NoCopy.net

Nietzsche: la mort de Dieu, l'égalité des hommes et la démocratie

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Nietzsche: La science elle-même repose sur u ... Nietzsche: l'ébauche d'une toile de Raphaël ... >>
Partager

Nietzsche: la mort de Dieu, l'égalité des hommes et la démocratie

Philosophie

Aperçu du corrigé : Nietzsche: la mort de Dieu, l'égalité des hommes et la démocratie



Publié le : 23/4/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	Nietzsche: la mort de Dieu, l'égalité des hommes et la démocratie
Zoom

Hommes supérieurs, apprenez de moi ceci : sur la place publique personne ne croit à l'homme supérieur. Et si vous voulez parler sur la place publique, à votre guise ! Mais la populace cligne de l'oeil : « Nous sommes tous égaux. » « Hommes supérieurs, - ainsi cligne de l'oeil la populace, - il n'y a pas d'hommes supérieurs, nous sommes tous égaux, un homme vaut un homme, devant Dieu - nous sommes tous égaux ! » Devant Dieu ! - Mais maintenant ce Dieu est mort. Devant la populace, cependant, nous ne voulons pas être égaux. Hommes supérieurs, éloignez-vous de la place publique ! Devant Dieu ! - Mais maintenant ce Dieu est mort ! Hommes supérieurs, ce Dieu a été votre plus grand danger. Vous n'êtes ressuscités que depuis qu'il gît dans la tombe. C'est maintenant seulement que revient le grand Midi, maintenant l'homme supérieur devient - maître ! Avez-vous compris cette parole, ô mes frères ? Vous êtes effrayés : votre coeur est-il pris de vertige ? L'abîme s'ouvre-t-il ici pour vous ? Le chien de l'enfer aboie-t-il contre vous ? Eh bien ! Allons ! Hommes supérieurs ! Maintenant seulement la montagne de l'avenir humain va enfanter. Dieu est mort : maintenant nous voulons - que le surhomme vive. Nietzsche


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Nietzsche: la mort de Dieu, l'égalité des hommes et la démocratie	Corrigé de 894 mots (soit 2 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Nietzsche: la mort de Dieu, l'égalité des hommes et la démocratie " a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

Cacher les ressources gratuites

Problématique

En effet, confondre ou mettre sur le même plan égalité entre les hommes et égalité entre les citoyens, c'est faire la confusion comme le dit Jacob d ans le Jeu des possibles, entre deux registres de réalités : celui de la biologie et celui du droit, mais aussi entre égalité et identité, sachant que l'égalité biologique entre deux individus est impossible. Transition : Ainsi, on ne peut pas dire au risque de ruiner toute réalité à l'idée de démocratie que l'égalité entre les hommes est la condition ou la fin de celle-ci. Cela constituerait au mieux une illusion, une utopie faisant référence à rêve d'un paradis perdu, au pire cela pourrait mener droit vers un totalitarisme. Dès lors il semble nécessaire de ressaisir le concept de démocratie à l'aune de la seule égalité qui soit féconde, celle entre citoyens.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Partout on a vu des divers incidents de la vie des peuples tourner au profit de la démocratie (...) Le développement graduel de l'égalité des conditions est (...) un fait providentiel, (...) il est universel, il est durable (...), A. DE TOCQUEVILLE, De la démocratie en Amérique, p. 9.

Ajouté par webmaster

(...) la démocratie ne veut l'égalité des citoyens que devant la loi et l'accessibilité aux fonctions publiques (...) pour le reste, sa position est définie par ce mot du philosophe anglais Grant Allen : «Tous les hommes naissent libres et -inégaux, le but du socialisme étant de maintenir cette inégalité naturelle et d'en tirer le meilleur parti possible» ou cet autre du démocrate français Louis Blanc, déclarant que l'égalité véritable c'est la «proportionnalité» et qu'elle consiste pour tous les hommes dans «l'égal développement de leurs facultés inégales»., Julien BENDA, la Trahison des clercs, p. 20.

Ajouté par webmaster

« Le plus important des événements récents, — le fait que « Dieu est mort », que la croyance au Dieu chrétien a été ébranlée — commence déjà à projeter sur l'Europe ses premières ombres. » Nietzsche, Le Gai Savoir, 1883.

Ajouté par webmaster

On entend par démocratie et par peuple la famille française -tout entière, la nation dans sa généralité la plus complète (...) La démocratie est l'égalité, c'est-à-dire la participation à droit égal, à titre égal à la délibération des lois et au gouvernement de la nation. La démocratie a dit à tout Français en âge de raison, en condition d'intelligence et de moralité appréciables : tu participeras au droit, à l'exercice du droit social (...) Par quel procédé les citoyens participent-ils tous à titre égal au gouvernement et aux lois? Par le suffrage universel (...) Le suffrage universel est donc la démocratie elle-même (...), LAMARTINE, Le passé, le présent, l'avenir de la république, II, IV, -in PRÉLOT, Précis de droit constitutionnel, n° 134.

Ajouté par webmaster

(...) Dieu a pris le moyen le plus convenable de réparer sa propre gloire et d'opérer le salut des hommes. Il avait été offensé, ce Dieu de majesté; il lui fallait une satisfaction digne de lui, et nul autre qu'un Dieu ne pouvait dignement satisfaire à un Dieu. L'homme s'était perdu : Dieu voulait le sauver en le délivrant de la mort éternelle; et comme il n'y avait qu'un Dieu, qui, par ses mérites infinis, pût le délivrer de cette mort, il n'y avait conséquemment qu'un Dieu qui pût le sauver. Il fallait que ce Sauveur fût tout ensemble vrai Dieu et vrai homme., BOURDALOUE, Instruction pour le temps de l'avent, III.

Ajouté par webmaster

.1 La doctrine qui repousse totalement l'égalité matérielle et qui prend pour règle de ne réaliser que l'égalité formelle est le libéralisme pur., F. RAUCH, -in LALANDE, Voc. de la philosophie, Sur l'égalité.

Ajouté par webmaster

La première et la plus vive des passions que l'égalité des conditions fait naître, ... c'est l'amour de cette même égalité. [ De la démocratie en Amérique II ] Tocqueville, Alexis de

Ajouté par webmaster

La première et la plus vive des passions que l'égalité des conditions fait naître, ... c'est l'amour de cette même égalité. De la démocratie en Amérique II Tocqueville, Alexis de

Ajouté par webmaster

Si l'homme veut se faire Dieu, il s'arroge le droit de vie ou de mort sur les autres. Fabricant de cadavres, et de sous-hommes, il est sous-homme lui-même et non pas Dieu, mais serviteur ignoble de la mort., CAMUS, l'Homme révolté, p. 302.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

Nietzsche: la mort de Dieu, l'égalité des hommes et la démocratie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo