Le mot "froid" dans l'oeuvre de DESCARTES

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le mot "frivolité" dans l'oeuvre de DESCARTES Le mot "frivole" dans l'oeuvre de DESCARTES >>
Partager

Le mot "froid" dans l'oeuvre de DESCARTES

Ressources gratuites

Aperçu du corrigé : Le mot "froid" dans l'oeuvre de DESCARTES



Publié le : 29/7/2010 -Format: Document en format FLASH protégé

Le mot
Zoom

 

Règles pour la direction de l’esprit, Règle douzième.

, mais même lorsque par le tact nous avons la perception de la chaleur et du froid.

  ABREGE DE LA MUSIQUE, De la manière de composer, et des modes.

Premièrement, il faut commencer par les accords les plus parfaits, car l’attention s’en réveille plus tôt que si on commençait par quelque accord froid et languissant ;

  LES METEORES, DISCOURS PREMIER, DE LA NATURE DES CORPS TERRESTRES.

et que ce sont ordinairement ceux-ci qui se sentent les plus froids quand on les touche, ou seulement quand on s’en approche.

Comme, d’autant que les marbres et les métaux se sentent plus froids que le bois, on doit penser que leurs pores ne reçoivent pas si facilement les parties moins subtiles de cette matière, et que les pores de la glace les reçoivent encore moins facilement que ceux des marbres ou des métaux, d’autant qu’elle est encore plus froide.

Car je suppose ici que, pour le froid et le chaud, il n’est point besoin de concevoir autre chose sinon que les petites parties des corps que nous touchons étant agitées plus ou moins fort que de coutume, soit par les petites parties de cette matière subtile, soit par telle autre cause que ce puisse être, agitent aussi plus ou moins les petits filets de ceux de nos nerfs qui sont les organes de l’attouchement ;

en sorte que vous pouvez imaginer même différence entre de l’eau et de la glace que vous feriez entre un tas de petites anguilles, soit vives soit mortes, flottantes dans un bateau de pêcheur tout plein de trous par lesquels passe l’eau d’une rivière qui les agite, et un tas des mêmes anguilles, toutes sèches et raides de froid sur le rivage.

  LES METEORES, DISCOURS SECOND, DES VAPEURS ET DES EXHALAISONS.

Et c’est pour la même raison qu’ordinairement les vents impétueux se sentent froids et qu’il n’y en a guère de chauds qui ne soient lents.

comme vous voyez qu’en hiver le froid fait paraître l’haleine ou la sueur des chevaux échauffés, sous la forme d’une grosse fumée fort épaisse et obscure ;

Car comment se pourrait-il faire sans miracle qu’en temps chaud et en plein midi, le soleil, donnant sur un lac ou un marais, manquât d’en élever beaucoup de vapeurs, vu qu’on remarque même que pour lors les eaux se dessèchent et se diminuent beaucoup davantage qu’elles ne font en temps froid et obscur ?

  LES METEORES, DISCOURS TROISIEME, Du sel.

d’où vient que ces étincelles paraissent plus quand il fait chaud que quand il fait froid ;

  LES METEORES, DISCOURS QUATRIEME, Des vents.

On observe aussi que c’est principalement pendant le jour que soufflent les vents de Nord, et qu’ils viennent de haut en bas, et qu’ils sont fort violents, et fort froids, et fort secs.

Enfin ce vent est fort froid et fort sec, tant à cause de sa force, suivant ce qui a été dit ci dessus que les vents impétueux sont toujours secs et froids ;

Et il est froid, à cause qu’il amène avec soi vers le midi la matière très subtile qui était vers le Nord, de la quelle dépend principalement la froideur.

car quoi que les vents de Nord venant de la mer y soient humides, toutefois parce qu’avec cela ils y sont les plus froids qui s’y trouvent, ils n’y peuvent pas aisément causer de pluie, ainsi que vous entendrez ci après.

Car par exemple, si pendant que nous sentons ici un vent de midi qui ne procédant que de quelque cause particulière, et ayant son origine fort prés ici, amène pas beaucoup de chaleur, il y en a un de Nord aux pays voisins qui vienne assez loin, ou assez haut, la matière très subtile que celui ci amène avec soi peut aisément parvenir jusques à nous, et y causer un froid extraordinaire.

  LES METEORES, DISCOURS CINQUIEME, Des nues.

Pour les petites parcelles de glace, elles se forment lorsque le froid est si grand que les parties de la vapeur ne peuvent être pliées par la matière subtile qui est parmi elles.

Et si ce froid ne survient qu’après que les gouttes sont déjà formées, il les laisse toutes rondes en les gelant, si ce n’est qu’il soit accompagné de quelque vent assez fort qui les fasse devenir un peu plates du côté qu’il les rencontre.

Mais si le froid survient entre ces deux temps, ce qui est le plus ordinaire, il gèle les parties de la vapeur à mesure qu’elles se plient et s’entassent plusieurs ensemble, sans leur donner le loisir de s’unir assez parfaitement pour former des gouttes :

et selon que ce froid vient plus lentement ou plus à coup, et que la vapeur est plus épaisse ou plus rare, ces noeuds se forment plus gros ou plus petits ;

Ainsi on ne voit pas qu’il se forme toujours des nues au haut de l’air, nonobstant que le froid y soit toujours assez grand pour cet effet :

ni en hiver, encore que l’air y soit assez froid ;

Car ces vents chassent vers ces lieux là plusieurs vapeurs qui s’y épaississent, ou en brouillards, si l’air proche de la terre est fort froid ;

car il est certain que l’air, où elles sont, est plus froid, ou du moins aussi froid que celui qui est aux sommets des hautes montagnes :

Et parce que plus les vapeurs s’élèvent haut, plus elles y trouvent de froid qui les gèle, et moins elles y peuvent être pressées par les vents.

  LES METEORES, DISCOURS SIXIEME, DE LA NEIGE, DE LA PLUIE, ET DE LA GRELE.

Mais, comme il a été dit ci-dessus, que l’eau est en quelque façon dilatée par le froid lorsqu’elle se gèle, ainsi faut-il ici remarquer que la chaleur qui a coutume de raréfier les.

Et il arrive aussi quelquefois, qu’après être ainsi fondus ou presque fondus, il survient quelque vent froid qui, les gelant derechef, en fait de la grêle.

car, premièrement, si le vent froid qui la cause rencontre des gouttes d’eau déjà formées, il en fait des grains de glace tout transparents et tout ronds, excepté qu’il les rend quelquefois un peu plats, du côté qu’il les pousse.

Et s’il rencontre des flocons de neige presque fondus, mais qui ne soient point encore arrondis en gouttes d’eau, alors il en fait cette grêle cornue, et de diverses figures irrégulières dont quelquefois les grains se trouvent fort gros, à cause qu’ils sont formés par un vent froid qui, chassant la nue de haut en bas, pousse plusieurs de ces flocons l’un contre l’autre et les gèle tous en une masse.

Que si la neige n’est point encore si fondue, mais seulement un peu réchauffée et ramollie, lorsque le vent froid qui la convertit en grêle survient, elle ne se rend point du toit transparente, mais demeure blanche comme du sucre.

car la chaleur qui se retire dans les pores de ces flocons au moment qu’un vent froid commence à les environner condense et resserre toutes leurs parties en tirant de leurs circonférences vers leurs centres, ce qui les fait devenir assez ronds ;

et le froid, les pénétrant aussitôt après et les gelant, les rend beaucoup plus durs que n’est la neige.

Et parce que, lorsqu’ils sont un peu gros, la chaleur qu’ils ont au dedans continue encore de faire que leurs parties intérieures se resserrent et se condensent, en tirant toujours vers le centre, après que les extérieures sont tellement durcies et engelées par le froid qu’elles ne les peuvent suivre, il est nécessaire qu’ils se fendent en dedans, suivant des plans ou lignes droites qui tendent vers le centre, et que leurs fentes s’augmentant de plus en plus à mesure que le froid pénètre plus avant, enfin ils s’éclatent et se divisent en plusieurs pièces pointues qui sont autant de grains de grêle, Je ne détermine point en combien de tels grains chacun se peut diviser, mais il me semble que pour l’ordinaire ce doit être en huit pour le moins, et qu’ils se peuvent aussi peut-être diviser en douze ou vingt ou vingt-quatre, mais encore mieux en trente-deux, ou même en beaucoup plus grand nombre, selon qu’ils sont plus gros et d’une neige plus subtile, et que le froid qui les convertit en grêle est plus âpre et vient plus à coup.

Le quatrième de fév...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Le mot "froid" dans l'oeuvre de DESCARTES" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

Cacher les ressources gratuites

Problématique

C'est pourquoi, voyant que c'est une plus grande perfection de connaître la vérité, encore même qu'elle soit à notre désavantage, que l'ignorer, j'avoue qu'il vaut mieux être moins gai et avoir plus de connaissance. C orrespondance, année 1646, A MADAME ÉLISABETH, PRINCESSE PALATINE, etc, Sans date. (Les éditions contemporaines datent cette lettre de octobre ou novembre 1646.).

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Bref, dans l'oeuvre littéraire comme dans l'oeuvre pittoresque, il s'agit de transcrire, non le dehors sensible des êtres et des événements mais l'ensemble de leurs rapports et de leurs dépendances, c'est-à-dire leur logique., TAINE, Philosophie de l'art, t. I, p. 28.

Ajouté par webmaster

L'ébauche est le commencement même, encore informe du travail d'où l'oeuvre sortira accomplie. L'esquisse n'en est que le trait, que le plan et n'entre dans l'oeuvre que comme préparation., LITTRÉ, Dict., art. -Ébauche.

Ajouté par webmaster

à côté de l'oeuvre savante de l'architecte, il y a dans la science l'oeuvre pénible du manoeuvre, qui exige une obscure patience et des labeurs réunis., RENAN, l'Avenir de la science, OE. compl., t. III, XV, p. 930.

Ajouté par webmaster

Prenons par exemple ce morceau de cire (...) il est dur, il est froid, il est maniable (...) Mais voici que pendant que je parle on l'approche du feu (...) il devient liquide, il s'échauffe, à peine le peut-on manier (...), DESCARTES, Méditations, II.

Ajouté par webmaster

Il avait froid aux os et froid au coeur. La lampe du wagon vacillait tristement dans son hublot et lui versait à cru sa morne clarté., Léon BLOY, le Désespéré, III, p. 118.

Ajouté par webmaster

Descartes retrouve dans la métaphysique l'inspiration maîtresse de la méthode, le primat d'une intuition qui n'a rien de mystique (...), Léon BRUNSCHWICG, Descartes, p. 34.

Ajouté par webmaster

L'OEUVRE COMME POLYGRAPHIE J'imagine une critique antistructurale; elle ne rechercherait pas l'ordre, mais le désordre de l'oeuvre; il lui suffirait pour cela de considérer toute oeuvre comme une -encyclopédie : chaque texte ne peut-il se définir par le nombre des objets disparates (de savoir, de sensualité) qu'il met en scène à l'aide de simples figures de contiguïté (métonymies et asyndètes)? Comme encyclopédie, l'oeuvre exténue une liste d'objets hétéroclites, et cette liste est l'antistructure de l'oeuvre, son obscure et folle polygraphie., R. BARTHES, Roland Barthes, p. 151.

Ajouté par webmaster

L'intérieur du globe s'organise, une chaleur féconde part du centre de la terre, et se distribue dans toutes ses parties. René Descartes, ?uvres de Descartes

Ajouté par webmaster

On dit qu'un morceau de poésie, d'éloquence, de musique, un tableau même, est froid, quand on attend dans ces ouvrages une expression animée qu'on n'y trouve pas., VOLTAIRE, Dict. philosophique, Froid.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

Le mot "froid" dans l'oeuvre de DESCARTES

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo