NoCopy.net

Mieux vaut se perdre dans la passion qu'avoir perdu toute passion ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Peut-on justifier une opinion ? Suffit-il de devenir le maître de ses pensées ... >>


Partager

Mieux vaut se perdre dans la passion qu'avoir perdu toute passion ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Mieux vaut se perdre dans la passion qu'avoir perdu toute passion ?



Publié le : 4/8/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Mieux vaut se perdre dans la passion qu'avoir perdu toute passion ?
Zoom

La question de savoir qu'elles sont les inclinations bonnes, rationnelles, et quelle est leur subordination, se transforme en l'exposé des rapports que produit l'esprit en se développant lui-même comme esprit objectif. Développement où le contenu de l'ipso-détermination [Cette expression spécifie que l'esprit se réalise et se détermine lui-même selon des lois rationnelles] perd sa contingence ou son arbitraire. Le traité des tendances, des inclinations et des passions selon leur véritable teneur est donc essentiellement la doctrine des devoirs dans l'ordre du droit, de la morale et des bonnes moeurs. « HEGEL.      Hegel met ici en évidence la contradiction apparemment inhérente aux passions : elles semblent à la fois provenir de l'individu lui-même qui vise ses intérêts particuliers, et obéir à un ordre rationnel et général, extérieur à l'individu et même contraire à ses intérêts. Un tel paradoxe soulève la question de la liberté ou de la détermination de nos comportements. Ce problème, ici posé, est également examiné sous l'angle du sens de l'Histoire.     Auparavant, Hegel écarte toute approche purement moralisante des passions (en termes de bien ou de mal), mais en dégage la fonction éminemment positive. Il reprend à cet effet la formule d'Helvétius : « Rien de grand... «.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Mieux vaut se perdre dans la passion qu'avoir perdu toute passion ? Corrigé de 2227 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Mieux vaut se perdre dans la passion qu'avoir perdu toute passion ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • sandygr-252242 (Hors-ligne), le 13/01/2015 é 13H20.
  • TACHOS (Hors-ligne), le 19/10/2010 é 19H14.
  • Blandine47772 (Hors-ligne), le 30/11/2009 é 30H18.
  • julie11221 (Hors-ligne), le 25/01/2009 é 25H11.
  • Veeronique18985 (Hors-ligne), le 15/01/2009 é 15H13.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Discussion :

    Le sujet implique une perception négative de la passion en y accolant l'idée de perte : qui est pris par la passion décline toute responsabilité et se livre aux égarements les plus imprévisibles.   « Les passions sont comme la peste et le typhus. Cessez de les combattre, elles reviennent. » Alain, Propos du 21 juin 1930.

    Cependant, à côté de ce jugement dépréciatif, pointe l'idée que la passion a une vocation positive, puisqu'elle est aussi ce qui donne vie aux êtres, ce qui leur insuffle le courage de se battre et d'exister.

    Suggestion de plan :

    Première partie : Du danger de la passion

    Il faut commencer tout d'abord par  comprendre ce que signifie la force qu'est la passion :

     « On peut généralement définir [les passions comme] des perceptions, ou des sentiments, ou des émotions de l'âme, qu'on rapporte particulièrement à elle, et qui sont causées, entretenues et fortifiées par quelque mouvement des esprits. » Descartes, Les Passions de l'âme, 1649.

    On retient particulièrement l'image du mouvement qui fait de la passion un élan et donc une dynamique. Mais cette sortie hors de soi-même est interprétée comme un égarement dont chacun est la victime.

     « La raison est, et elle ne peut qu'être l'esclave des passions; elle ne peut prétendre à d'autres rôles qu'à les servir et à leur obéir. » Hume, Traité de la nature humaine, 1740.

    La dualité folie/raison inscrit les passions du côté de l'immaîtrisé, donc du côté de la folie. En ce sens, l'être qui s'abandonne à ses passions donne libre cours à ce qui en lui est de l'ordre irrationnel et ne peut être mis sous le contrôle de la raison. On observe donc un double mouvement : la raison fait l'homme maître de lui-même, tandis que la passion fait l'homme assujetti. Il apparaît que cet asservissement est plus facile à obtenir que le contrôle de soi :

    « L'homme est plus capable de vaincre les obstacles naturels que de se maîtriser lui-même. Dans le premier cas, il procède avec calme et patience, dans l'autre il subit l'entraînement des passions. » Cournot, Revue sommaire des doctrines économiques, 1877.

    Deuxième partie : La passion motrice

     « Suivant la définition des stoïciens, la sagesse consiste à prendre la raison pour guide; la folie, au contraire, à obéir à ses passions; mais pour que la vie des hommes ne soit pas tout à fait triste et maussade, Jupiter leur a donné bien plus de passions que de raison. » Érasme, Éloge de la folie, 1511.

    La folie désignée tout à l'heure n'est donc pas synonyme d'aliénation, mais peut mettre en évidence certaines facultés individuelles que la raison fait taire. Érasme présente avec une certaine ironie la contradiction abritée par chaque homme qui oppose sagesse, vertu d'une part, et fébrilité, pulsion, d'autre part. Ce sont les grandes passions qui sont fondatrices : passion de la science chez les grands chercheurs, passion du pouvoir chez les politiques, passion de la découverte chez les premiers voyageurs, etc...

    « On peut généralement nommer passions toutes les pensées qui sont [...] excitées en l'âme sans le secours de sa volonté. » Descartes, Lettre à Elisabeth, 6 oct. 1645.

    On retient une fois encore que la passion correspond à une forme de l'activité, qu'elle contraint donc à sortir de sa réserve et nécessite un engagement.   « J'appelle ici passions toutes les émotions que l'âme ressent naturellement à l'occasion des mouvements extraordinaires des esprits animaux. » Malebranche, De la recherche de la vérité, 1674-1675.

    Le sujet est donc dépassé par cette impulsion, mais elle le pousse quelquefois très loin dans la découverte, le savoir, les acquisitions. 

      Troisième partie : Se perdre ou se trouver

    « Les passions sont toutes bonnes de leur nature et nous n'avons rien à éviter que leurs mauvais usages ou leurs excès. » Descartes, Les Passions de l'âme, 1649.

    La question que soulève Descartes ne passe donc plus par une appréciation négative ou positive mais participe de la notion de mesure. Ce qui l'emporte dans ce jugement est d'éviter l'excès qui seul est préjudiciable.

    « Quoi qu'en disent les moralistes, l'entendement humain doit beaucoup aux passions, qui, d'un commun aveu, lui doivent beaucoup aussi. C'est par leur activité que notre raison se perfectionne; nous ne cherchons à connaître que parce que nous désirons de jouir. » Rousseau, Sur l'origine de l'inégalité, 1755. Les passions sont donc à l'origine de nombreux progrès et leur condamnation unilatérale est mensongère.

    Conclusion :

      « Tout homme qui se réfugie derrière l'excuse de ses passions, tout homme qui invente un déterminisme est un homme de mauvaise foi. » Sartre, L'existentialisme est un humanisme, 1946. En dernière instance il convient de mettre un terme à l'idée facile de perte liée à la passion : en effet, la passion peut faire l'objet d'une plus grande connaissance que le sujet ne le prétend. Donc, la passion est motrice, créatrice, elle n'est pas un emportement dénué de sens.

     

     

     

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Mieux vaut se perdre dans la passion qu'avoir perdu toute passion ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit