LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< L'existence de l'inconscient est-elle en soi ... Avons-nous besoin de rêver ? >>


Partager

La notion d'inconscient introduit-elle la fatalité dans la vie de l'homme ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La notion d'inconscient introduit-elle la fatalité dans la vie de l'homme ?



Publié le : 31/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Bien distinguer fatalité et déterminisme: la fatalité serait un déterminisme impossible à détecter et à surmonter. La question est donc de savoir si la connaissance de l'existence de l'inconscient suffit pour atteindre le contraire de la fatalité, l'autonomie et donc la liberté.

Analyse.

·         La question de la fatalité qu’introduit ici le sujet se pose en regard de ce que nous ne contrôlons pas. Il nous expressément demandé ici de déterminer si l’inconscient peut être considérée comme un déterminisme. Avant d’aller plus en avant, nous devrons commencer par donner une définition des termes importants.

o   L’inconscient. Si l’on peut attribuer la définition moderne de ce mot à Sigmund Freud, nous noterons qu’il existait avant lui, depuis Leibnitz, qui commençait à y apercevoir ce que Freud nous en a décrit. L’inconscient est cette partie de nous qui, non seulement n’est pas consciente, mais qui est composée d’idées, de perceptions et d’émotions. L’inconscient et présent, selon Freud, en chaque homme.

o   Quand à la question de la fatalité, nous devons nous la poser dans le sens très large de l’impossibilité pour nous d’être parfaitement maîtres de tout.

·         Nous voyons quel et ici le problème : est-ce qu’inconscient signifie ne pas pouvoir maitriser certains actes, ou ne pas vouloir montrer que l’on peut commettre certains actes ? Les limites du conscient et de l’inconscient sont aussi, alors, celles de notre détermination.

·         Nous devrons donc confronter deux formes de pensée de l’inconscient : celle qui prescrit, de façon commune, presque banal, une identité entre inconscience et non maitrise, et celle, plus orientée vers la pensée, qui pose l’inconscient comme appartenant aux choix et désirs de l’homme.

·         Notre analyse ne sera pas pour autant psychanalytique, tout simplement car là n’est pas notre travail. Nous devrons adopter une posture philosophique devant ce que nous pouvons savoir de l’inconscient, mis en rapport avec la liberté (on la détermination) de l’homme.



L'inconscient est commun à l'ensemble des hommes. Par lui, nous comprenons tout ce qui n'est pas dit, tout ce qui est tabou. Mais nous en voyons aussi la marque dans nos propres actions, constatant alors que l'inconscient s'exprime à travers nous sans que nous le voulions. Alors, la notion d'inconscient introduit-elle la fatalité dans la vie de l'homme ? S'agit-il là d'un déterminisme, par les actes involontaires ? L'existence de l'inconscient est-il une fatalité avec laquelle nous devons apprendre à vivre ? Ne peut-on passer au-delà et réussir à comprendre notre inconscient, le faire parvenir à la conscience ?




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 9235 mots (soit 13 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "La notion d'inconscient introduit-elle la fatalité dans la vie de l'homme ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • ptitesouris1-266856 (Hors-ligne), le 23/11/2015 é 23H11.
  • elska-256145 (Hors-ligne), le 08/03/2015 é 08H16.
  • fallinlove23-254483 (Hors-ligne), le 12/02/2015 é 12H14.
  • titietgrominet-24885 (Hors-ligne), le 30/11/2014 é 30H16.
  • campione4-240916 (Hors-ligne), le 15/06/2014 é 15H10.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

     

     

    La notion d'inconscient introduit-elle la fatalité dans la vie de l'homme ? Accepter l’hypothèse de l’inconscient comme une entité psychique à part entière, complémentaire ou comparable en certains points à la conscience, amènent donc nécessairement à admettre une potentielle perte de tout ou partie du pouvoir décisionnaire dont nous disposons grâce à notre conscience, pendant un laps de temps plus ou moins long et ce, pour des raisons dont nous n’avons pas ou plus conscience et que nous ne comprenons pas. Mais, grâce aux travaux menés et aux connaissances accumulées sur ce sujet, il existe de nos jours la possibilité d’effectuer ce que Freud appel une cure psychanalytique et donc en quelque sorte d’apprivoiser notre inconscient : la prise en compte de cette entité que l’on peut désormais étudier, en plus de la conscience, écarte donc d’autant plus la fatalité de la vie de l’homme, car elle permet de comprendre l’origine de pathologies qui jusqu’alors restaient mystérieuses et qui mettaient en difficulté la médecine. Depuis longtemps déjà, l’homme en appel à la fatalité pour excuser ses manquements, expliquer ses échecs ou trouver une cause à ses divers malheurs. Mais cette fatalité facile n’a toujours pas sa place dans la vie de l’homme, même avec l’inconscient. Aucune fatalité n’est à l’origine des misères humaines, il n’y a que des causes et des effets, il n’y a que des hommes avec leur conscience et leur inconscient, il y a toujours le choix, toujours la liberté, aucune fatalité dans la vie et l’avenir de l’Homme.

    Ajouté par Moi20577

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit