Mors de Victor Hugo, Les Contemplations (commentaire)

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< VIOLENCE ET VÉRITÉ: fin de la XIIe Provincial ... REJET ET ENJAMBEMENT >>
Partager

Mors de Victor Hugo, Les Contemplations (commentaire)

Littérature

Aperçu du corrigé : Mors de Victor Hugo, Les Contemplations (commentaire)



Publié le : 27/5/2010 -Format: Document en format FLASH protégé

Mors de Victor Hugo, Les Contemplations (commentaire)
Zoom
  • Hugo : Poète, romancier, auteur dramatique, dessinateur, Victor Hugo domine le xixe siècle par la force, l'abondance et la diversité de son œuvre. Il s'impose d'abord comme le théoricien et le chef de l'école romantique. Mais la haute conception qu'il se fait de sa mission d'écrivain l'amène à s'engager dans l'action politique pour mettre son art et sa personne au service des

Au-delà du deuil et de la douleur, le poète s'interroge sur le sens de la mort en exprimant, avec sa tonalité personnelle, la question centrale de toute l'humanité. Plus précisément, le poème « Mors » se situe dans le passage du livre IV où, sa douleur apaisée, le poète espère en une vie éternelle : si effrayante qu'elle soit, la mort n'est qu'un passage; l'ange souriant la suit, et ouvre les portes du paradis. On ne négligera donc pas de montrer comment les deux derniers vers du poème inversent radicalement l'atmosphère qui précède.
 Mais il va de soi que le sens final du texte et sa place dans le mouvement du recueil ne contribuent qu'en partie à son originalité : l'essentiel est dans la puissance visionnaire de l'évocation de cette Faucheuse, la valeur symbolique et intemporelle du tableau, la parfaite maîtrise de la versification. Tout l'art de Victor Hugo, en somme.
 Comment rendre compte des multiples qualités de cet art, de ce texte? Une lecture méthodique par balayages successifs de ses divers aspects risque de manquer ce qui fait son effet et sa force d'entraînement : l'étroite relation de l'idée et de l'image, du mouvement visuel et du rythme, du « fond » et de la « forme ». On peut bien entendu, dans le travail préparatoire, repérer les diverses impressions que produisent ces évocations sur notre imaginaire, puis recenser les divers moyens d'expression (effets visuels, rythmiques; figures de style; versification). Mais il faut ensuite relier ces données spécifiques, montrer leur adéquation essentielle, et cela peut difficilement être fait autrement qu'en suivant le fil du texte.
 Nous proposons donc de faire de ce texte une étude linéaire, après avoir caractérisé son mouvement et les éléments constitutifs de son organisation.



Mors Je vis cette faucheuse. Elle était dans son champ. Elle allait à grands pas moissonnant et fauchant, Noir squelette laissant passer le crépuscule. Dans l'ombre où l'on dirait que tout tremble et recule, L'homme suivait des yeux les lueurs de la faulx. Et les triomphateurs sous les arcs triomphaux Tombaient; elle changeait en désert Babylone, Le trône en l'échafaud et l'échafaud en trône, Les roses en fumier, les enfants en oiseaux, L'or en cendre, et les yeux des mères en ruisseaux. Et les femmes criaient : -- Rends-nous ce petit être. Pour le faire mourir, pourquoi l'avoir fait naître? -- Ce n'était qu'un sanglot sur terre, en haut, en bas; Des mains aux doigts osseux sortaient des noirs grabats; Un vent froid bruissait dans les linceuls sans nombre; Les peuples éperdus semblaient sous la faulx sombre Un troupeau frissonnant qui dans l'ombre s'enfuit; Tout était sous ses pieds deuil, épouvante et nuit. Derrière elle, le front baigné de douces flammes, Un ange souriant portait la gerbe d'âmes. Mars 1854. Victor Hugo, Les Contemplations (1856)




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Mors de Victor Hugo, Les Contemplations (commentaire) Corrigé de 5180 mots (soit 8 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Mors de Victor Hugo, Les Contemplations (commentaire)" a obtenu la note de :

5.1 / 10

Corrigé consulté par :
  • casone-214062 (Hors-ligne), le 12/06/2014 à 12H19.
  • fabrice48-240543 (Hors-ligne), le 03/06/2014 à 03H18.
  • claraakiss-226052 (Hors-ligne), le 30/04/2014 à 30H12.
  • totodu11-237121 (Hors-ligne), le 24/04/2014 à 24H16.
  • salimata-194836 (Hors-ligne), le 04/04/2013 à 04H18.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    » Ainsi Hugo a-t-il puissamment fait sentir dans la Mort le caractère de calamité universelle. • Le tableau sinistre des peuples abattus s'achève pourtant en vision d'espérance. Une lueur déjà brillait faiblement au vers 9, où l'on s'étonnait des enfants gracieusement métamorphosés en « oiseaux » à côté des roses avilies en « fumier ». Cette étincelle devient vive clarté dans les deux derniers vers : la mort, l'affreuse faucheuse semant l'épouvante, est remplacée par l'ange, messager de salut, qui console, apaise, illumine : il est « souriant », auréolé de « douces flammes ». Et surtout il recueille « la gerbe d'âmes » : le massacre précédent n'était donc pas l'accès de cruauté inutile d'un destin sadique, mais un acte de bienveillance qui libérait les êtres de leur pesanteur corporelle pour leur apporter plus vite la joie du salut éternel.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    L'éloquence est un mors; si le mors casse, l'auditoire s'emporte, et rue jusqu'à ce qu'il ait désarçonné l'orateur., HUGO, l'Homme qui rit, II, VIII, VII.

    Ajouté par webmaster

    Des démarches pour engager M. Victor Hugo à se retirer volontairement sont restées infructueuses. Victor Hugo, Actes et Paroles, vol. III, Projet Gutenberg

    Ajouté par webmaster

    (...) tel il était -(Victor Hugo), tel il est resté, un promeneur pensif, un homme solitaire mais enthousiaste de la vie, un esprit rêveur et interrogateur., BAUDELAIRE, l'Art romantique, XXII, Victor Hugo.

    Ajouté par webmaster

    M. Victor Hugo laissa M. Nodier pour aller chez M. de Chateaubriand. Il le trouva rentrant et furieux de la cathédrale et de la cérémonie. - J'aurais compris, dit-il, le sacre tout autrement. L'église nue, le roi à cheval, deux livres ouverts, la charte et l'évangile, la religion rattachée à la liberté. Au lieu de cela, nous avons eu des tréteaux et une parade., HUGO, Victor Hugo raconté..., XLI.

    Ajouté par webmaster

    Vous avez remarqué. On ne sait jamais les titres de Victor Hugo. Sauf pour l'-Expiation. Le mouvement est tel que c'est toujours le premier vers, ou les vers conducteurs, qui mangent le titre, qui deviennent le titre., Ch. PÉGUY, Victor-Marie, comte Hugo, p. 63.

    Ajouté par webmaster

    Le cheval, qui ne sent ni le mors ni la selle (...), HUGO, les Orientales, XXXIV, «Mazeppa».

    Ajouté par webmaster

    Les chevaux éperdus se dérobent au mors., HUGO, Odes et Ballades, «Ballade», VII.

    Ajouté par webmaster

    Dieu dit : Je mettrai ma boucle en leurs narines Et dans leur bouche un mors (...), HUGO, les Châtiments, «Lux».

    Ajouté par webmaster

    On sait, lui-même y fait mainte allusion dans ses vers, quel infatigable promeneur c'est que Victor Hugo. Pensif et mystérieux rôdeur que la muse toujours accompagne, il aime à surprendre la solitude dans l'abandon de ses attitudes secrètes, à venir chez la nature aux heures où, n'attendant personne, elle reste en déshabillé et ne compose pas son visage., Th. GAUTIER, Souvenirs de théâtre, Dessins de Victor Hugo.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédente

    Mors de Victor Hugo, Les Contemplations (commentaire)

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast littérature