)" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • salome028 (Hors-ligne), le 08/08/2012 à 08H23.
  • lea666 (Hors-ligne), le 14/05/2011 à 14H23.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    - Au début il ment par simple vanité; avec son valet i l est surtout gascon; d'autres fois ses premiers mensonges le forcent à e n inventer d'autres (Pyrandre, nom de t erre; la poudre de vie). - Fait encore plus fâcheux : i l est mauvais fils : il ne se montre ni attendri par les plaintes de son père, ni effrayé par ses menaces. C liton est un « Mentor goguenard >> ; malgré sa grossièreté i l v aut mieux que son maître; par ses aphorismes i l ressemble à Sancho Pança et à Petit-Jean des P laideurs. I II. A PPRÉCIATION. 1 ° D éfauts.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    (...) - Eh bien! l'occasion? - Elle fait le menteur, ainsi que le larron., CORNEILLE, la Suite du Menteur, IV, 8.

    Ajouté par webmaster

    - Je disais vérité. - Quand un menteur la dit, En passant sur sa bouche elle perd son crédit., CORNEILLE, le Menteur, III, 6.

    Ajouté par webmaster

    - Je disais vérité. - Quand un menteur la dit, En passant par sa bouche elle perd son crédit., CORNEILLE, le Menteur, III, 6.

    Ajouté par webmaster

    Je disais vérité - Quand un menteur la dit, En passant par sa bouche elle perd son crédit., CORNEILLE, le Menteur, III, 6.

    Ajouté par webmaster

    Comme en sa propre fourbe un menteur s'embarrasse., CORNEILLE, le Menteur, V, 7.

    Ajouté par webmaster

    Dis-moi, me trouves-tu fait en cavalier?, CORNEILLE, le Menteur, I, 1.

    Ajouté par webmaster

    Appelez la mémoire ou l'esprit au secours., CORNEILLE, le Menteur, V, 3.

    Ajouté par webmaster

    Sa compagne, ou je meure!, a beaucoup d'agrément., CORNEILLE, le Menteur, V, 4.

    Ajouté par webmaster

    Isabelle, à Clarice, tout bas., CORNEILLE, le Menteur, I, 3 (Jeu de scène).

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    LE MENTEUR de CORNEILLE (Résumé et analyse)

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo