Est-il nécessaire de croire ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La vie sans examen mérite-t-elle d'etre vécu ... Le débat philosophique exclut-il tout affron ... >>
Partager

Est-il nécessaire de croire ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Est-il nécessaire de croire ?



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format FLASH protégé

	Est-il nécessaire de croire	?
Zoom

La croyance semble être le contraire du savoir, de la certitude. Or ce qui constitue le caractère de la certitude c'est son évidence et sa clarté, c'est-à-dire sa nécessaire, donc l'impossibilité de pouvoir être autrement. Mais la croyance paraît prendre sa place au coeur de l'opinion, de la foi et de la Religion qui en serait le paradigme. En ce sens, parler de la croyance, ce serait parler en quelque de sorte d'une enfance de la raison, d'une illusion consolatrice voire d'une erreur fondée sur une vision seulement subjective du monde qui nous entoure. Or on peut se demander ce qu'il pourrait y avoir de nécessaire dans une illusion notamment si comme la religion on peut la penser comme une création de l'homme. Ainsi, la croyance serait une notion restreinte est négative dont il conviendrait de savoir systématiquement la critique afin d'atteindre la certitude de la science et de magnifier le pouvoir de la raison. Cependant, n'est-ce pas faire là de la croyance une notion pauvre, réduite à peau de chagrin et en limiter fortement la fécondité gnoséologique et cognitive ? Sans doute. En effet, pour interroger la croyance, on peut prendre la question dans l'autre sens, c'est-à-dire si l'on peut ne pas croire. Or si la réponse semble aller de soi et conduire à une disqualification de la croyance, il n'en reste pas moins que de lus près il apparaît que même les philosophes prônant une critique radicale de la métaphysique ou développant un scepticisme en viennent à la nécessité de croire en un sens de postulats que ce soit l'existence de dieu ou pas ; voire à admettre que cette croyance peut être rationnelle. Le problème est donc plus compliqué et l'on peut s'interroger sur la possibilité que la croyance soit un besoin psychologique, donc nécessaire. Et c'est à l'aune de cette interrogation que prend sens le sujet : « Est-il nécessaire de croire ? ». Ainsi, s'il semble à première vue que la croyance soit contingente voire une enfance de la raison donc contingente (1ère partie), nous pourrons voir que même les détracteurs de la croyance reconnaissent en filigrane la nécessité de cette croyance qu'elle soit psychologique ou non (2nd partie) ; et c'est dès lors plutôt vers la question de savoir si un être non-croyant est possible qu'il faudra se tourner et en saisir les éventuelles conditions (3ème partie).


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Est-il nécessaire de croire	? Corrigé de 2911 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Est-il nécessaire de croire ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé
Corrigé consulté par :
  • chazore (Hors-ligne), le 03/02/2014 à 03H04.
  • Rubylax-229127 (Hors-ligne), le 27/01/2014 à 27H21.
  • Vala-227268 (Hors-ligne), le 11/01/2014 à 11H14.
  • GUIDE-216170 (Hors-ligne), le 16/10/2013 à 16H22.
  • les3espaces-212510 (Hors-ligne), le 05/09/2013 à 05H16.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Cependant, comme Alain l'a dit au début du texte, celui qui croit ne veut pas s'arracher à la croyance. Il semble en effet que les deux choses soient sur des plans séparés et que la croyance n'est pas accessible à la raison - En effet, puisque la croyance est attachement à une idée, adhésion à une idée nous empêche de travailler, d'en examiner la valeur. En d'autre terme toute croyance nous empêche de penser, c'est-à-dire de tester. Elle nous empêche aussi d'inventer puisque nos croyons justement que les idées auxquelles nous adhérons sont censées suffire à expliquer l'apparence des phénomènes. - Mais surtout, il semble que la croyance soit un refus de penser. Ce texte semble en effet révéler une profonde, viscérale peur de penser, qui est une dimension de l'homme. La croyance peut en effet être plus positive à l'homme surtout à l'homme qui veut être actif et efficace.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Alain, Définitions. "Les degrés du croire sont les suivants au plus bas, croire par peur ou par désir ... Au-dessus croire par coutume et imitation (croire les rois, les orateurs, les riches). Au-dessus, croire les vieillards, les anciennes coutumes, les traditions. Au-dessus, croire ce que tout le monde croit (que Paris existe, même quand on ne le voit pas). Au-dessus croire ce que les plus savants affirment en accord d'après des preuves ... Tous ces degrés forment le domaine de la croyance." (72)

    Ajouté par webmaster

    .1 Personne ne se méprendra si j'écris : «La trahison est belle», et n'aura la lâcheté de croire - feindre de croire - que je veuille parler de ces cas où elle est rendue nécessaire et noble, quand elle permet que s'accomplisse le Bien. Je parlais de la trahison abjecte. Celle que ne justifiera aucune héroïque excuse. Celle qui est sourde, rampante, provoquée par les sentiments les moins nobles : l'envie, la haine (...), Jean GENET, Journal du voleur, p. 257.

    Ajouté par webmaster

    L'art de persuader a un rapport nécessaire à la manière dont les hommes consentent à ce qu'on leur propose, et aux conditions des choses qu'on veut faire croire., PASCAL, Opuscules, III, XV.

    Ajouté par webmaster

    Ce que je comprends mal, pour ma part, c'est que l'on puisse, d'une part, demander cette prise de responsabilité à tous les niveaux, la croire bonne et nécessaire à la «désaliénation» (...), Françoise GIROUD, Si je mens, p. 195.

    Ajouté par webmaster

    Les Jésuites ont assez bonne opinion d'eux-mêmes, pour croire qu'il est utile et comme nécessaire au bien de la religion, que leur crédit s'étende partout et qu'ils gouvernent toutes les consciences., PASCAL, les Provinciales, 5.

    Ajouté par webmaster

    Le réel n'est pas plus nécessaire que le possible, car le nécessaire est absolument différent des deux. Miettes philosophiques, Intermède, I Kierkegaard, Søren Aabye

    Ajouté par webmaster

    Il faut se croire aimé pour se croire infidèle., RACINE, Andromaque, IV, 5.

    Ajouté par webmaster

    L'abondance du seul nécessaire ne peut dégénérer en abus, parce que le nécessaire a sa mesure naturelle, et que les vrais besoins n'ont jamais d'excès., ROUSSEAU, Julie ou la Nouvelle Héloïse, V, 2.

    Ajouté par webmaster

    L'abondance du seul nécessaire ne peut dégénérer en abus, parce que le nécessaire a sa mesure naturelle, et que les vrais besoins n'ont jamais d'excès., ROUSSEAU, Julie ou la Nouvelle Héloïse, V, 2.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédente

    Est-il nécessaire de croire ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo