NoCopy.net

Le nazisme et le stalinisme, deux totalitarismes différents?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Dans Quelle Mesure La Forme Littéraire Peut-E ... Analyse Du Poème "la Lessive" De Jacques Prév ... >>
Partager

Le nazisme et le stalinisme, deux totalitarismes différents?

Echange

Aperçu du corrigé : Le nazisme et le stalinisme, deux totalitarismes différents?



Document transmis par : Nathalie46096


Publié le : 17/1/2011 -Format: Document en format HTML protégé

Le nazisme et le stalinisme, deux totalitarismes différents?
Zoom

1) Les fondements et les objectifs.

Le nazisme est un parti unique qui repose sur le guide du Reich, le «Reichsfürer» : Hitler (au pouvoir depuis le 30 janvier 1933). C'est un chef charismatique, qui use de son pouvoir pour imposer un culte de la personnalité. 

Pour les nazis, les pays et territoires germaniques avaient vocation à dominer le reste du monde. Ils considéraient que les peuples germaniques étaient une «race supérieure», dit la race «aryenne», dont auraient été issus tous les génies de l'humanité.  La race aryenne était selon eux la plus pure, la plus supérieure, et la plus noble. Pour sauvegarder un tel «patrimoine», les nazis se devaient de préserver la race aryenne (dit aussi race blanche) des races inférieures, qui polluaient la génétique humaine, la menant ainsi à sa perte. Les nazis supprimèrent tout ceux qu'ils considéraient comme étant une honte pour l'humanité: les malades (maladies héréditaires également: cécité, schizophrénie...), des maladies mentales, certains peuples (plus particulièrement les juifs), les homosexuels, etc...Les nazis étaient clairement xénophobes.

Les peuples qui désiraient survivre devaient donc s'incliner devant la «race des seigneurs». 

La doctrine nazie se fonde sur une classification raciale des hommes, selon la «qualité de leur sang». Ainsi, les Tziganes, les Asiatiques, les Noirs, les Juifs, et les Slaves étaient considérés comme des déchets humains. 

Le nazisme prône la supériorité de la race aryenne sur toutes les autres «races» humaines. Selon Hitler, seul ceux qui ont une trace de sang aryen peuvent avoir du génie.  Les autres races ne font qu'imiter, voire, comme les Juifs, détruire le génie humain. A ce titre, la race aryenne doit conserver la pureté de son sang pour concentrer le génie humain dans une race qui dominera le monde. Les nazis classèrent ainsi les populations en fonction de ce qu'ils appelaient les «races à éduquer» (les Latins, les Japonais par exemple), les «races à réduire en servitude» (les Slaves, les Asiatiques, les Noirs) et les «races à exterminer» (les personnes de confession ou d'ascendance juive et le peuple tzigane). 

Son but est de prôner le racisme pour forger «un homme nouveau»: la race aryenne=>Création d'un espace vital. 

 

Le stalinisme est un parti unique (depuis 1918) qui repose sur «le petit père des peuples»: Staline (au pouvoir depuis 1928). C'est un chef charismatique qui use de son pouvoir pour imposer un culte de la personnalité. 

L’URSS sous Staline fut un État dictatorial au caractère totalitaire, modelé par un dirigeant qui disposa du pouvoir absolu et se fit entourer d'un intense culte de la personnalité. L’avènement de Joseph Staline, entre 1927 et 1929, marque le lancement d’une transformation brutale et radicale de la société soviétique. En quelques années, l’URSS est profondément changée par la collectivisation agricole intégrale et par l’industrialisation «à toute vapeur» agencée par les très ambitieux plans quinquennaux (planification économique gouvernementale fixant les objectifs de production sur une période de 5ans). 

La modernisation économique du pays fut cependant payée par d'énormes exigences de travail imposées. Le bilan fut mitigé: si certaine catégories sociales bénéficièrent des progrès obtenus (nomemklatura, stakhanovistes), la majorité de la population vit la promesse d'une société  "juste, et sans classes sociales" laisser place à un climat de privations et d'inégalités. Dans certaines régions, les famines décimèrent plusieurs millions de paysans. 

Le changement de société fut accompagnée d'une politique de  répressions massives, inaugurée par une chasse aux paysans récalcitrants, qualifiés de koulaks, ou aux opposants politiques. Minorités nationales, cadres du parti ou simples particuliers étaient tous potentiellement exposés, chaque citoyen pouvant brusquement se retrouver rangé au rang des prétendus «ennemis du peuple», «saboteurs» et autres «espions de l'impérialisme». Payée de millions de victimes, mais soigneusement dissimulée par le régime, dans un contexte d'endoctrinement total, cette politique ouvre une longue période de terreur et de dénonciation.

Le régime stalinien se caractérise par une économie planifiée bureaucratisée (capitalisme d'État), où la bureaucratie d'État constitue l'exploiteur et oppresseur unique de la population. 

Son but est d'atteindre la phase communiste pour avoir une société sans classes sociales. Le parti communiste mène la dictature au nom du prolétariat (marxisme – léninisme). Cette nouvelle société est destinée à forger une «nouvelle catégorie humaine».

 

2)Le contrôle de la société et de l'économie.

Pour arriver à leur fin, les nazis en arrivèrent à contrôler la société par de la propagande sociologique, notamment en contrôlant et censurant les moyens de communications (radios et journaux censurés, livres brûlés, contrôle de l'art => affiche d'Hitler partout dans le pays, entraînant un culte de la personnalité -promotion de l'individu-). C'est la fin de la liberté d'expression, le peuple est embrigadé de force. 

Malgré cela, les femmes ont une fonction traditionnelle: elles doivent veiller au développement de la race aryenne. Autrement dit, elles sont réduites au rôle de poule pondeuse. 

Mais l'éducation des enfants ne les concernent pas: ils sont dès l'école embrigadés, enrôlés dans des organisations de jeunesse (la jeunesse hitlérienne).  C'est du bourrage de crâne, on les force à croire les idées qu'on leur inculque, ils ne pensent plus par eux même. On les transforme en petits soldats.

Dans les Jeunesses hitlériennes, l'entraînement physique et militaire passait bien avant l'éducation académique et scientifique. L'apprentissage prodigué aux jeunes comprenait le maniement des armes, le développement de la force physique, la stratégie militaire et un endoctrinement antisémite.

 

On note les propagandes les plus connues: 

-La propagande nazie, comme tous les mouvements politiques de l'époque, a abondamment utilisé les affiches.

-Les autodafés: les autodafés consistent à brûler des livres considérés comme dissident. Les nazis brûlaient sur les places publiques des livres par milliers, pour montrer que seules les idées du Führer étaient les meilleures (ai...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Le nazisme et le stalinisme, deux totalitarismes différents?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

La guerre est inéluctable, comme solution à la fuite en avant économique et financière, par pillage des ressources des pays conquis ou dominés, autant que comme étape de la réalisation du programme idéologique. B. Les idéologies respectives des deux régimes reposent sur les prémices profondément différentes, qui entraînent des conduites très différentes et qui expliquent en particulier leur antagonisme historique presque permanent. 1. L'idéologie nationale-socialiste, si elle intègre des éléments modernistes (culte de la technique, du corps et du sport), est avant tout passéïste, avec comme idéaux ceux d'un Moyen-Age « corporatiste » mythifié, d'un retour à une « pureté originelle de la race » (la performance sportive manifestant aussi la supériorité de la race, cf. mise en scène des Jeux olympiques de 1936) .

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

« Dans les propositions je me domine, je me cède, je me permets, je et me sont-ils différents ou non? On pourrait réduire l'analyse de la morale à décider si ces deux pronoms sont réelle¬ment ou fictivement différents. » (VALÉRY, Tel quel.)

Ajouté par webmaster

-(Malherbe) interdit l'hiatus. Ronsard, frappé de certaines rencontres de voyelles qui rendaient les vers «merveilleusement rudes», n'admettait plus le contact de deux voyelles appartenant à des mots différents qu'après un monosyllabe ou à la pause (...) Malherbe proscrivit absolument tous les hiatus. La définition de l'hiatus, tel que l'a compris la versification classique, est -artificielle : l'hiatus est la -rencontre de deux voyelles appartenant à -deux mots différents, dont le premier n'est pas terminé par un e muet., F. BRUNOT et Ch. BRUNEAU, Grammaire historique, 1075.

Ajouté par webmaster

Généralisée, -(cette position) supprimerait-elle l'écrasement par l'argent, le nazisme, les divers goulags, la police, les gangsters?, Michèle PERREIN, Entre chien et louve, p. 182.

Ajouté par webmaster

Chez les individus et dans la politique des États, le marxisme affronté au réel donne ce que nous voyons qu'il a donné, et qui s'est appelé stalinisme., F. MAURIAC, le Nouveau Bloc-notes 1958-1960, p. 361.

Ajouté par webmaster

Le mot -épargne sert à désigner (...) deux catégories d'actes très différents (...) Il faudrait avoir deux mots différents pour la désigner (...) -L'épargne-économie. C'est l'art de satisfaire à ses besoins en consommant le moins de richesses possibles, c'est-à-dire à tirer le meilleur parti des denrées ou de l'argent qu'on a à sa disposition, à les -économiser (...) -Épargne-prévoyance (...) Ce n'est plus (...) la consommation économisée, c'est la consommation -différée. L'homme (...) songe à ses besoins futurs (...) Comme le dit très bien la locution populaire, il «met quelque chose de côté (...) une poire pour la soif, comme on dit., Charles GIDE, Cours d'économie politique, t. II, p. 531.

Ajouté par webmaster

Du sommet, par le mois de mai où le siège commença, le regard s'étend sur deux paysages et comme sur deux mondes différents (...) Gergovie est la citadelle avancée qui garde les sentiers du haut pays et qui surveille les routes et les moissons d'en bas., Camille JULLIAN, Vercingétorix, XIII, IV, p. 196.

Ajouté par webmaster

Il me semble que les génies dramatiques, à les prendre dans leur ensemble et parmi les plus grands, peuvent assez bien se séparer en deux classes, en deux familles principales, qui offrent des traits et un procédé essentiellement différents., SAINTE-BEUVE, Port-Royal, I, VII.

Ajouté par webmaster

Pour qu'il y ait litispendance, il faut que deux demandes ayant le même objet et fondées sur la même cause soient pendantes entre les mêmes parties devant deux tribunaux différents (...) Il appartient au juge du fond d'apprécier s'il existe entre deux contestations l'identité nécessaire pour motiver l'exception de litispendance., DALLOZ, Nouveau répertoire de droit, t. II, p. 425, n°Ës 41-44.

Ajouté par webmaster

Les anciens astronomes pensaient que l'étoile du soir et l'étoile du matin étaient deux astres différents (...) Ainsi, faute de connaître les rapports convenables, ils n'arrivaient point à relier ensemble ces deux systèmes d'apparences, comme nous faisons aujourd'hui., ALAIN, 81 chapitres, De l'objet, -in les Passions et la Sagesse, Pl., p. 1094.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédente

Le nazisme et le stalinisme, deux totalitarismes différents?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo