NoCopy.net

Michel BUTOR, La Modification, incipit

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Nathalie SARRAUTE, Tropismes, X (1939) - Comm ... Qu'est-ce qu'un personnage de roman tradition ... >>
Partager

Michel BUTOR, La Modification, incipit

Littérature

Aperçu du corrigé : Michel BUTOR, La Modification, incipit



document rémunéré

Document transmis par : ???


Publié le : 12/6/2012 -Format: Document en format FLASH protégé

Michel BUTOR, La Modification, incipit

Vous avez mis le pied gauche sur la rainure de cuivre, et de votre épaule droite vous essayez en vain de pousser un peu le panneau coulissant. Vous vous introduisez par l'étroite ouverture en vous frottant contre ses bords, puis, votre valise couverte de granuleux cuir sombre couleur 5 d'épaisse bouteille, votre valise assez petite d'homme habitué aux longs voyages, vous l'arrachez par sa poignée collante, avec vos doigts qui se sont échauffés, si peu lourde qu'elle soit, de l'avoir portée jusqu'ici, vous la soulevez et vous sentez vos muscles et vos tendons se dessiner non seulement dans vos phalanges, dans votre paume, votre poignet et votre bras, mais dans votre épaule aussi, dans toute la moitié du dos et dans vos vertèbres depuis votre cou jusqu'aux reins. Non, ce n'est pas seulement l'heure, à peine matinale, qui est responsable de cette faiblesse inhabituelle, c'est déjà l'âge qui cherche à vous convaincre de sa domination sur votre corps, et pourtant, vous venez seulement d'atteindre les quarante-cinq ans. Vos yeux sont mal ouverts, comme voilés de fumée légère, vos paupières sensibles et mal lubrifiées, vos tempes crispées, à la peau tendue et comme raidie en plis minces, vos cheveux, qui se clairsèment et grisonnent, insensiblement pour autrui mais non pour vous, pour Henriette et pour Cécile, ni même pour les enfants désormais, sont un peu hérissés et tout votre corps à l'intérieur de vos habits qui le gênent, le serrent et lui pèsent, est comme baigné, dans son réveil imparfait, d'une eau agitée et gazeuse pleine d'animalcules en suspension. Éditions de Minuit, 1957




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Michel BUTOR, La Modification, incipit Corrigé de 796 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Michel BUTOR, La Modification, incipit" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé
Corrigé consulté par :
  • naudibert-193681 (Hors-ligne), le 10/06/2014 à 10H13.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    .1 - Nous irons tenter notre chance ensemble. Ce serait bien le diable... - D'autant que le maître d'hôtel me connaît., Michel BUTOR, la Modification, p. 177.

    Ajouté par webmaster

    De l'autre côté du corridor passe la grande raffinerie de pétrole avec sa flamme et les ampoules qui décorent, comme des arbres de Noël, ses hautes tours d'aluminium., Michel BUTOR, la Modification, p. 228.

    Ajouté par webmaster

    .1 La jeune femme (...) puis son époux, s'excusent en passant devant vous (...) referment à demi la portière qui était restée grande ouverte depuis tout à l'heure, puis se hâtent., Michel BUTOR, la Modification, p. 20.

    Ajouté par webmaster

    La lampe bleue s'était éteinte dans le globe du plafond, les lampes jaunâtres dans le corridor; une à une toutes les portes s'ouvraient et des voyageurs en sortaient, écarquillant leurs yeux encore tout envasés de sommeil., Michel BUTOR, la Modification, p. 96.

    Ajouté par webmaster

    Ensemble vous avez fait l'éloge de cette place, de cette fontaine (...) chants amoebées, parlant pour la première fois entre vous des monuments de Rome (...), Michel BUTOR, la Modification, 1957, p. 100.

    Ajouté par webmaster

    Je l'observerai -(Henriette), elle m'observera, nous serons aimables. - Tu seras aimable. - Nous serons aimables tous les deux., Michel BUTOR, la Modification, p. 148.

    Ajouté par webmaster

    .2 (...) ces petits jardins avec leurs échalas et leurs cabanes, ces petites villas de meulière dans leurs enclos avec leurs antennes de télévision., Michel BUTOR, la Modification, p. 14.

    Ajouté par webmaster

    (...) s'il n'y avait pas eu cet ensemble de circonstances, cette donne du jeu, peut-être cette fissure béante en ma personne ne se serait-elle pas produite cette nuit, mes illusions auraient-elles pu tenir encore quelque temps (...), Michel BUTOR, la Modification, p. 228.

    Ajouté par webmaster

    Y aura-t-il dans vos regards la même sollicitude, ou bien cette défiance, Agnès, que je connais trop, ou bien cet évitement de vous-même, Pierre, que je surprends dans mon miroir en me rasant (...), Michel BUTOR, la Modification, p. 158.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource suivante

    Michel BUTOR, La Modification, incipit

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast littérature