NoCopy.net

Le mythe et la raison sont-ils compatibles ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Y a-t-il une enfance de l'humanité ? La pratique religieuse est-elle compatible a ... >>
Partager

Le mythe et la raison sont-ils compatibles ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Le mythe et la raison sont-ils compatibles ?



Publié le : 27/2/2010 -Format: Document en format FLASH protégé

	Le mythe et la raison sont-ils compatibles	?
Zoom
  • mythe : Récit allégorique et fictif permettant d'exposer une doctrine.
  • raison : Du latin ratio, « calcul », « faculté de calculer, de raisonner » (en grec logos). * Au sens subjectif : mode de penser propre à l'homme (lui-même défini comme « animal raisonnable »). * Par opposition à l'intuition : faculté de raisonner, c'est-à-dire de combiner des concepts et des jugements, de déduire des conséquences. * Par opposition à la passion ou à la folie : pouvoir de bien juger, de distinguer le vrai du faux, le bien du mal. * Par opposition à la foi : la « lumière naturelle », naturellement présente en tout homme. * Par opposition à l'expérience : faculté de fournir des principes a priori (c'est-à-dire indépendants de l'expérience)* Au sens objectif : principe d'explication, cause (exemple : les raisons d'un phénomène). * Argument destiné à légitimer un jugement ou une décision (exemple : donner ses raisons).

Incipit : Si le mythe est ce qui se raconte, un histoire racontée, le mythologique, la raison elle-même se raconte. Non seulement elle se raconte les faits du monde qu’elle ordonne, mais elle a également une histoire. Un bref regard sur le procès de constitution de la rationalité (scientifique) nous rappelle que la distinction exclusive entre mythique et rationnel est récente – tout comme la constitution disciplinaire des savoirs rationnels (Newton encore pratiquait l’alchimie, etc.). C’est en fait avec le positivisme comtien, durant la première moitié du 19e siècle, que se formule catégoriquement l'hiatus du mythe à la raison.

 

Thèmes : Abordons successivement, sur le mode thématique, l’analyse des deux notions qui constituent notre énoncé. (i) Le mythe : sur le plan étymologique, le terme de ‘mythe’ se rapporte au discours, à ce qui se dit. Sa transmission se caractérise par l’oralité (susceptible à terme d’être transposée dans l’écrit). Dans la tradition grecque, sa forme est poétique, et donc obéit à des règles formelles strictes dont la fonction est premièrement mnémotechnique. Sur le plan du contenu, il se définit en partie par sa finalité. Celle-ci est toute à la fois cognitive et pratique. Au niveau cognitif, le mythe a pour fonction de rendre raison de l’ordre des choses du mondes, de les expliquer par leurs causes ; au niveau pratique, le mythe peut formuler des règles de conduite soit par prescription immédiate (Les travaux et les jours, Hésiode), soit sous forme d’exemples à suivre comme idéal à réaliser (les personnages représentant des types comportementaux). (ii) La raison : sur le plan étymologique, la notion de raison se laisse traduire dans la tradition philosophique par le terme de logos. Ce dernier signifie tant la rationalité systématique que l’acte du discours liant les choses pour les expliquer. La conjonction des ces deux propriétés définitoires implique que la raison peut se caractériser principalement par son formalisme : le raison est mise en forme des éléments ou faits du monde, leur intellection. Telle en est d’ailleurs la méthode : le raisonnement sur la base d’un système logiquement dont les règles (moyen instrumental) ont pour fonction d’en assurer la finalité, à savoir la détermination de la vérité. C’est ainsi que, dans le prolongement de l’art socratique de la définition par dichotomies successives visant la vérité du concept, Aristote a formalisé les règles du raisonnement correct dans ses œuvres de logiques. Le développement formel de la raison permet donc d’évaluer la validité d’une pensée en fonction de valeurs de vérité, le vrai et le faux.



Le mythe et la raison sont-ils compatibles ?




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Le mythe et la raison sont-ils compatibles	? Corrigé de 1507 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Le mythe et la raison sont-ils compatibles ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • chloee32717 (Hors-ligne), le 03/11/2011 à 03H20.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

     

    Mythe

    Couramment, conception ima­ginaire et fausse (le mythe de l'avarice des Écossais). Récit fabuleux qui décrit l'origine du monde et des êtres (le mythe de l'âge d'or).

    Le mythe a une fonction cultu­relle en apportant une réponse à certaines interrogations humaines (le mythe grec de Pro­méthée rend compte de la singu­larité de l'homme qui, sans res­source naturelle pour survivre, reçoit le feu et les techniques volés aux dieux et peut ainsi maîtriser son environnement).

     

    Saint Thomas : un essai pour concilier la raison et la foi Au XIIF siècle, non sans s'inspirer largement de l'œuvre d'Aristote, saint Thomas d'Aquin a tenté de concilier les vérités rationnelles et les vérités de la foi.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quels sont les mythes simples qui la remuent -(cette foule), qui provoquent ses passions? Découvrons-les dans les journaux qu'elle lit, dans les spectacles auxquels elle assiste, dans les propos qu'elle tient. Ils sont quatre, intimement mêlés : mythe de l'argent, mythe du confort, mythe de l'action, mythe de la vitesse., DANIEL-ROPS, le Monde sans âme, IV.

    Ajouté par webmaster

    -Mythe est le nom de tout ce qui n'existe et ne subsiste qu'ayant la parole pour cause (...) En vérité, il y a tant de mythes en nous et si familiers qu'il est presque impossible de séparer nettement de notre esprit quelque chose qui n'en soit point. On ne peut même en parler sans mythifier encore, et ne fais-je point dans cet instant le mythe du mythe pour répondre au caprice d'un mythe? (...) Songez que demain est un mythe, que l'univers en est un; que le nombre, que l'amour, que le réel comme l'infini, que la justice, le peuple, la poésie... la terre elle-même sont mythes (...), VALÉRY, Variété II, p. 230-232-233.

    Ajouté par webmaster

    On s'étonnerait en vain du paradoxe apparent qui mène la pensée à sa propre négation par les voies opposées de la raison humiliée et de la raison triomphante., CAMUS, le Mythe de Sisyphe, p. 68-69.

    Ajouté par webmaster

    (...) chez les hommes forts de hautes parties d'intelligence et de génie sont compatibles avec les déviations et les défectuosités les plus abruptes., SAINTE-BEUVE, Volupté, XIX, p. 197.

    Ajouté par webmaster

    Pour un très grand nombre de gens, aujourd'hui, mythe ou bien signifie pensée confuse, ou bien mensonge, ou bien erreur (...) Je pourrais aligner des douzaines de citations qui ne feraient que confirmer l'extension de ce sens et sa vulgarisation. En 1950, toute idée fausse en effet, toute interprétation erronée d'un événement, d'une doctrine, est traitée volontiers de «mythe» : «mythe», cette confiance des Français en leur ligne Maginot; «mythe» , l'alliance germano-russe de 1939 (...) valeur aujourd'hui passionnelle et floue du mot (...), ÉTIEMBLE, le Mythe de Rimbaud, Introd., p. 42.

    Ajouté par webmaster

    L'absurde, c'est la raison lucide qui constate ses limites. Albert Camus, Le Mythe de Sisyphe.

    Ajouté par webmaster

    Puisque le mythe est une parole, tout peut être mythe, qui est justiciable d'un discours., R. BARTHES, Mythologies, p. 193.

    Ajouté par webmaster

    "Le mythe du bonheur est celui qui recueille et incarne dans les sociétés modernes le mythe de l'Égalité." J. Baudrillard, La société de consommation, Gallimard, page 59.

    Ajouté par webmaster

    Ce sont moins en effet les conclusions identiques qui font les intelligences parentes, que les contradictions qui leur sont communes., CAMUS, le Mythe de Sisyphe, p. 132.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Le mythe et la raison sont-ils compatibles ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo