NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Peut-on être heureux sans le savoir ? Serait-il souhaitable que l'humanité parle un ... >>


Partager

Nos rapports avec autrui sont-ils nécessairement conflictuels ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Nos rapports avec autrui sont-ils nécessairement conflictuels ?



Publié le : 7/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Nos rapports avec autrui sont-ils nécessairement conflictuels ?
Zoom

Se demander si les rapports avec les autres sont nécessairement de l'ordre du conflit peut surprendre. Que la circonstance soit possible, cela s'admet. Qu'elle soit nécessaire, cela semble excessif: la vie avec les autres n'est pas un perpétuel affrontement. Quel est dès lors le sens d'une telle question ? Peut-être faut-il chercher du côté du concept d'autrui, thème sous-jacent à quoi se rattachent "l'autre" ou "les autres". Ainsi verrons-nous que si la relation à autrui se révèle nécessairement conflictuelle, les rapports avec les autres ne sauraient se réduire à cette seule modalité.



Les rapports que l'on entretient avec autrui sont la plupart du temps conflictuels, faits de menace, de violence directe ou indirecte, qu'elle s'exerce de façon physique, psychologique, morale ou même intellectuelle.
 Formulation du problème :
 La violence n'est-elle pas alors à la base des rapports entre les hommes, le conflit ne constituerait-il pas l'essence même du rapport avec autrui ?
 Orientation de la recherche :
 Mais s'il s'avère que les rapports sont conflictuels on peut s'interroger sur l'origine de ce conflit, et envisager un autre mode plus essentiel de rapport fondé sur l'amour, la générosité.
 


  • 1. Nécessité du conflit dans la relation à autrui.
  • 2. Relativité du conflit dans les rapports avec les autres.

 

  • 3. Mais qu'il y ait toujours eu conflit entre les hommes ne prouve pas que le conflit soit au fondement de leurs rapports.

 



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 5838 mots (soit 8 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Nos rapports avec autrui sont-ils nécessairement conflictuels ? " a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • juplvn-280287 (Hors-ligne), le 29/10/2016 é 29H16.
  • lol02-276640 (Hors-ligne), le 29/04/2016 é 29H13.
  • estelle-255694 (Hors-ligne), le 02/04/2016 é 02H14.
  • elinetterenald-26794 (Hors-ligne), le 09/12/2015 é 09H18.
  • gynlo-267289 (Hors-ligne), le 29/11/2015 é 29H17.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    L'affirmation de soi passe nécessairement par l'opposition à ce qui n'est pas moi, cad les autres. Le regard d'autrui réprésente toujours un obstacle, un risque d'aliénation dont je dois m'affranchir. Mais, autrui m'est aussi nécessaire et je peux construire avec lui des relations de solidarité, de compassion voire d'amour.

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

     

    Sartre: autrui représente-t-il une menace pour le sujet ?

    Je viens de faire un geste maladroit ou vulgaire : ce geste colle à moi, je ne le juge ni ne le blâme, je le vis simplement, je le réalise sur le mode du pour-soi. Mais voici tout à coup que je lève la tête : quelqu'un était là et m'a vu. Je réalise tout à coup toute la vulgarité de mon geste et j'ai honte. Il est certain que ma honte n'est pas réflexive, car la présence d'autrui à ma conscience, fût-ce à la manière d'un catalyseur, est incompatible avec l'attitude réflexive : dans le champ de ma réflexion je ne puis jamais rencontrer que la conscience qui est mienne. Or autrui est le médiateur indispensable entre moi et moi-même : j'ai honte de moi tel que j'apparais à autrui. Et, par l'apparition même d'autrui, je suis mis en mesure de porter un jugement sur moi-même comme sur un objet, car c'est comme objet que j'apparais à autrui. Mais pourtant cet objet apparu à autrui, ce n'est pas une vaine image dans l'esprit d'un autre. Cette image en effet serait entièrement imputable à autrui et ne saurait me « toucher Je pourrais ressentir de l'agacement, de la colère en face d'elle, comme devant un mauvais portrait de moi, qui me prête une laideur ou une bassesse d'expression que je n'ai pas ; mais je ne saurais être atteint jusqu'aux moelles : la honte est, par nature, reconnaissance. Je reconnais que je suis comme autrui me voit.

    Citations

    • SARTRE: "L'essence de rapports entre les hommes n'est pas la communauté, c'est le conflit."
    • ALAIN: "Les hommes eurent toujours un grand besoin de s'aimer les uns les autres."
    • SCHOPENHAUER: "En thèse générale, on ne peut être à l'unisson parfait qu'avec soi-même; on ne peut pas l'être avec son ami, on ne peut pas l'être avec la femme aimée, car les différences de l'individualité produisent toujours une dissonance, quelque faible qu'elle soit."
    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit