La nature ne fait rien en vain. ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La nature humaine conduit-elle chaque indivi ... La nature nous fournit-elle des outils ? >>
Partager

La nature ne fait rien en vain. ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La nature ne fait rien en vain. ?



Publié le : 4/10/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	La nature ne fait rien en vain.	?
Zoom
  • nature : 1° L'inné par opposition à l'acquis (nature opposée à culture, ou chez les anthropologues anglo-saxons nature opposée à nurture); 2° Essence, ensemble des propriétés qui caractérisent un objet ou un être (la nature de l'homme par exemple); 3° L'ensemble des phénomènes matériels, liés entre eux par des lois scientifiques. En ce sens, le naturel peut s'opposer au surnaturel qui désigne une intervention transcendante de la divinité; 4° Spinoza distingue la nature naturante, c'est-à-dire la substance infinie et la nature naturée, les divers modes par lesquels s'exprime cette substance. Le mot nature est ambigu. Le naturalisme du xviiie siècle par exemple est contradictoire. D'une part son épistémologie réduit la nature à un mécanisme (des faits soumis à des lois nécessaires) indifférent aux valeurs humaines. D'autre part, sa morale prétend se fonder sur la nature, c'est-à-dire sur des tendances spontanées, supposées bonnes; la nature devient alors la Mère-Nature, une sorte de providence bienveillante.
  • fait : Ce qui est ou ce qui arrive, et qui se donne ou même s'impose à nous dans l'expérience. On distingue souvent le fait brut, qui s'offre immédiatement à l'observation dans l'expérience ordinaire, et le fait construit (fait scientifique), qui résulte d'une élaboration théorique et expérimentale (Bachelard appelle «phénoménotechnique» cette construction du fait). Cependant, même le fait brut est imprégné de théorie, même s'il peut s'agir d'une théorie pré-scientifique, c'est-à-dire de préjugés. Le fait (ce qui est) se distingue par principe du droit (ce qui doit être). De même, une question de fait porte sur le pourquoi ou le comment, alors qu'une question de droit porte sur la valeur et la légitimité. On oppose l'état de fait à l'état de droit, c'est-à-dire conforme au droit (légal ou légitime).
  • rien : Le néant, l'absence, la nullité.

Bien définir les termes du sujet :


- « Nature » : Entendue ici dans son sens général, opposée à la technique, elle renvoie à l’ensemble du règne minéral, végétal et animal, considéré comme un tout soumis à des lois.
- « La nature ne fait rien en vain » : l'expression "la nature ne fait rien en vain" est d'Aristote. On retrouve plusieurs fois chez lui cette idée, cf. La Génération des animaux, II, 5 ou Le traité de l'âme, III, 12. Dans son sens le plus général, cela signifie que la nature n'agit jamais gratuitement, qu'elle obéit toujours à un but, autrement dit, qu'il y a une sorte de finalisme.
- « Peut-on » : Pose la question de savoir si c'est légitime, mais surtout, si c'est possible. Au vu de notre expérience de la nature et des connaissances que nous avons à son sujet, est-il possible de soutenir cette affirmation "la nature ne fait rien en vain"?

Construction de la problématique :


            Le sujet reprend une idée d'Aristote, énoncée à partir de ses observations sur la nature, pour l'examiner et vérifier son bien-fondé. Lorsque l'on observe naïvement la nature, il semble que tout est organisé, que les êtres se répondent, et que l'équilibre apparemment parfait des éléments entre eux vient d'une sorte de plan préalable. C'est ce que souligne cette expression "la nature ne fait rien en vain". Tout semble obéir à un ordre, à une raison. C'est cette apparence d'ordre, dû à une intention de la nature qui est ici remis en cause.
            Se pose donc la question de savoir s'il y a une intention de la nature, ou si l'équilibre, l'ordre et la perfection des arrangements naturels et dû au hasard.



La raison cherche des causes pour ce qu'elle ne comprend pas, mais cela se fait que de façon analogique. En toute rigueur, il y a un caractère irréductible de l'organisation à toute forme de causalité connue de nous. « Les êtres organisés st donc les seuls dans la nature qui, lorsqu'on les considère pour eux-mêmes et sans rapport avec d'autres choses, doivent ê pensés comme possibles seulement en tant que fins de la nature. ». Ce sont des fins de la nature, car ils se rapportent à eux-mêmes à la fois comme cause et comme effet. Le vivant est cause de lui-même (cf. la reproduction), et en même temps effet de lui-même (cf. issu de la reproduction)     III/ Comme si... :               Le postulat d'objectivité est le postulat même de la science : il est interdit de supposer des fins à la nature, ou de se poser la question des fins. Il n'est donc pas possible de dire "la nature ne fait rien en vain", car cela est non scientifique. Mais il est toutefois nécessaire de reconnaître le caractère téléologique du vivant, car même si la science tente d'étudier celui-ci comme une chose, il ne s'y réduit pas.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	La nature ne fait rien en vain.	? Corrigé de 1833 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " La nature ne fait rien en vain. ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Alex57243 (Hors-ligne), le 09/02/2010 à 09H21.
  • Chloe38960 (Hors-ligne), le 08/10/2009 à 08H18.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    La solution de l'antinomie tient en ce que la finalité n'est justement qu'un concept de la faculté de juger et non de l'entendement : il ne peut servir que de fil conducteur subjectif pour assembler des mécanismes partiels et saisir le fonctionnement global d'un être organisé. Il faut distinguer cet usage cognitif de la finalité objective interne dans chaque être organisé avec la finalité externe qui lie les différentes parties de la nature prise comme un tout. Les êtres organisés semblent avoir été faits comme s'ils étaient les uns pour les autres fin et moyen. Seul l'homme et son développement comme être de culture pourvu d'une valeur morale absolue peut apparaître comme la fin dernière de la nature, justifiant une téléologie de l'histoire humaine s'accomplissant dans le déploiement de l'humanité de l'homme.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    La nature ne fait rien en vain. [ Politique ] Aristote

    Ajouté par webmaster

    La nature ne fait rien en vain. Politique Aristote

    Ajouté par webmaster

    « Dieu et la Nature ne font rien en vain. » Aristote, Du ciel, ive s. av. J.-C.

    Ajouté par webmaster

    « Dieu et la Nature ne font rien en vain. » Aristote, Du ciel, ive s. av. J.-C.

    Ajouté par webmaster

    "Il est évident que l'homme est un animal politique, bien plus que n'importe qu'elle abeille ou n'importe quel animal grégaire. Car, nous le disons souvent, la nature ne fait rien en vain. Et seul parmi les animaux l'homme est doué de parole." Aristote, La Politique, I, chapitre2.

    Ajouté par webmaster

    « On voit dans les plantes mêmes les choses utiles se produire en vue de la fin, par exemple les feuilles en vue d'abriter le fruit. » Aristote, Physique, Ive s. av. J.-C. Le finalisme postule que la nature ne fait en rien en vain, que tout ce qu'elle produit existe en vue d'une fin. Ainsi, tous les organes de la plante s'expliquent par le fait qu'ils visent chacun un but précis, qui participe à la survie ou à la reproduction de la plante. Si la forme des feuilles est adaptée à la protection du fruit, c'est bien que cette protection constitue la « cause finale » (ou la fin) des feuilles.

    Ajouté par webmaster

    .1 (...) Cavalier paraissait atterré. - C'est une mauvaise nature, dit-il. Et pendant tout le dîner, il répétait : - Oh! Ça me fait deuil, monsieur, vous ne savez pas comme ça me fait deuil. J'essayais de le consoler, mais en vain., MAUPASSANT, Yvette, «Le garde», p. 284.

    Ajouté par webmaster

    .1 Il est faux que l'égalité soit une loi de la nature. La nature n'a rien fait d'égal. Sa loi souveraine est la subordination et la dépendance., VAUVENARGUES, Maximes, 227.

    Ajouté par webmaster

    Il est faux que l'égalité soit une loi de la nature. La nature n'a rien fait d'égal; la loi souveraine est la subordination et la dépendance., VAUVENARGUES, Maximes, 227.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    La nature ne fait rien en vain. ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo