NoCopy.net

La Moisson de Bruegel (Analyse du tableau)

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La Fenaison de Bruegel (Analyse du tableau) La Rentrée des troupeaux de Bruegel (Analyse ... >>
Partager

La Moisson de Bruegel (Analyse du tableau)

Beaux-arts

Aperçu du corrigé : La Moisson de Bruegel (Analyse du tableau)



Format: Document en format FLASH protégé

La Moisson de Bruegel (Analyse du tableau)
Zoom

Installé à Bruxelles depuis deux ans, Bruegel reçoit du collectionneur Niclaes Jonghelinck la commande d'une série d'oeuvres consacrées aux mois de l'année pour décorer une pièce de sa demeure anversoise. Dans ce cycle qui reprend la tradition médiévale des calendriers, le thème de la moisson symbolise probablement le mois d'août. En traitant des travaux des champs, Bruegel évoque la place des hommes au sein de la nature selon le rythme des saisons.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : La Moisson de Bruegel (Analyse du tableau) Corrigé de 1796 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "La Moisson de Bruegel (Analyse du tableau)" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Alors il dit à ses disciples : La moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers. Priez donc le maître de la moisson qu'il envoie des ouvriers en sa moisson., BIBLE (SACY), Évangile selon saint Matthieu, IX, 37-38.

Ajouté par webmaster

Tel est le seul tableau dont se décore, et bien passagèrement (tableau apparition, tableau rien qu'en reflets, tableau fantôme), la chambre de Jean. Tableau qui ne durait pas longtemps et qui le frappait ainsi bien plus qu'une peinture décidément immobile et qu'il y aurait vue tous les jours., PROUST, Jean Santeuil, Pl., p. 317.

Ajouté par webmaster

Parler de «tableau vivant» à propos de tableau, voilà qui semble tautologique! N'y a-t-il pas toujours «tableau vivant» au préalable, là où il y a tableau? Oui et non!, P. KLOSSOWSKI, la Révocation de l'Édit de Nantes, 1963, p. 12.

Ajouté par webmaster

(...) ce n'est pas un tableau restauré qu'on vous donne, mais un autre tableau, celui du misérable barbouilleur qui s'est substitué à l'auteur du tableau véritable qui disparaît sous les retouches., E. DELACROIX, Journal, 29 juil. 1854.

Ajouté par webmaster

Quand on expose des données complexes ou qu'on présente une vue d'ensemble d'un problème, on en fait le -tableau. Cette métaphore n'est pas nouvelle, mais alors que, chez les Classiques, le tableau avait pour but de reproduire, grâce à un «pinceau fidèle», une réalité qu'on ne se croyait pas le droit de modifier (...) le tableau contemporain s'inspire du tableau synoptique, du graphique ou du schéma (...) il n'est pas une synthèse, mais une juxtaposition de points de vue., MATORÉ, l'Espace humain, p. 132.

Ajouté par webmaster

(...) l'analyste (...) a toujours subi une analyse didactique. Cette profession d'éboueur d'âmes impose qu'on soit d'abord entré dans son propre inconscient (...) Pratiquée auprès d'un -didacticien, habilité par l'Institut de psychanalyse à former des professionnels, cette analyse, qui dure de trois à sept ans, n'est jamais considérée comme définitivement achevée., Planète, n° 4, févr. 1969, Psychanalyste : un homme face à lui-même, p. 75.

Ajouté par webmaster

L'iconographie est une branche essentielle de l'histoire de l'art, mais ne se confond pas avec elle. Elle étudie, en effet, les sujets représentés dans les oeuvres d'art, leurs sources, leur signification historique ou symbolique. Il reste ensuite à compléter cette analyse iconographique par une analyse stylistique (...) L'iconographie ne peut faire complètement abstraction de la forme, sous peine de se dessécher (...), Louis RÉAU, Dict. d'art, art. -Iconographie.

Ajouté par webmaster

à cette analyse critique, nous pouvons ici rattacher le singulier tableau de l'-intégration-désintégration de la société contemporaine. S'intégrer et intégrer, c'est l'obsession des membres de cette société (individus et groupes) et aussi de l'ensemble, pour autant qu'il y ait ensemble, «culture», institutions. Cette obsession n'accompagne ni une capacité intégrative considérable et toujours présente, ni une incapacité complète et une absence d'intégration. Des intégrations partielles ont lieu et moment, alors que l'intégration se veut totale., Henri LEFEBVRE, la Vie quotidienne dans le monde moderne, p. 337.

Ajouté par webmaster

La tâche de la schizo-analyse est de défaire inlassablement les moi et leurs présupposés, de libérer les singularités prépersonnelles qu'ils enferment et refoulent (...) d'établir toujours plus loin et plus fin les schizes et les coupures bien au-dessous des conditions d'identité, de monter les machines désirantes qui recoupent chacun et le groupent avec d'autres (...) La schizo-analyse s'appelle ainsi parce que, dans tout son procédé de cure, elle schizophrénise, au lieu de névrotiser comme la psychanalyse., G. DELEUZE et F. GUATTARI, l'Anti-Oedipe, p. 434.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

La Moisson de Bruegel (Analyse du tableau)

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo