LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< l'avare Analyse de Strange Fruit >>


Partager

la négritude

Echange

Aperçu du corrigé : la négritude



Document transmis par : tigyal


Publié le : 4/4/2011 -Format: Document en format HTML protégé

la négritude
Zoom

<p style="margin-bottom: 0cm;"><span style="font-size: large;">La n&eacute;gritude</span></p> <p style="margin-left: 1.25cm; margin-bottom: 0cm;">&nbsp;</p> <p style="margin-left: 1.25cm; margin-bottom: 0cm;"><span style="font-size: small;">Introduction </span></p> <p style="margin-left: 1.25cm; margin-bottom: 0cm;">&nbsp;</p> <p style="margin-bottom: 0cm;"><span style="font-size: small;">La premi&egrave;re guerre mondiale, approfondie la rencontre entre les antillais et les africains. C&rsquo;est l&agrave; que les s&eacute;n&eacute;galais racontent l&rsquo;Afrique aux soldats antillais qui sont avec eux dans les tranch&eacute;es. </span></p> <p style="margin-bottom: 0cm;"><span style="font-size: small;">Dans le m&ecirc;me temps, les premiers noirs, brillants &eacute;tudiants, deviennent hauts fonctionnaires et sont envoy&eacute;s comme gouverneur dans les colonies africaines, ce qui leur permet de modifier leur regard sur les africains et de se lib&eacute;rer des clich&eacute;s occidentaux sur le n&egrave;gre. Ces facteurs, ajout&eacute;s &agrave; l&rsquo;influence grandissante du renouveau n&egrave;gre am&eacute;ricain et du surr&eacute;alisme aboutissent &agrave; l&rsquo;&eacute;mergence d&rsquo;une nouvelle figure organisatrice de l&rsquo;imaginaire&nbsp;; celle du N&egrave;gre, qui fonde la l&eacute;gitimit&eacute; de son discours sur une souffrance partag&eacute;e par tous, qui s&rsquo;oppose aux blancs colonisateurs et rejette la hi&eacute;rarchie coloriste impos&eacute;e par l&rsquo;esclave. </span></p> <p style="margin-bottom: 0cm;"><span style="font-family: Calibri,serif;"><span style="font-size: small;">Un courant litt&eacute;raire exprime cette affirmation progressive de la fiert&eacute; raciale &agrave; partir de 1914. Il se nourrit aussi bien d&rsquo;&oelig;uvre &eacute;crite par les colons blancs progressistes que par une litt&eacute;rature d&rsquo;inspiration africaine montrant les effets n&eacute;gatifs de la colonisation et qui donnent t&eacute;moignage de la trahison, par ses propres serviteurs, de la r&eacute;publique et de ses valeurs humanistes. On commence alors &agrave; parler du mouvement de la n&eacute;gritude. </span></span></p> <p style="margin-bottom: 0cm;"><span style="font-family: Calibri,serif;"><span style="font-size: small;">On pourrait alors se demander p</span></span>ourquoi les noirs ont &eacute;prouv&eacute;s le besoin de se retrouver et de s&rsquo;exprimer &agrave; travers le mouvement de la n&eacute;gritude&nbsp;?</p> <p style="margin-bottom: 0cm;">&nbsp;</p> <p style="margin-bottom: 0cm;">Notre &eacute;tude suivra ce mouvement, de ses origines &agrave; aujourd&rsquo;hui en passant par ses manifestations dans la litt&eacute;rature.</p> <p style="margin-bottom: 0cm;">&nbsp;</p> <p style="margin-bottom: 0cm;">&nbsp;</p> <p style="margin-bottom: 0cm;">&nbsp;</p> <p style="margin-bottom: 0cm;">&nbsp;</p> <p style="margin-bottom: 0cm;">&nbsp;</p> <ol type="I"> <li> <p style="margin-bottom: 0cm;"><span style="font-size: small;">Origines de la n&eacute;gritude </span></p> </li> </ol> <p style="margin-bottom: 0cm;">&nbsp;</p> <ol type="a"> <li> <p style="margin-bottom: 0cm;"><span style="font-size: small;">Ren&eacute; Maran / Aim&eacute; C&eacute;saire </span></p> </li> </ol> <p style="margin-left: 1.27cm; margin-bottom: 0cm;">&nbsp;</p> <p style="margin-bottom: 0cm;"><span style="font-size: small;">Ren&eacute; Maran na&icirc;t le 5 novembre 1887 dans une famille de fonctionnaires coloniaux originaire de Guyane. Il passe le d&eacute;but de son enfance &agrave; Fort-de-France en Martinique. Puis va passer deux ann&eacute;es au Congo o&ugrave; travaille son p&egrave;re, avant d'&ecirc;tre envoy&eacute; suivre ses &eacute;tudes dans le sud-ouest de la France, &agrave; Talence, puis Bordeaux, o&ugrave; il vit &agrave; l&rsquo;internat et c&ocirc;toie, parmi d&rsquo;autres, un certain F&eacute;lix Ebou&eacute;, futur gouverneur de l&rsquo;AEF (afrique &eacute;quatoriale fran&ccedil;aise).</span></p> <p style="margin-bottom: 0cm;"><span style="font-size: small;">Ren&eacute; Maran appara&icirc;t comme le pr&eacute;curseur du mouvement de la n&eacute;gritude notamment par le biais de l&rsquo;&eacute;criture de son roman Batouala r&eacute;compens&eacute; par le prix Goncourt. Ren&eacute; Maran d&eacute;nonce, dans ce roman pr&eacute;c&eacute;d&eacute; d'une terrible pr&eacute;face, les abus de l'administration en Afrique-Equatoriale fran&ccedil;aise et les m&eacute;faits de l'imp&eacute;rialisme. Ses propos d&eacute;clenchent un v&eacute;ritable scandale qui culminera avec le prix Goncourt qui lui sera tout de m&ecirc;me d&eacute;cern&eacute; la m&ecirc;me ann&eacute;e.</span></p> <p style="margin-bottom: 0cm;">&nbsp;</p> <p style="margin-bottom: 0cm;"><span style="font-size: small;">Aim&eacute; C&eacute;saire n&eacute; le 26 juin 1913 et mort le 17 avril 2008 faisait partie d'une famille de sept enfants ; son p&egrave;re &eacute;tait fonctionnaire et sa m&egrave;re couturi&egrave;re. Son grand-p&egrave;re fut le premier enseignant noir en Martinique et sa grand-m&egrave;re, contrairement &agrave; beaucoup de femmes de sa g&eacute;n&eacute;ration, savait lire et &eacute;crire ; elle enseigna tr&egrave;s t&ocirc;t &agrave; ses petits-enfants la lecture et l'&eacute;criture. De 1919 &agrave; 1924, Aim&eacute; C&eacute;saire fr&eacute;quente l'&eacute;cole primaire de Basse-Pointe, puis obtient une bourse pour le lyc&eacute;e Victor Schoelcher &agrave; Fort-de-France. En septembre 1931, il arrive &agrave; Paris en tant que boursier pour entrer en classe d'hypokh&acirc;gne (classe pr&eacute;paratoire litt&eacute;raire entre la terminale et la premi&egrave;re sup&eacute;rieure) au lyc&eacute;e Louis-le-Grand o&ugrave;, d&egrave;s le premier jour, il rencontre L&eacute;opold S&eacute;dar Senghor, avec qui il noue une amiti&eacute; qui durera jusqu'&agrave; la mort de ce dernier. Il d&eacute;finit la n&eacute;gritude comme&nbsp;: &laquo;&nbsp;la simple reconnaissance du fait d'&ecirc;tre noir, et l'acceptation de ce fait, de notre destin de noir, de notre histoire et de notre culture. &raquo;</span></p> <p style="margin-bottom: 0cm;">&nbsp;</p> <ol type="a"> <li> <p style="margin-bottom: 0cm;"><span style="font-size: small;">Pr&eacute;sentation du mouvement (litt&eacute;raire, politique)</span></p> </li> </ol> <p style="margin-bottom: 0cm;">&nbsp;</p> <p style="margin-bottom: 0cm;"><span style="font-size: small;">Le mouvement de la n&eacute;gritude na&icirc;t en 1934. C&rsquo;est dans le journal </span><span style="font-size: small;"><em>L&rsquo;Etudiant noir, </em></span><span style="font-size: small;">r&eacute;alis&eacute; par des &eacute;tudiants antillo-guyanais et africains tel qu&rsquo;Aim&eacute; C&eacute;saire, L&eacute;on Gontran Damas, L&eacute;opold S&eacute;dar Senghor, Guy Tirolien et Birago Diop qu&rsquo;appara&icirc;t pour la premi&egrave;re fois le terme de </span><span style="font-size: small;"><strong>N&eacute;gritude</strong></span><span style="font-size: small;">. </span><span style="color: #ff0000;"><span style="font-size: small;"><em> </em></span></span><span style="color: #ff0000;"><span style="font-size: small;"> </span></span></p> <p style="margin-bottom: 0cm;"><span style="font-size: small;">Ce mouvement vise &agrave; rejeter le projet fran&ccedil;ais d&rsquo;assimilation culturelle et &agrave; promouvoir l&rsquo;Afrique et sa culture, d&eacute;valoris&eacute;es par le racisme issu de l'id&eacute;ologie colonialiste.</span></p> <p style="margin-bottom: 0cm;"><span style="font-size: small;">Construit contre l'id&eacute;ologie coloniale fran&ccedil;aise de l'&eacute;poque, le projet de la N&eacute;gritude est plus culturel que politique. Il s&rsquo;agit, au-del&agrave; d&rsquo;une vision partisane et raciale du monde, d&rsquo;un humanisme actif et concret, &agrave; destination de tous les opprim&eacute;s de la plan&egrave;te. C&eacute;saire d&eacute;clare en effet : &laquo; Je suis de la race de ceux qu&rsquo;on opprime &raquo;. </span></p> <p style="margin-bottom: 0cm;"><span style="font-size: small;">Les principaux acteurs de la n&eacute;gritude qui sont Aim&eacute; C&eacute;saire, L. Damas 1912-1978 disaient: &laquo;&nbsp;la n&eacute;gritude a &eacute;t&eacute; un projet spontan&eacute; ; elle a &eacute;t&eacute; la r&eacute;action d'une cat&eacute;gorie donn&eacute;e d'individus dans un milieu donn&eacute; &agrave; un moment de l'histoire&nbsp;&raquo;. L.S.Senghor disait avec Lamine Diakhat&eacute; que : &laquo;&nbsp;plus qu'un concept, la n&eacute;gritude est un ensemble de valeurs de d&eacute;finitions&nbsp;&raquo;. En effet, la n&eacute;gritude est la simple reconnaissance du fait d'&ecirc;tre noir et l'acceptation de de ce fait, de notre destin de noir, de notre histoire et de notre culture .Elle ne comporte ni racisme, ni reniement de l'Europe, ni exclusivit&eacute; mais au contraire une fraternit&eacute; entre les Hommes.</span></p> <p style="margin-bottom: 0cm;"><span style="font-family: Calibri,serif;">Le journal l&rsquo;</span><span style="font-family: Calibri,serif;"><em>Etudiant noir </em></span><span style="font-family: Calibri,serif;">est une revue cr&eacute;&eacute;e par le S&eacute;n&eacute;galais L&eacute;opold S&eacute;dar Senghor, le Martiniquais Aim&eacute; C&eacute;saire et le Guyanais L&eacute;on Gontran Damas dans les ann&eacute;es 1930 &agrave; Paris o&ugrave; ils &eacute;taient alors &eacute;tudiants. Il y est question de l&rsquo;identit&eacute; du noir. Le seul num&eacute;ro de la revue est paru le 1er septembre 1934. C&eacute;saire &eacute;crit notamment</span>&nbsp;: <span style="font-family: Arial,serif;"><span style="font-size: x-small;">&laquo;&nbsp;</span></span><span style="font-family: Arial,serif;"><span style="font-size: x-small...


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "la négritude" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • arielomane-237285 (Hors-ligne), le 26/04/2014 à 26H18.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    La langue française nous apporte une complémentarité à nos richesses (...) Il n'y a pas de contradiction entre la négritude et la francité., Léopold Sédar SENGHOR, -in le Monde, 21 déc. 1966, p. 6.

    Ajouté par webmaster

    (...) Haïti où la négritude se mit debout pour la première fois et dit qu'elle croyait à son humanité..., Aimé CÉSAIRE, Cahier d'un retour au pays natal, p. 46.

    Ajouté par webmaster

    Sa négritude même qui se décolorait sous l'action d'une inlassable mégie. Et le mégissier était la Misère., Aimé CÉSAIRE, Cahiers d'un retour au pays natal, p. 63.

    Ajouté par webmaster

    Comme les Noirs assumaient bruyamment leur négritude, il ne restait plus, en effet, aux Européens qu'à assumer en silence leur appartenance au groupe leucoderme des colonisateurs ô combien repentis., René FALLET, Y a-t-il un docteur dans la salle?, p. 171.

    Ajouté par webmaster

    En Afrique noire, il -(l'art) est explication et connaissance du monde, c'est-à-dire participation sensible à la réalité qui sous-tend l'univers, à la surréalité, plus exactement aux forces vitales qui animent l'univers., L. S. SENGHOR, Négritude et Humanisme, -in Littératures de langue franç. hors de France, p. 55.

    Ajouté par webmaster

    J'accepte... j'accepte... entièrement, sans réserve... ma race... (...) et la détermination de ma biologie non prisonnière d'un angle facial, d'une forme de cheveux, d'un nez suffisamment aplati, d'un teint suffisamment mélanésien, et la négritude, non plus un indice céphalique, ou un plasma, ou un soma, mais mesurée au compas de la souffrance., Aimé CÉSAIRE, Cahier d'un retour au pays natal, p. 86.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo