Les mots ne sont-ils que des mots ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Pour trouver la vérité faut-il réfléchir ? Penser, vouloir, juger, agir : pourquoi est-c ... >>


Partager

Les mots ne sont-ils que des mots ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Les mots ne sont-ils que des mots ?



Publié le : 12/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Les mots ne sont-ils que des mots ?
Zoom

Analyse du sujet :

 

·         Le sujet prend la forme d’une question fermée, à laquelle il s’agira de répondre par « oui « ou « non « en conclusion, au terme d’une argumentation documentée.

 

·         La difficulté majeure du sujet tient au fait que le concept de « mot « n’est pas d’emblée une notion philosophique.

 

·         Le mot est l’élément de base à partir duquel on peut, lorsqu’il est écrit, composer des textes (romans, slogans, liste de courses, etc.), lorsqu’il est prononcé, tenir des conversations, produire des discours, etc. On dira donc qu’il est le constituant ultime du discours au sens large.

·         Un discours, pour mériter ce nom, ne doit pas être absurde : il doit posséder une signification. Aussi ne se réduit-il pas à un ensemble anarchique de mots. Si, au sein du discours, certains mots peuvent être isolés, comme des interjections (« aie ! «), des ordres (« debout ! «) ou des approbations (« oui «, « miam «), la plupart d’entre eux sont organisés en propositions en dehors desquelles on ne peut pas déterminer leur signification. L’ensemble des règles qui régissent l’organisation des mots est la grammaire.

·         On peut distinguer plusieurs types de mots, en particulier : les noms, les adjectifs et les verbes. Les noms peuvent renvoyer à des choses, des personnes, des idées, concepts, etc. Les adjectifs désignent des propriétés de ce à quoi renvoient les noms. Les verbes désignent entre autres des actions.

·         D’une manière générale, le mot possède cette capacité de renvoyer à quelque chose parce qu’il est un signe linguistique, c'est-à-dire l’union d’un signifiant (forme graphique ou phonique du mot) et d’un signifié (la signification à laquelle il renvoie).

 

·         Il s’agit de déterminer si le mot est plus que ce qu’il est ou paraît être, autrement dit s’il se réduit à un simple composant. Lorsqu’on dit de quelque chose : « ce ne sont que des mots ! «, on suggère justement que le mot en lui-même n’est rien, qu’il ne possède aucune effectivité, aucun pouvoir.

 

 

Problématisation :

 

Si le mot n’est rien, c’est pourtant par son biais que nous désignons toute choses, que nous communiquons, etc. Est-ce à dire que le mot n’a aucun rôle dans ces deux exemples de situation ? La première question pourrait être formulée ainsi :

I – Est-ce le mot qui permet de produire du sens ?

Envisagé comme signe linguistique, le mot apparaît être ce par quoi on peut désigner telle ou telle chose, action, qualité : il est donc avec la perception un biais par lequel nous entrons pour ainsi dire en contact avec le réel. La question est alors de savoir :

II – Quel rapport le mot entretient-il avec la réalité ?



. (c'est le principe des slogans publicitaires : donner une force persuasive à quelques mots, même si les mots n'ont pas de rapport direct avec le produit vanté.) Le pouvoir des mots autorise-t-il à penser que les mots ne sont que des mots ? Une autre manière, plus proprement philosophique, de poser le problème du statut des mots, consiste à envisager la relation que les mots entretiennent avec les choses qu'ils désignent : le mot « arbre » a-t-il un rapport d'essence avec la chose « arbre », ou le fait que le mot « arbre » désigne effectivement une chose  « arbre » est-il purement accidentel ? Autrement dit, le mot est-il, d'une certaine manière, la chose ? Cela peut ouvrir sur une réflexion sur le rapport des mots et de la pensée : quel rôle les mots jouent-ils dans la construction de la pensée ? Si combiner des mots c'est permettre à la pensée de combiner les essences des choses, les mots ne sont-ils pas plus et autre chose que les éléments matériels et contingents d'un code de communication ?   Références utiles : Platon, Cratyle. Le Sophiste. Gorgias, Eloge d'Hélène. Textes à utiliser : Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Les mots ne sont-ils que des mots ? Corrigé de 2261 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Les mots ne sont-ils que des mots ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • anais9730 (Hors-ligne), le 19/05/2009 é 19H18.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Les mots ne sont-ils que des mots ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit